En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Intercommunalité

Grand Paris Seine & Oise : la première communauté urbaine de la région-capitale cherche ses marques

Publié le • Par • dans : Régions

1

Commentaire

Réagir

Pierre-bedier © CD Yvelines CC BY-SA 3.0

C’est la seule communauté urbaine d’Ile de France et c’est aussi la seule de France à ne pas avoir de ville-centre. Mais deux arrêtés préfectoraux et une date ne suffisent pas à faire de 6 intercommunalités un territoire en action : trois mois et demi après sa création, Grand Paris Seine & Oise peine à être lisible, car organiser l’administration prend du temps.

 

Le rythme de croisière espéré pour septembre ne sera pas atteint avant la fin d’année. “Et encore, si nous n’avions pas créé le pôle métropolitain, nous n’aurions jamais été prêts pour janvier 2016”, confiait récemment Pierre Bédier, le président (LR) du conseil départemental, vice-président de la communauté urbaine.

En imposant la création de territoires de 200 000 habitants, la loi MAPAM a conduit les Yvelines à revoir ses frontières intérieures. Regrouper 3 EPCI (autour d’Andrésy, Poissy-Conflans et Les Mureaux) suffisait à franchir le seuil, mais le territoire aurait concentré les trois plus grosses entreprises automobiles et aéronautique et menacé de déséquilibrer le Mantois, notamment.

Décision a donc été prise de créer : un territoire de 500 km2, de part et d’autre de la Seine, “sans ville-centre pour mieux organiser la polycentrie avec un certain nombre de grandes villes”, explique Pierre Bédier ; avec six intercommunalités ; et de préférer l’option communauté urbaine à celle d’agglomération afin que la dotation d’État soit plus généreuse.

Le mastodonte de 405 000 habitants réunit 73 communes (de 135 à 45000 habitants), autour de Mantes-la-Jolie, Poissy, Conflans-sainte-Honorine ou Les Mureaux.
Le premier budget – équilibré à 308M€ – est celui “de la mise en route, la somme d’intérêts individuels” dans l’attente de bâtir celui “d’un intérêt communautaire”, selon Jean-Frédéric Berçot, adjoint aux finances de Poissy.

Et si 2017 verra les premières actions, il s’agira plutôt “de décisions symboliques ou micro projets” confie-t-on dans l’entourage du président Philippe Tautou (LR). En attendant Eole qui doit marquer la reconnaissance économique du territoire et permettre le développement de l’emploi tertiaire, car Pierre Bédier ne le cache pas : “Cette CU n’a de sens qu’avec Eole.”

6 groupes et des conseils animés

Depuis janvier, les 129 élus font l’apprentissage d’une gestion avec six groupes dont le plus important compte 67 élus (LR, DVD, UDI) quand les deux plus petits n’en ont que 4 (écologistes et PCF d’un côté, FN de l’autre). La gauche avance divisée, entre ceux qui ont pris une vice-présidence et ceux qui sont dans l’opposition, ce qui donne des conseils communautaires au ton souvent vif et animé.
Les élus découvrent aussi que les dossiers, ordonnés dans leur intercommunalité d’origine, se retrouvent en rivalité avec les autres, soumis à la double interrogation du coût et du besoin réel.

Pour l’heure, le ressenti des maires diffère selon la taille de la commune : les urbains se réjouissent des compétences transmises, quand les ruraux craignent de se voir imposer des constructions.
Si des grincements de dents persistent sur le choix de 5 conseillers départementaux parmi les 15 vice-présidents, Philippe Tautou ne s’émeut pas d’être entouré “d’élus compétents et représentatifs”.

C’est insuffisant pour éviter les critiques, mais cela “n’empêche pas de travailler”, assure Marc Honoré (DVD), maire d’Achères. Impatient il y a quelques semaines de lire la feuille de route, il reconnaît aujourd’hui que les compétences transférées sont suffisamment importantes pour que l’on n’aille pas trop vite dans ce territoire-laboratoire.

Une (trop) rapide appréciation avait déjà conduit les élus à choisir un sigle déposé depuis 7 ans déjà dans les Hauts-de-Seine : une esperluette entre le S et le O vient de mettre fin à la confusion.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Intercommunalité

Régions Île-de-France

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. interco 25/04/2016, 10h10

    Nous assistons avec la création de cette CU à tout ce qu'il ne faut pas faire:
    - une équipe politique où sont placés les hommes du Président (du conseil départemental et vice-Président de la CU), qui lui-même poursuit sa quête d'une impossible étoile: mettre la main sur le pognon de la Défense;
    - pas de concertation ni avec les administrés ni avec les agents, ni avec les syndicats;
    - une équipe administrative montée de toutes pièces par le Président et vice-Président à l'encontre de celles existant dans les EPCI anciennes;
    - les compétences déménagées n'importe comment, les agents aussi;
    - les maires qui ne font pas partie du 1er cercle sont tenus à l'écart et ne peuvent s'exprimer: petits poulets destinés à être mangés par le Renard dans le poulailler territorial.
    Ajouter à ce gloubi-boulga les échéances présidentielles de 2017 et un avenir plus qu'agité pour les fonctionnaires territoriaux, pauvre service public!!!!!!!

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.