En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

2

Commentaires

Réagir

Fonction publique

Annick Girardin précise l’agenda social 2016 de la fonction publique

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

2

Commentaires

Réagir

Calendrier © Fotolia

Pour son premier conseil commun de la fonction publique, la ministre Annick Girardin a précisé l’agenda social 2016. Les membres du CCFP se sont également prononcés sur quelques dispositions du projet de loi « égalité et citoyenneté », dont l’une a fait l’objet d’un avis négatif unanime des syndicats.

 

Les « partenaires sociaux » de la fonction publique n’auront pas de répit dans les mois à venir. Lors de la première séance plénière du conseil commun de la fonction publique sous « l’ère Girardin », le 29 mars, les membres de cette instance se sont vu préciser l’agenda social de la fonction publique pour l’année restante.

Annick Girardin a ainsi annoncé la réalisation d’un état des lieux sur la protection sociale complémentaire des fonctionnaires. A cette occasion, la ministre a aussi indiqué qu’une « attention toute particulière » serait portée « pour favoriser l’aide au logement des fonctionnaires qui habitent des zones où le prix du marché dépasse largement leurs moyens ».

Nouvelles concertations

L’agenda social 2016 comportera en outre deux thèmes majeurs. La santé et la qualité de vie au travail d’abord. « La concertation portera principalement sur la préparation de nouveaux droits pour les agents et des actions innovantes comme la prévention des altérations professionnelles de la santé, le maintien dans l’emploi des agents publics, notamment avec la prise en compte de l’allongement des carrières ou encore la qualité de vie au travail », a indiqué la ministre.

Par ailleurs, une nouvelle concertation sur le recrutement, la formation, le développement des compétences et l’accompagnement des parcours de professionnalisation tout au long de la carrière sera lancée le 12 avril prochain.

La ministre a également annoncé que des discussions seraient ouvertes sur le compte personnel d’activité (CPA). Ce point de l’ordre du jour de la réunion de ce mardi avait été retiré après un tollé auprès des syndicats.

L’année 2016 sera évidemment en outre consacrée à la mise en œuvre de la future loi déontologie et à la poursuite de la préparation des textes liés au texte Parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR).

Bientôt les grilles des C et des A attachés

A cet égard, un groupe de travail sur les grilles des C et des A attachés est prévu pour la mi-avril, pour un passage en conseil supérieur de chaque versant en mai.
Un autre groupe de travail devrait se pencher vers la mi-mai sur le déroulement de carrière sur deux grades et la valeur professionnelle, des dispositifs également prévus dans le texte PPCR.
Enfin, la ministre a confirmé l’ouverture d’une concertation sur la revalorisation des agents de la filière sociale en novembre.

Annick Girardin a par ailleurs insisté sur « trois axes de réflexion importants pour l’année à venir » :

  • la laïcité

Pour la ministre, il faut approfondir les actions existantes, en distribuant notamment à chaque agent la charte de la laïcité, et en expérimentant une formation en ligne. Le ministère a d’ailleurs mis en ligne le 29 mars un module de sensibilisation à la déontologie à destination des agents. Annick Girardin souhaite en outre la nomination de correspondants référents, et la mise en place d’une commission spéciale sur la laïcité dans la fonction publique.

  • l’innovation

La ministre souhaite redynamiser le lieu de débat qu’est le Conseil national des services publics et « mieux valoriser toutes les innovations déjà effectuées par les agents de la fonction publique ».

  • l’engagement de la jeunesse dans la fonction publique

L’engagement de la jeunesse passe selon la ministre par le développement de l’apprentissage et le renforcement des classes préparatoires intégrées.

L’ordre du jour du CCFP appelait en outre l’examen du rapport annuel sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes dans la fonction publique. Ainsi que de trois articles issus du projet de loi « égalité et citoyenneté ».

L’un d’eux a fait l’objet d’un rejet unanime des organisations syndicales. « C’est une première depuis la création du conseil commun, insiste Baptiste Talbot (CGT).
L’article en question prévoit d’étendre à la catégorie B le dispositif « PACTE » (parcours d’accès aux carrières territoriale, hospitalière et de l’Etat) destiné aux jeunes âgés de moins de 28 ans peu ou pas qualifiés.

« Au-delà du fond, ce projet de loi nous a été soumis en extrême urgence, sans réelle préparation en amont. Le dialogue social ne peut être exercé dans de tels délais », insiste Baptiste Talbot.

« Le dialogue social construit doit être un des ingrédients de la réussite de tout progrès. Le débat autour de trois articles de la future loi « égalité et citoyenneté » a montré les limites d’une concertation précipitée », indique aussi l’Unsa dans un communiqué.

La FA-FP considère également cette séquence comme « un rendez-vous manqué en matière de dialogue social ».

A deux jours d’une nouvelle journée nationale d’action, les organisations syndicales ont aussi maintenu la pression sur le point d’indice. Et insisté, pour certaines, sur leur opposition au projet de loi « travail ». « Outre ses désastreuses conséquences directes, un nouvel abaissement du niveau de protection des salariés du secteur privé serait un levier supplémentaire que pourraient actionner les ennemis du statut de la fonction publique », a par exemple indiqué la CGT.

Salaires des fonctionnaires : comparez, évaluez, simulez

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. INGERABLE 22/04/2016, 12h30

    En èspérant que le gouvernement a pris conscience de l'injustice conçernant
    les agents de maîtrise et agents de maîtrise principaux ceux-ci devraient basculer en
    Catégorie B1 et B2 vu leurs charges de travail et de responssabilités.En effet ils sont moins bien rémunérés que les agents qu'ils encadrent .C'est un vrai malaise ,cela devient ingérable pour les collectivités térritorial.
    MERCI

  2. 2. MARIO80 31/03/2016, 08h31

    Encore beaucoup d'encre pour pas grand chose au final !
    Il faudrait que le Gouvernement arrête avec les effets "pubs".
    Une fois de plus, je m'aperçois que la catégorie B est restée sur le carreau !

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.