En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir

Edito

Le dégel fait-il le printemps ?

Publié le • Par • dans : France, Opinions

4

Commentaires

Réagir

degel-neige-fonte-UNE © tedrafranklin / Pixabay CC0 Public domain

Donner un coup de pouce aux salaires des fonctionnaires sans dévier de la trajectoire budgétaire. Le défi est de taille pour un gouvernement déjà chahuté par les manifestations contre le projet de loi « travail » et qui redoute de voir s’ouvrir un nouveau front de contestation.

 

Donner un coup de pouce aux salaires des fonctionnaires sans dévier de la trajectoire budgétaire. Le défi est de taille pour un gouvernement déjà chahuté par les manifestations contre le projet de loi « travail » et qui redoute de voir s’ouvrir un nouveau front de contestation. La ministre Annick Girardin a donc été priée d’éteindre l’incendie qui couve depuis six ans chez les agents, toutes fonctions publiques confondues.

Ponction

Presque un mois, jour pour jour, après son arrivée rue de Lille, la nouvelle ministre de la Fonction publique a annoncé, le 17 mars, avec tambours et trompettes le dégel du point d’indice, assurant aussitôt le service après-vente de cette bonne nouvelle sur le terrain comme sur les réseaux sociaux. Si Marylise Lebranchu avait réussi tant bien que mal à contenir la colère des syndicats en négociant grille par grille le protocole « parcours professionnels, carrières et rémunérations », l’histoire retiendra que c’est l’élue de Saint-Pierre-et-Miquelon qui a fini par lâcher du lest. Avec, en ligne de mire, l’élection présidentielle de 2017. Ce geste d’apaisement suffira-t-il à réconcilier les fonctionnaires avec la gauche ? On peut en douter… La générosité gouvernementale se traduira, en effet, par une ponction de 648 millions d’euros dans le budget annuel des collectivités et par une hausse de 14 à 22 euros dans le porte-monnaie des agents !

Soufflé

Passé l’effet d’annonce, le soufflé est aussitôt retombé. Les associations d’élus, tout en reconnaissant le bien-fondé d’une revalorisation salariale de leurs agents, s’interrogent sur le peu de marges de manœuvre des collectivités et appellent de nouveau à la réévaluation de la dotation globale de fonctionnement. Les centrales syndicales se montrent également sceptiques quant à la portée véritable de cette légère hausse indiciaire et poussent déjà la ministre dans ses retranchements. Un printemps chaud après le dégel ? La logique météorologique pourrait s’appliquer à la fonction publique…

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueSalaire fonction publique

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. dominique1980 03/04/2016, 19h45

    avec 14 euros vous oubliez les déductions, donc on va pas s'éclater, les augmentations du privé non rien à voir avec nous.
    J'espère que nous allons tous faire grève

  2. 2. dominique1980 02/04/2016, 17h58

    attention on ne va pas faire la fête avec cette augmentation comment l'état peut il continuer à se moquer de nous, et je ne parle pas des primes qui ont disparus mais pour les bas salaires par contre les DGS maintenant ils ont plusieurs primes, mais on ne parle pas de leur salaires à eux, on continue d'écraser les petits, et les petits sont au garde à vous devant les gros salaires combien de temps allons nous mettre pour réagir et bloquer le pays pour faire comprendre les choses

  3. 3. pov citoyen 02/04/2016, 07h49

    Marre de lire cela pour les CL; les agents n'ont-ils pas droit à être pris en compte alors que les édiles continuent à tout faire pour préserver leurs honteux statuts de cumulards? Et quand je dis cumulards, je ne vous parle même pas de leurs retraites.
    Une honte.
    Un coup à voter front national; heureusement, on sait que les extrêmes ne sont pas plus propres avec l'argent.
    Au moins un peu de pudeur mesdames et messieurs les élus.

  4. 4. MARIO80 01/04/2016, 09h01

    La solution parait pourtant évidente.
    Pour éviter un dépassement budgétaire des dépenses de personnel, il suffit de contrebalancer en diminuant les indemnités de nos chers élus, et de nos chers ministres.
    Vous verrez, même en diminuant que d'un tiers ces émoluments, nous arriverons à faire des économies plus que substancielles.
    Même démarche pour tout ce qui concerne leurs remboursements de "frais".
    Il est fatiguant de devoir toujours "cracher" sur la fonction publique dans son ensemble.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.