En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

2

Commentaires

Réagir

Fusion des régions

La réorganisation des services en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est lancée

Publié le • Par • dans : Régions, Toute l'actu RH

2

Commentaires

Réagir

Homme d'affaire avec sacoche © Phovoir

La nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, qui emploie 6 700 agents, se lance dans l’harmonisation des deux administrations fusionnées au 1er janvier 2016. Elle s’est engagée à résoudre dans la concertation les questions épineuses, les différences étant importantes entre les deux anciennes collectivités.

 

Le 1er avril s’engage la concertation avec les syndicats promise par l’administration de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Le calendrier a été fixé lors du comité technique du 24 mars. Parmi les points sensibles abordés : les déplacements des agents des sites de Toulouse et de Montpellier, dans la deuxième plus grande région de métropole par sa superficie (72 700 km2). Autre question épineuse : l’uniformisation des conditions de vie et de travail. « Les différences entre les deux anciennes régions sont très importantes concernant les régimes indemnitaires et les temps de travail », souligne Thierry Vernière, secrétaire général d’UNSA-territoriaux de la collectivité.

Harmonisation par le haut

Le principe d’une « harmonisation par le haut » ayant été confirmé par Carole Delga, présidente de la région, après son élection, les syndicats pointent les catégories et les sites où les disparités sont importantes. En première ligne, les agents régionaux des lycées. « En Midi-Pyrénées, ils touchent une indemnité d’administration et de technicité (IAT) de coefficient 6,5, tandis qu’en Languedoc-Roussillon elle est de coefficient 3. Le complément qui est versé à ces derniers via l’action sociale est plus important qu’en Midi-Pyrénées, mais cela ne compense qu’en partie l’écart », révèle Patrick Auzende, représentant syndical CGT.

« La différence pourrait représenter environ 1 000 euros par agent et par an », précise Alain Millone, secrétaire adjoint de la section CFDT de la collectivité régionale. Soit « un enjeu de quelques millions d’euros » pour combler les disparités, selon la CGT. Celle-ci milite pour que cette question soit résolue d’ici à la fin de l’année, alors que, d’après une autre source, elle pourrait ne pas être négociée avant l’automne prochain.

Nouvel organigramme

Parallèlement à ces négociations, la direction générale des services pilote la mise en place du nouvel organigramme. Un principe est acquis : pas de mobilité forcée. En revanche, les mobilités fonctionnelles vont se multiplier et cela ne va pas sans susciter des inquiétudes. Concernant la nomination des directeurs généraux adjoints (DGA), entérinée par le comité technique du 24 mars, la CGT pointe que « les transports, ainsi que la formation professionnelle, les lycées, le sport et la jeunesse, soit environ 80 % du budget régional, sont confiés à deux cadres de Montpellier ». Cependant, tous les DGA seront « bi-sites ». Chacun aura deux bureaux, l’un à Montpellier, l’autre à Toulouse, et devra partager son temps entre les deux.

Ils ont désormais pour mission de modifier l’organigramme au sein de chaque direction. Un sujet nettement plus complexe, les sièges des anciennes collectivités ayant appliqué des schémas très différents. « Il faut commencer par uniformiser les fonctions, plaide Thierry Vernière. A Toulouse, il y a des directeurs, des directeurs adjoints, des chefs de service et leurs adjoints, ainsi que des chefs de bureau. A Montpellier, seulement des directeurs et des chefs de service. » Une partie d’entre eux s’inquiètent des changements inévitables. « Le climat de travail est détérioré, avec des situations de stress, d’incertitude, de souffrance », souligne Patrick Auzende. Les syndicats demandent un accompagnement RH individualisé et des formations en cas de mobilité fonctionnelle.

Prochaine étape : l’organisation « transitoire » sera présentée en comité technique, puis en plénière en juin 2016. Transitoire, parce qu’elle pourrait encore être ajustée au cours des mois suivants.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. François 04/04/2016, 09h31

    Merci pour les dépenses en plus et le recul d'efficience...

  2. 2. ssrw38 01/04/2016, 15h57

    Ah les nouvelles régions !!! On n'a pas fini d'en parler et de débattre sur les potentielles économies. A ce propos je crois lire : "Cependant, tous les DGA seront « bi-sites ». Chacun aura deux bureaux, l’un à Montpellier, l’autre à Toulouse, et devra partager son temps entre les deux." Excusez, je voulais dire je crois rêver ! Avec 2 assistantes, etc... et les frais de déplacements, etc....

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.