En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Politique de la ville

A Vaulx-en-Velin, le gouvernement affiche ses engagements pour les quartiers prioritaires

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

CIEC © @najatvb

Après la présentation officielle du projet de loi égalité et citoyenneté en conseil des ministres, un comité interministériel a réuni le 13 avril à Vaulx-en-Velin (Rhône) une dizaine de ministres venus présenter leurs actions en direction des banlieues. En gardant néanmoins les habitants loin du lieu de la rencontre.

 

Durant toute une après-midi, à l’Ecole d’architecture de Vaulx-en-Velin (Rhône), ville emblématique de la politique de la ville, à deux pas du quartier du Mas du Taureau, des citoyens sélectionnés pour avoir fait des propositions sur la plate forme « égalité citoyenneté » du gouvernement et des acteurs associatifs, institutionnels et politiques ont débattu avec une douzaine de ministres.

Pendant ce temps, les habitants interloqués par le déploiement massif de forces de l’ordre étaient tenus bien loin du site. Une approche peut-être paradoxale mais plébiscitée par le gouvernement. « Nous voulons rétablir le pouvoir d’agir des habitants, c’est le plus difficile, mais c’est l’antidote du repli sur soi », a affirmé le Premier ministre, Manuel Valls. Ces temps d’échanges devraient donc se renouveler. Surtout qu’ils ont été porteurs de dialogues francs, sans tabou et parfois assortis de quelques propositions.

Accès la fonction publique

« Si le gouvernement souhaite que les jeunes s’engagent plus massivement dans la vie politique, peut être faut-il que l’engagement soit mieux valorisé, pourquoi pas en facilitant l’accès à la fonction publique aux jeunes qui s’engagent », esquissait le rapporteur de l’atelier consacré à la jeunesse. En attendant de voir peut être un jour ces propositions se transformer en mesures, le chef du gouvernement a clôturé la journée sans faire de grandes annonces.

Construire avec du temps

La position est totalement assumée. « La reconstruction de ces quartiers est l’affaire d’une génération, nous assumons une politique du pas à pas, une gestion patiente du temps et une politique de continuité. Sur le terrain, les élus travaillent ensemble sur la durée, c’est comme cela qu’il faut faire», a-t-il expliqué. Le Premier ministre a profité de ce troisième Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté (CIEC) pour livrer un premier bilan des deux précédents. Au total, 62 mesures ont été prises par les deux premiers CIEC et 33 ont, selon le gouvernement, déjà rempli leur objectif. 29 sont en cours de déploiement et 3 sont lancées. « Une dynamique est lancée il faut l’amplifier », a exhorté Manuel Valls. Pour y parvenir, l’accent est d’abord mis sur la formation et l’accès à l’emploi.

De l’école à l’emploi

Tandis que le Premier ministre a réaffirmé son engagement en faveur du recrutement des professeurs des écoles, l’atelier sur l’éducation s’est notamment achevé sur le constat, repris par la ministre de l’Education, qu’il fallait plus de liens entre l’école, les parents, mais aussi les élus locaux. « Quand les maires mettent un pied à l’école, par exemple pour aider à développer des projets, cela fait beaucoup de bien à nos écoles », a souligné Najat Vallaud-Belkacem. Sur le front de l’emploi, Manuel Valls a annoncé que d’ici juin 8400 jeunes habitant un quartier populaire vont bénéficier d’un accompagnement personnalisé dans leur recherche d’emploi, notamment avec l’appui d’un parrain chargé de leur ouvrir son réseau.

Ce CIEC a aussi donné l’occasion de déterminer les contours de l’Agence France Entrepreneur, lancée à l’automne. « Mon rôle est de fédérer l’action des différentes associations présentes dans les quartiers pour créer des synergies. C’est une mission qui va prendre du temps », a annoncé Mohed Altrad, patron emblématique désormais président de cette agence.

Reste le combat sur les discriminations qui a mobilisé l’ensemble des participants, dans chaque atelier. A l’école, il se traduira par l’ouverture de 10 000 places d’apprentissage au sein de la fonction publique d’Etat. Par ailleurs, les 75 écoles de formation à la fonction publique vont mettre en place un plan permettant de diversifier les profils d’étudiants.

Conseil des ministres

Quelques heures plus tôt, les ministres du Logement, de la Ville et la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité réelle avaient présenté le projet de loi « Egalité et Citoyenneté » en conseil des ministres. Comme l’avait déjà révélé la Gazette à travers le décryptage de l’avant-projet de loi, ce texte se veut une réponse au creusement des « fractures » que les attentats de 2015 ont mis en exergue. Dans son communiqué, le gouvernement prône un « rassemblement de tous les Français autour des valeurs de la République. »

La première partie du texte vise à « créer les conditions de la généralisation d’une culture de l’engagement citoyen » (réserve citoyenne, généralisation du service civique, congé d’engagement associatif, etc). Comme indiqué dans une interview à la Gazette de la secrétaire d’Etat à la Ville, Hélène Geoffroy, qui portera ces dispositions avec Patrick Kanner, le gouvernement entend aussi renforcer « le parcours vers l’autonomie des jeunes. » Au menu de la lutte contre la ségrégation territoriale et la « ghettoïsation », l’ambition est de favoriser la mixité sociale à l’échelle des villes (attributions en dehors des quartiers défavorisés aux demandeurs les plus modestes) mais aussi des immeubles (ajustement des loyers en fonction des revenus). Centré sur l’insertion sociale et professionnelle mais aussi la participation citoyenne et la lutte contre les discriminations, le troisième titre entend concrétiser le concept d’«égalité réelle » défendu par Ericka Bareigts.

Une « politique de fond »

Ces deux séquences, du CIEC et du projet de loi éponyme, illustrent la « nouvelle étape de la politique de la ville », une « politique de fond », que Manuel Valls appelle de ses vœux dans une interview accordée le 13 avril à Libération. Dressant un bilan positif de la rénovation urbaine, le Premier ministre et ancien maire d’Evry (Essonne) dit désormais vouloir s’attaquer au sentiment d’abandon ressenti par les habitants des quartiers populaires, « qui veulent s’en sortir mais n’y arrivent pas. » « La bataille de l’égalité ne se règle pas seulement à coups de milliards, mais en dénichant un à un chaque blocage, chaque frein, chaque préjugé, chaque injustice et en les levant tous. Il faut donc compléter la logique quantitative par une logique de terrain beaucoup plus fine », explique Manuel Valls. Du parrainage des jeunes diplômés au chômage vivant dans les quartiers populaires jusqu’au soutien à la parentalité et à l’aide aux devoirs, le Premier ministre parle d’un « maillage très dense de mesures ciblées qui visent à retisser l’égalité dans le quotidien des gens. »

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.