En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Développement local

Le haras du Pin cavale vers son avenir

Publié le • Par • dans : Régions

0

Commentaire

Réagir

haras du pin © Flickr CC by Aurel

Région Normandie et département de l’Orne tracent le sillon d’une renaissance de ce temple du cheval. De premières décisions ont été actées lors d’un récent conseil d’administration.

 

Le haras du Pin se projette de l’avant. Après avoir longtemps “végété” sous la tutelle de l’Etat, les collectivités territoriales, qui ont repris la main, lancent une nouvelle impulsion. « Le site doit se positionner et avancer », exhorte Alain Lambert (UDI), président du conseil d’administration de l’établissement public en charge de la gestion du site et du département de l’Orne. Les élus locaux entendent faire de ce lieu exceptionnel une référence à l’échelle nationale en matière de promotion de la filière équine, de formation aux métiers du cheval ou encore de l’organisation de compétitions sportives de haut niveau. Sur ce dernier aspect, il s’agit de transformer l’essai après la réception en 2014 des jeux équestres mondiaux.

Premiers travaux aux abords du château

A l’issue du conseil d’administration de l’établissement public réuni le 8 avril, plusieurs mesures ont été actées. D’abord le lancement d’une étude, sous maîtrise d’ouvrage de la région, en vue de la réalisation des premiers travaux de restauration d’un bâti mal en point. Au total, 1,4 million d’euros ont été prévus pour cette opération, inscrite au contrat de plan Etat/région et qui concerne les abords immédiats du château. « Nous disposons d’un patrimoine fabuleux qui se révèle, aussi, être une charge financière très importante », observe Alain Lambert.

 

Une fois l’étude terminée, la consultation des entreprises interviendra dans la foulée pour de premiers coups de pioche en 2017. Compte tenu de l’ampleur du chantier, l’intégralité de la réhabilitation devrait s’étirer sur plusieurs années. En 2016, l’établissement public prévoit l’installation d’une aire de pique-nique et de jeux à l’ouest de la carrière de la Poste. Au total, un investissement avoisinant les 100 000 euros. Une paille au regard des futurs développements imaginés…

Championnats du monde d’attelage en 2018 ?

Deux nouvelles études sont en cours (60 000 euros de budget). Elles visent à remplacer des équipements sportifs, temporaires et hétéroclites, sur la zone des Grands Champs. Elles permettront aussi d’envisager la création d’un espace de compétition d’attelage répondant aux standards les plus modernes. Alain Lambert milite pour une candidature du site à l’organisation des championnats du monde de la discipline qui doivent se tenir en 2018.

 

Si le coût global de ces deux futurs chantiers n’est pas encore connu de manière précise, l’ordre de grandeur s’établit « à plusieurs millions d’euros », selon le patron du département. Des sommes qui seront financées à parts égales par le couple région/département. D’ici à dix ans, l’élu centriste évalue les besoins à hauteur de 50 millions d’euros… En majorité, de l’argent public. « Mais sans s’interdire de solliciter d’éventuels investisseurs privés », ajoute néanmoins Alain Lambert. Depuis son élection à la présidence du conseil d’administration, ce dernier joue les VRP auprès de ceux qui comptent dans l’univers du cheval. « Je suis très bien accueilli. La nouvelle impulsion, portée par les collectivités locales, ne laisse pas insensible », souffle l’ancien ministre.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Développement économiqueDéveloppement localEquipements sportifsTourisme

Régions Normandie

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.