[BILLET] Environnement

Quelles conséquences juridiques pour le préjudice écologique ?

| Mis à jour le 24/03/2016
Par
Michael Coghlan

Michael Coghlan CC by Flickr

Un amendement au projet de loi relatif à la biodiversité, visant à inscrire le préjudice écologique dans le code civil, a été voté en seconde lecture, le 15 mars, par l'Assemblée nationale.

Un très long parcours semé d’embûches. Telle est l’image qui vient à l’esprit lorsqu’on pense à l’inscription dans le code civil de la notion de préjudice écologique. En janvier, le Sénat avait introduit un article, dans le projet de loi relatif à la biodiversité, selon lequel « toute personne qui cause un dommage grave et durable à l’environnement est tenue de le réparer ». Mais, le 1 er  mars, à la surprise générale, en commission du développement durable, le gouvernement a déposé un amendement qui exonérait de toute responsabilité les auteurs d’atteinte à l’environnement résultant d’activités autorisées, déclenchant un véritable tollé de la part des associations de protection de l’environnement et de certains juristes spécialistes de ces questions. La secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, Barbara Pompili, a été contrainte de retirer cet amendement.

Fausse nouveauté

Le nouvel amendement voté le 15 mars en seconde lecture par les députés n’est toutefois pas une « révolution juridique », comme aiment à le clamer les députés de la majorité, mais il permet de consacrer dans la loi l’existence jurisprudentielle de ce préjudice, issue de l’arrêt « Erika » rendu par la Cour de cassation le 25 septembre 2012. En effet, cet arrêt reconnaissait pour la première fois en droit le préjudice écologique en le définissant comme « consistant en l’atteinte directe ou indirecte portée à l’environnement et découlant de l’infraction ».

L’enjeu de la réforme en cours est donc simplement de préciser cette définition, d’abord en introduisant le principe connu du « pollueur-payeur », selon lequel « toute personne qui cause un préjudice écologique est tenue de le réparer », puis en définissant celui-ci comme « résultant d’une atteinte non négligeable aux éléments ou aux fonctions des écosystèmes, ou aux bénéfices collectifs tirés par l’homme de l’environnement ».

Elargissement du droit d’agir

Cette définition emporte comme conséquence un élargissement du droit d’agir en réparation. En effet, si la précédente version du texte ne prévoyait qu’un droit d’action restreint aux seules associations de protection de l’environnement agréées, l’action en réparation du préjudice écologique, telle qu’elle a été votée le 15 mars, est désormais ouverte « à l’État, au ministère public, à l’Agence française pour la biodiversité, aux collectivités territoriales et à leurs groupements dont le territoire est concerné, ainsi qu’à toute personne ayant qualité et intérêt à agir ».

Quant au délai de prescription de l’action en réparation, il a été fixé à 30 ans, « à compter du jour où le titulaire de l’action a connu ou aurait dû connaître la manifestation du préjudice », sans pouvoir dépasser 50 ans. Mais une dernière question se pose : comment cet élargissement de la réparation du préjudice écologique sera-t-il conciliable avec la sécurité juridique du développement économique, comme l’exige l’article 6 de la Charte de l’environnement ? Le Conseil constitutionnel sera donc seul juge en la matière, mais cette question réserve, pour le préjudice écologique, un nouvel obstacle à franchir !

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP