En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

3

Commentaires

Réagir

Santé publique

Les défibrillateurs dans les lieux publics sont-ils efficaces ?

Publié le • Par • dans : Actu prévention sécurité, France

3

Commentaires

Réagir

defibrillateur-UNE © Moonik / Creative commons 3.0

Les communes ont installé massivement des appareils. Pourtant, les effets tardent à se faire sentir.

 

Le 6 février, une adolescente était victime d’un arrêt cardiaque lors de l’échauffement avant un match de handball à Gray (Haute-Saône). « Lorsque l’on a équipé le gymnase d’un défibrillateur automatique en 2010, on n’imaginait pas qu’il servirait un jour, a fortiori pour sauver un enfant, se félicite Jean-Marie Durocq, responsable des équipements sportifs de la communauté de communes val de Gray [37 communes, 17 900 hab]. Aujourd’hui, l’adolescente a bien récupéré et n’a pas de séquelles. »

Chaque année 40 000 Français meurent prématurément d’un arrêt cardiaque, dont 13 % dans un lieu public. En 2007, un décret autorisait tout témoin d’un malaise à utiliser un défibrillateur automatique. Depuis, des appareils ont été mis à la disposition de la population un peu partout dans les lieux publics, en particulier par les collectivités. Par exemple, la ville de Paris en a implanté 132, Nantes 160, Châteauroux 45, Luçon 23.

« Nous ne connaissons pas le nombre exact de défibrillateurs dans l’espace public, car leur déclaration n’est pas obligatoire, regrette le Dr Bruno Thomas-Lamotte, président de l’Association pour le recensement et la localisation des défibrillateurs. On l’estime entre 100 000 et 130 000. » Pourtant, la mortalité n’a pas encore diminué !

Géolocalisation

« En moyenne, 5 % des victimes d’arrêt cardiaque hors domicile s’en sortent sans séquelle en France. Cette proportion ne s’est pas améliorée ces dernières années », révèle le professeur Hervé Hubert, président du Registre électronique des arrêts cardiaques. Comment expliquer une telle stagnation ?

D’abord, seulement 12 % des victimes bénéficient d’une réanimation avec défibrillation par un témoin. « Il subsiste des espaces concentrant beaucoup de monde, comme les gares ou les centres commerciaux, qui sont insuffisamment couverts », pointe le professeur Pierre-Yves Gueugniaud, président de la Société française de médecine d’urgence. Le sénateur (divers droite) du Nord Alex Türk propose ainsi de rendre obligatoire l’installation d’un défibrillateur dans différents sites(1).

Ensuite, un appareil dont on ne connaît pas l’emplacement précis ne sert à rien ! « Les collectivités doivent nous déclarer leurs défibrillateurs, et indiquer toutes les conditions d’accès, lieux exacts et horaires de disponibilité, poursuit Bruno Thomas-Lamotte. Nous avons en effet développé un logiciel de géolocalisation qui permet aux Samu et aux pompiers de situer les appareils les plus proches de l’endroit où se produit un arrêt cardiaque, puis de guider de manière très précise un témoin qui les appelle. »

Manque de formation

Enfin, pour qu’un défibrillateur soit utile, encore faut-il que quelqu’un effectue un massage cardiaque avant la mise en œuvre de l’appareil. A Gray, l’adolescente a survécu parce qu’un médecin généraliste présent sur place en a pratiqué un avant la défibrillation. « Une initiation de trente minutes suffit », assure le Dr Nordine Benameur, du Samu du Nord. Dans ce département, le déploiement des appareils dans les installations sportives a été accompagné d’une formation des staffs sportifs et médicaux. L’alerte précoce, le massage cardiaque puis une défibrillation initiés rapidement ont permis d’atteindre un taux de survie de 50 % !

Aujourd’hui, trois quarts des communes du Nord sont équipées d’un défibrillateur, financé pour moitié grâce à la réserve parlementaire d’Alex Türk et de l’ancienne sénatrice Sylvie Desmarescaux. « Nous avons formé 150 élus et réalisé un film pédagogique, précise Nordine Benameur. Ceux qui le souhaitent sont accompagnés pour former leurs concitoyens. Notre objectif est d’atteindre, dans la population générale, les résultats obtenus dans le milieu sportif du Nord. »

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Santé

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. OdataMalo 04/04/2016, 19h10

    A Saint-Malo, la position des défibrillateurs a été géolocalisée, et fournie librement en open data :

    http://data.stmalo-agglomeration.fr/explore/dataset/defibrillateurs/

  2. 2. François 04/04/2016, 09h27

    Louise, merci pour ce rappel. Il est dommage qu'un article n'indique pas le bon déroulement de la procédure. En formation, j'ai eu les mêmes informations que vous.

  3. 3. Louise 02/04/2016, 15h06

    Il y a une petite erreur. Il n'est pas nécessaire de pratiquer un massage AVANT de poser le défibrillateur. Si vous êtes seul avec la victime, il est même interdit de faire le massage avant d'avoir aposé l'appareil sur le torse nu de la personne.
    Le massage se pratique après la pose de l'appareil dès que celui-ci le demande (il parle).

    Si vous êtes plusieurs, en revanche, il vaut mieux que l'un d'entre vous commence un massage pendant que l'autre se charge d'aller chercher l'appareil. Le massage s'arrête ensuite lorsque la machine le demande.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.