En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Fonction publique territoriale

Cabinets ministériels : les administrateurs territoriaux en force

Publié le • Par • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH • Club : Club RH

0

Commentaire

Réagir

Les administrateurs territoriaux tirent particulièrement profit du dernier remaniement. Le bilan du mercato dans les régions est, en revanche, globalement négatif pour eux. Du coup, ils vont lancer de nouvelles opérations de lobbying.

 

Fabien Tastet, président de l’Association des administrateurs territoriaux de France (AATF), n’en revient pas : « Hier, c’est nous qui appelions pour placer des collègues. Aujourd’hui les cabinets ministériels nous téléphonent pour nous demander des noms ! » Après le remaniement du 11 février 2016, le portable de Fabien Tastet a chauffé comme jamais.

Deux administrateurs territoriaux occupent des postes de directeur de cabinet. Le directeur adjoint de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris, Stéphane Le Ho est devenu dircab’ de la secrétaire d’Etat à l’égalité réelle, Ericka Bareigts. Eric Lajarge, ex-directeur général adjoint (DGA) au conseil général de l’Ardèche a pris des responsabilités similaires auprès de Juliette Méadel, secrétaire d’Etat à l’aide aux victimes.

Delphine Cervelle, la cheffe de cabinet de la secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, Estelle Grelier, appartient aussi au même cadre d’emplois. Elle a, notamment, été DGA à Aubervilliers.

Les administrateurs territoriaux décrochent aussi des postes de conseillers techniques. Singulièrement au sein du pack action publique du Gouvernement. Au ministère des Territoires, Jonathan Morice, conseiller à la réforme des collectivités sous l’ère de Marylise Lebranchu, conserve ses attributions.

Jusqu’à Matignon

Chez la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, deux administratrices territoriales sont, enfin, enrôlées. L’ex-directrice adjointe de l’Association des maires de France, Séverine de Sousa, supervise, tout un symbole, le dossier de la fonction publique territoriale. Jehane Bensedira, ancienne chargée de mission à la direction générale du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), prend les rênes du secteur de l’innovation. Jolie reconnaissance pour cette jeune femme de 28 ans. D’autant plus que son domaine d’attribution, l’innovation, forme une thématique chère à l’AATF.

A Matignon, les administrateurs territoriaux augmentent aussi leurs « parts de marché », selon le mot de Fabien Tastet. A l’automne, un ancien président de l’AATF, Philippe Mahé, a bien quitté le cabinet du Premier ministre. Mais c’était pour prendre le poste de préfet en Meurthe-et-Moselle. Un administrateur territorial, Jean-Luc Combe, lui a succédé. Egalement romu préfet sous la gauche, cet ancien collaborateur de Jean-Pierre Bel à la présidence du Sénat dirige le pôle « Réforme territoriale et collectivités locales » de Matignon. Au début de cette année, il s’est attaché les services d’une autre administratrice territoriale, l’ancienne DGS de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, Anne-Claire Mialot.

« Quand voisinent des cadres dont les profils sont différents en termes sociologique, professionnel et de genre, les décisions sont généralement meilleures », se félicite Fabien Tastet dans un communiqué publié le 23 mars 2016.

Nouvelles propositions

Mais si, en fin de mandature, les cabinets ministériels de gauche se montrent accueillants, il n’en est pas de même pour les nouvelles régions de droite. La proportion d’administrateurs territoriaux DGS décline de 45 à 31 %. Parmi les 12 régions hexagonales, cette proportion est encore moindre : de l’ordre de 25 %. Seuls Valérie Chatel en Bourgogne-Franche-Comté, Frédéric Ollivier en Normandie et Simon Munsch en Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées décrochent un poste de directeur général des services. Les hauts-fonctionnaires d’Etat raflent la quasi-totalité des régions les plus peuplées, à l’instar du préfet Patrick Stefanini en Ile-de-France ou du magistrat de la Cour des Comptes, Guillaume Boudy en Auvergne / Rhône-Alpes.

« Des élus nous identifient parfaitement, nous recrutent et nous font rapidement progresser dans leur institution. D’autres ne nous connaissent pas du tout et vont se tourner vers des hauts fonctionnaires d’Etat voire des contractuels quand il s’agira de recruter », soupèse Fabien Tastet. L’AATF va en ce sens, formuler de nouvelles propositions pour favoriser l’entrée sur le marché du travail des élèves administrateurs. L’association sera aussi, pour la première fois, présente au salon des maires qui se déroulera du 31 mai au 2 juin 2016.

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

La répartition des charges sur les ouvrages d’art se met en musique

Trois ans après la loi de juillet 2014 visant à répartir les responsabilités et les charges financières concernant les ouvrages d’art de rétablissement de voies, le décret d’application vient de paraître. Il précise les modalités de répartition des ...

Guy Gilbert, professeur émérite à l'ENS Cachan.

Guy Gilbert : "Le bassin de vie est l'échelle pertinente pour trancher les questions fiscales"

L'impôt local idéal existe-t-il ? Est-il à portée de main ? Pour Guy Gilbert, professeur émérite à l'ENS Cachan et spécialiste reconnu des finances locales, tenter de réunir ces critères s'apparente à chercher… la quadrature du cercle ! Un défi stimulant. ...

Aide aux victimes : 12 recommandations pour une nouvelle gouvernance

Un rapport des inspections générales de l’administration, des affaires sociales et de la justice, demande à revoir la gouvernance de la politique publique d’aide aux victimes. Il recommande en particulier la définition d’un schéma territorial dans chaque ...

Temps de travail et absentéisme : fureur des syndicats contre les propositions du ministère

Deux textes "à visée politique", "inexacts au niveau réglementaire" et à "l'écriture amateur"... Les expressions des organisations syndicales sont sans concession pour qualifier les projets de circulaires sur le temps de travail et l'absentéisme qui leur étaient ...

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X