Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

OPA sur les bugdets locaux

Publié le 01/04/2016 • Par Cédric Néau • dans : Billets finances

argent
finances Flickr CC by Linus Bohman
A l'instar ce de qu'il s'est passé en Italie ces dernières années, l'Etat français serait-il tenté de reprendre la main sur les budgets locaux en pesant à la fois sur les ressources et sur le marché de la dette ?

 

L’Etat italien est malin. En grand danger financier pendant la crise de 2008, il a diminué les dotations des collectivités de près de 26 milliards d’euros entre 2010 et 2017, tout en poussant celles-ci à s’endetter toujours plus, notamment auprès des banques publiques.

Gagnant sur les deux tableaux, il peut aujourd’hui se targuer d’obtenir de bons résultats budgétaires, d’avoir mis sous contrôle financier les collectivités locales et récupéré le marché du secteur public. Plutôt bien joué ? A bien des égards, l’exemple transalpin semble inspirer aujourd’hui l’Etat français, qui mène, avec quatre ans de retard, la même politique de restriction des ressources.

Reprise en main ?

A l’instar de la Cour des comptes, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer une loi de finances locales en bonne et due forme, afin de mieux contrôler la gestion locale. Parallèlement, l’acti­visme des banques publiques françaises constaté en 2015 change la nature du marché de la dette du secteur public local, désormais dominé par ces opérateurs publics ou parapublics. La Banque postale - Sfil a ainsi capté 34 % des emprunts réalisés en 2015, en volume et en valeur.

L’Etat français voudrait-il, comme l’italien, gagner sur les deux tableaux tout en contrôlant mieux ce marché pour éviter, par exemple, d’autres épisodes « toxiques » qu’il ne s’y prendrait pas autrement. C’est oublier que La Banque postale - Sfil s’est développée sur les ruines de celle qui a contribué à polluer les comptes publics locaux, par ses produits mais aussi ses pratiques commerciales.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

OPA sur les bugdets locaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X