En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Zoom Finances Locales Mars 2016

L’Observatoire de la dette Finance Active 2016

Publié le • Par • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

Source : http://www.financeactive.com 

0

Commentaire

Réagir

ZFL © La Gazette

Ce nouvel épisode de Zoom Finances Locales est consacré à l'Observatoire Finance Active de la dette. En 2015, les collectivités locales ont continué de bénéficier d’une offre de crédit abondante. L’excès d’offre s’est traduit par une concurrence accrue entre sources de financement. L’assouplissement des conditions de crédit s’est ainsi poursuivi se traduisant, notamment, par les taux d’emprunt les plus faibles historiquement mais aussi par une offre plus abondante sur les maturités longues.

 

Pour autant, le marché reste dominé par des banques publiques et même la dynamique concurrentielle retrouvée a du mal à faire oublier ce qui pourrait être une « nouvelle normalité. »

L’autre temps fort de l’année 2015 aura été constitué par les premières opérations de « désensibilisation » accompagnées par le « Fonds de soutien aux produits structurés » et, avec elles, c’est la saga des « produit toxiques » et leur univers impitoyable qui semble bien se diriger vers sa dernière saison.

Retour en images et en chiffres sur l’année 2015, avec l’Observatoire Finance active de la dette des collectivités locales.


Zoom Finances Locales Mars 2016 – Observatoire… par lagazettefr

Situons d’abord notre Observatoire avec quelques éléments de méthodologie. L’Observatoire Finance active, c’est :

  • la dette de plus de 1 300 collectivités locales…c’est ensuite un encours de dette total de 97,6 milliards d’euros, soit environ la moitié de la dette des administrations publiques locales au sens de l’INSEE ;
  • pour une analyse de 8,6 milliards d’euros d’emprunts nouveaux ou du moins d’emprunts ayant permis de couvrir les besoins de fonds en 2015 ;
  • le tout, pour un Observatoire réalisé au 31 décembre 2015

Commençons par les prêteurs de l’année 2015 et la manière dont les collectivités ont couvert leurs besoins d’emprunt.

Au terme de l’année, les banques ont financé 55,8% des besoins d’emprunt à long terme des collectivités :

  • une proportion de 35,8% des volumes correspond aux nouveaux contrats, signés et consolidés en 2015 ;
  • 13,8% des besoins ont été assurés via la consolidation de contrats signés par le passé ou de conventions pluriannuelles ;
  • enfin les « opérations mixtes » – consistant à compacter le réaménagement d’un produit structuré avec du flux nouveau destiné au financement de l’investissement courant – ont couvert 6,2% des besoins d’emprunt des collectivités dans leur ensemble.

Dans des proportions similaires aux années récentes, les sources alternatives ont financés le complément. Si ces financements alternatifs sont d’abord le fait des grands emprunteurs – notamment les Régions et les Syndicats -, au niveau macro, c’est encore près de 45% des besoins qu’ils couvrent.

Le recours au financement obligataire est resté stable, l’année n’ayant pas vu de nouvel émetteur. A l’inverse, c’est un nouvel acteur – l’Agence France locale – qui est venu faire ses premiers prêts aux côtés de ses homologues « banques publiques. » La Caisse des dépôts, et sa nouvelle filiale, l’Agence française de développement, réalisent à elles deux 8,3% des nouveaux flux, sans détrôner une Banque européenne d’investissement qui conserve sa position de premier prêteur du secteur.

Si on se concentre maintenant sur les banques, et plus particulièrement sur les financements nouveaux accordés par elles, l’importance de l’intervention publique n’en est qu’accrue. Avec plus de 30% de parts de marché – en volume et en nombre d’ailleurs-, la Banque Postale et le pôle de financement qu’elle constitue avec la Société de financement local (SFIL) deviennent la première banque prêteuse.  Suit le Groupe BPCE et les quelques 15 établissements qui ont prêté au secteur durant l’année, pour près de 90% de ces crédits nouveaux qui ont été accordés par des établissements français, montrant s’il en faut la fragmentation du secteur bancaire à l’échelle européenne.

Du côté de l’étude du stock de dette, 2015 est une nouvelle année historique en terme de taux d’intérêt. Au 31 décembre, le taux moyen de la dette enregistre ainsi son plus bas à 2,80%, dans un mouvement de baisse continue depuis 2011.

A côté de la concurrence, l’expansion monétaire accrue de la Banque centrale européenne a contribué à faire que les collectivités ont pu bénéficier du taux d’emprunt le plus faible qu’elles aient jamais connu. La BCE n’aura pas été – et n’est toujours pas – en reste : entre taux d’intérêt négatifs, achats de dette des Etats européens mais aussi des obligations émises par les banques publiques et les collectivités locales, elles-mêmes, Lander allemands et régions françaises en tête.

Dernier chapitre de notre chronique, le risque de la dette – et comme nous le disions en préambule : la saga des « produits toxiques » semble vouloir toucher à sa fin, et l’année 2015 y aura contribué. Au 31 décembre, les produits hors Charte – soit classés 6 ou F dans la classification du risque Gissler – ne représentent plus que 1,9% de l’encours de dette total, là où ce chiffre était de 5,8% à la fin 2010. La dilution dans les nouveaux encours mais aussi les premières opérations de désensibilisation accompagnées par le « Fonds de soutien aux produits structurés » ont ainsi fait que la proportion de la dette à risque limité approche les 96%, pour une proportion qui pourrait se rapprocher encore de 100% à la fin 2016.

Pour autant, les produits indexés sur des taux de change – en particulier sur le franc suisse – restent les plus nombreux – plus de 80% des produits les plus risqués. Ils sont aussi ceux qui possèdent les taux d’intérêt les plus élevés – près de 9% en moyenne à la fin de 2015 et sont massivement détenus par la SFIL, Dexia et le Groupe BPCE.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DetteFinancementsFinances locales

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.