En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Modernisation de l'action publique

FranceConnect sur la rampe de lancement

Publié le • Par • dans : France

2

Commentaires

Réagir

fusée © Flickr CC by sa Patrick Connelly

Le système de fédération d'identité numérique FranceConnect devrait être inauguré en grande pompe courant mai 2016. Développé par la DSI de l'Etat (DINSIC), il offrira, à terme, la possibilité au citoyen de n'avoir plus qu'un seul identifiant et mot de passe pour tous ses comptes administratifs.

 

FranceConnect, le Facebook Connect de l’Etat français, n’est pas encore officiellement en production, mais il est d’ores et déjà possible d’en intégrer le « bouton » sur son site. En cliquant sur ce bouton, l’internaute, s’il a déjà déclaré ses impôts en ligne par exemple, pourra utiliser son numéro fiscal pour s’identifier.

Les équipes de la DINSIC commencent à inciter les fournisseurs de services avec qui elles ont été en contact (collectivités et administrations proposant des services en ligne) à intégrer FranceConnect.

Ainsi, plus de 500 e-mails ont été envoyés fin mars pour annoncer la généralisation du système. « Sachez que l’inauguration officielle par les autorités politiques a lieu au printemps. C’est donc le bon moment pour finaliser votre intégration et devenir au plus tôt un fournisseur de services numériques offrant un accès via FranceConnect », explique ce courrier électronique.

Il incite à découvrir la nouvelle version de son site où figurent toutes les informations pour devenir fournisseur de services ou de données, un espace pour tester le dispositif, les détails techniques et fonctionnels, les dates des ateliers et des présentations…

Un tweet personnel de Vincent Berdot, en charge de la communication de la DINSIC, et une actualité sur le site du SGMAP avaient déjà annoncé, le 16 mars 2016, le fait que l’implémentation de FranceConnect était industrialisée.

La robustesse de la plate-forme a été testée lors d’un atelier en janvier 2016 et les outils juridiques (conditions générales d’usages, contrat de service…) sont prêts.
La DISINC organise d’ailleurs une nouvelle session le 11 avril pour les développeurs ayant un projet d’implémentation.

Selon elle, dans la majorité des cas, intégrer le bouton FranceConnect dans un site ne devrait nécessiter que deux à trois jours de travail.

La ville de Nîmes, qui faisait partie des collectivités en test, propose ce bouton depuis plusieurs mois pour les démarches administratives de son site.
Ainsi, les citoyens qui n’ont pas encore de compte peuvent s’identifier via la DGFiP et impots.gouv.fr ou La Poste et son service Identité Numérique. Amélie.fr n’est pas encore fournisseur d’identité, mais devrait le devenir à terme.

A la recherche de volumes

En parallèle, la DISINC travaille avec des éditeurs afin qu’ils intègrent directement dans leurs applications FranceConnect. Parmi eux, on peut citer notamment Arpège, Entr’ouvert, Localeo ou encore Softeam.

S’il veut compter sur le marché et devenir un standard de fait, FranceConnect doit impérativement atteindre un volume important d’utilisateurs.
Certains espéraient que la DGFiP proposerait aux contribuables de fédérer leur compte impot.gouv.fr à FranceConnect lors de sa campagne de déclaration d’impôts 2016 (qui ouvre le 13 avril). Mais Bercy n’a pas encore intégré ce bouton sur son site.
On parle maintenant de 2017. Un retard regrettable quand on sait que cela aurait pu lui apporter dix millions d’utilisateurs d’un seul coup…

Échanges de données pour fin 2016

FranceConnect a aussi pour ambition d’être tiers de confiance entre les administrations, leur permettant de s’échanger des données, après accord de l’internaute qui n’aura plus à envoyer de pièces.

Ainsi, quatre interfaces sont développées avec la DGFiP afin de transmettre le revenu fiscal de référence, le nombre de parts fiscales, le quotient familial et l’adresse de domiciliation des revenus.
Ces API devraient être mises en préproduction en juin 2016. Leur mise en production, elle, est espérée d’ici à la fin de l’année.
La DISINC estime que mettre en place ce type d’échanges de données devrait nécessiter une dizaine de jours de travail.

Ces transferts de données sont attendus avec impatience par les collectivités locales qui testent FranceConnect. « Nous allons travailler sur nos formulaires en ligne afin de pouvoir, via l’identité pivot fournie par FranceConnect, préremplir certains champs mais aussi récupérer les justificatifs nécessaires auprès de l’administration compétente. Pour les dossiers d’Allocation Personnalisée d’Autonomie, par exemple, nous avons besoin du revenu fiscal de référence de la personne. La DGFiP pourra nous le communiquer via FranceConnect si l’usager donne son accord », souligne Guilhem Bessoles, chef de projet usages numériques au conseil départemental des Hautes-Alpes.

Cela lui permettra de dématérialiser complètement les procédures, évitant ainsi de ressaisir les données et d’archiver des documents papiers. « Pour cela cependant, il faut développer des connecteurs permettant aux outils métiers d’intégrer directement les informations transmises via FranceConnect », précise Guilhem Bessoles. Le chantier est donc beaucoup lourd que la simple mise en ligne du bouton FranceConnect.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés AdministrationNumériqueRéforme de l'EtatService public

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Fred Maupin 11/04/2016, 11h53

    Au rang des applications susceptibles d'intégrer FranceConnect, vous pouvez rajouter Capdemat Évolution (outil de GRU), porté par l'association éponyme et le Conseil Départemental du Val d'Oise

  2. 2. Henri Tanson 08/04/2016, 16h39

    Pas la moindre observation
    critique
    ou même,
    le moindre recul,
    sur cette évolution ?
    Il me semble qu'il y aurait
    beaucoup
    à dire,
    non ?
    Je dis ça...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.