Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Grand Paris

Grand Paris : le FPIC complique l’équilibre budgétaire des territoires

Publié le 28/04/2016 • Par Fabienne Proux • dans : Actu experts finances

Gears Background
Fotolia Olivier Le Moal
La création de la métropole du Grand Paris rebat les cartes entre contributeurs et bénéficiaires du fonds de péréquation intercommunale et communale (FPIC) du fait des nouveaux modes de calcul et de la prise en compte des indicateurs à l’échelle de chaque établissement public territorial (EPT) et non pas de la métropole. Des négociations au cas par cas permettent d’assurer l’équilibre des budgets des EPT.

En théorie, les nouveaux territoires ne devaient pas contribuer davantage au FPIC que les anciens EPCI regroupés. Mais, dans la pratique, ce n’est pas tout à fait le cas. Outre l’augmentation du montant global du fond, la situation des villes éligibles à la DSU-cible impactent les équilibres. Non seulement il faut intégrer celles qui étaient précédemment isolées, mais la loi de finances pour 2016 a également exonéré totalement de contribution au FPIC celles comprises entre le 150e et 250e rang, alors qu’elles ne l’étaient qu’à 50 % en 2015.

Ainsi, le territoire issu de l’ex communauté d’agglomération Est Ensemble, qui était légèrement bénéficiaire nette du FPIC en 2015 (+ 100 000 euros), devient contributeur à hauteur de 900 000 euros en 2016. Sa contribution et son attribution sont équivalentes à 2015 (respectivement 1,4 million et 1,6 million) mais l’EPT doit assumer la contribution de Bobigny, Bondy, Noisy-le-Sec, le Pré-Saint-Gervais et Romainville, soit au total 2,5 ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grand Paris : le FPIC complique l’équilibre budgétaire des territoires

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X