Référendum local

La consultation locale sur les projets susceptibles d’avoir une incidence sur l’environnement

Par

Une ordonnance n° 2016-488 et un décret n° 2016-491 du 21 avril 2016, parus au JO du 22 avril, portent sur la consultation locale lors des projets susceptibles d'avoir une incidence sur l'environnement. 

L’ordonnance du 21 avril 2016 modifie le code de l’environnement afin de prévoir la possibilité pour l’Etat de consulter les électeurs d’une aire territoriale déterminée sur tout projet d’infrastructure ou d’équipement susceptible d’avoir une incidence sur l’environnement qu’il envisage d’autoriser ou de réaliser. Cette nouvelle procédure de consultation des électeurs se distingue de celle prévue par les articles L. 1112-2 et L. 1112-15 du code général des collectivités territoriales qui autorisent l’exécutif d’une collectivité territoriale à proposer à l’assemblée délibérante de soumettre à référendum ou consultation locale tout projet d’acte relevant des attributions qu’il exerce au nom de la collectivité.

La décision de consulter les électeurs pourra être prise tant que le processus décisionnel conduisant à la réalisation du projet ne sera pas achevé, c’est-à-dire tant que l’ensemble des autorisations nécessaires n’ont pas été délivrées. En règle générale, en effet, la réalisation d’un projet d’infrastructure ou d’équipement nécessite l’intervention de plusieurs décisions, prises en application de législations distinctes, telles que, par exemple, déclaration d’utilité publique, autorisation au titre de la législation sur l’eau ou sur les installations classées pour la protection de l’environnement, autorisation de porter atteinte à des espèces protégées ou à leurs habitats.

Le projet, présenté de façon claire et objective

L’aire de la consultation correspond à celle du territoire couvert par l’enquête publique dont le projet a fait l’objet ou, lorsque plusieurs enquêtes publiques ont été réalisées au titre de législations distinctes, à celle de l’ensemble du territoire couvert par ces enquêtes. Le territoire couvert par l’enquête est celui des communes désignées comme lieux d’enquête par l’arrêté d’ouverture de celle-ci ainsi que, lorsque le chef-lieu d’une circonscription administrative de l’Etat a également été désigné comme lieu d’enquête, le territoire des communes comprises dans cette circonscription. Dans les autres cas, l’aire de la consultation est celle du territoire des communes dont l’environnement est susceptible d’être affecté par le projet.

Un dossier d’information sur le projet qui fera l’objet de la consultation sera élaboré par la Commission nationale du débat public. Ce dossier comprendra un document de synthèse présentant de façon claire et objective le projet, ses motifs, ses caractéristiques, l’état d’avancement des procédures, ses impacts sur l’environnement et les autres effets attendus. Il mentionnera les principaux documents de nature à éclairer les électeurs et comportera les liens vers les sites internet où ces documents peuvent être consultés. Le dossier sera mis en ligne sur le site de la Commission nationale du débat public au moins quinze jours avant la date fixée pour la consultation. Les maires mettront à la disposition des électeurs un point d’accès à internet qui permettra d’en prendre connaissance.

Le recours à ces consultations sera encadré afin de ne pas gêner un scrutin ou une opération référendaire nationale qui s’inscrirait dans le calendrier des renouvellements généraux. Les électeurs seront appelés à faire connaître par oui ou par non s’ils approuvent le projet qui leur est soumis, sans que le résultat de la consultation lie l’autorité administrative compétente quant aux suites à donner à ce projet. L’organisation des opérations de la consultation relèvera de la compétence des maires en application de l’article L. 2122-27 du code général des collectivités territoriales. La consultation sera ouverte à l’ensemble des électeurs de nationalité française inscrits sur les listes électorales, mais également aux ressortissants d’un Etat membre de l’Union européenne conformément aux dispositions électorales en vigueur s’agissant des élections locales (articles LO 227-1 et suivants du code électoral).

Les modalités d’information des électeurs déterminées par le décret

Les dépenses procédant de l’organisation de la consultation seront prises en charge par l’Etat. Ces dépenses incluent en particulier celles relatives à la mise à disposition des électeurs d’informations sur le projet qui seront établies par une commission indépendante afin de garantir la sincérité du scrutin. Enfin, la régularité de la consultation pourra être contestée selon les règles applicables à la contestation de l’élection des conseillers municipaux.

Pour sa mise en œuvre, l’ordonnance n° 2016-488 renvoie à des mesures de nature réglementaire qui s’insèrent dans le code de l’environnement, à la suite des dispositions relatives aux enquêtes publiques. Est ainsi créé un nouveau chapitre III bis qui précise les modalités pratiques des consultations locales des électeurs. Le décret du 21 avril détaille les modalités d’information des électeurs concernés, les dispositions propres à la consultation et à l’encadrement de son déroulement, et précise les dispositions du code électoral applicables par renvoi.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP