En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Edito

Surenchère électoraliste autour de la fonction publique

Publié le • Par • dans : France, Toute l'actu RH

1

Commentaire

Réagir

vote-election-drapeau-urne-une © Guillaume Le Bloas -Fotolia

Vous ne l’aviez pas encore remarqué ? Nous sommes entrés dans la campagne pour l’élection présidentielle ! Ou, plus exactement, dans cette période particulière pendant laquelle, pour évaluer son poids politique et pour exister médiatiquement, chaque candidat, déclaré ou non, y va de sa provocation.

 

Vous ne l’aviez pas encore remarqué ? Nous sommes entrés dans la campagne pour l’élection présidentielle ! Ou, plus exactement, dans cette période particulière pendant laquelle, pour évaluer son poids politique et pour exister médiatiquement, chaque candidat, déclaré ou non, y va de sa provocation.

Au palmarès des incendies volontairement allumés, la nouvelle charge des Républicains contre le statut tient, à ce jour, la première place.

Attaque systématique

Une attaque violente contre ces fonctionnaires trop nombreux, qui ne travaillent pas assez et sont inamovibles car rivés à un statut surprotecteur. Il faudrait donc « dégraisser la fonction publique ».

Les solutions préconisées ? Diminuer mécaniquement le nombre d’agents et réserver le statut uniquement à ceux qui sont chargés d’activités régaliennes. C’est donc une très grande partie de la FPT qui serait visée par une telle révision générale des politiques publiques, qui, soit dit en passant, ferait fi du principe de libre administration des collectivités territoriales.

Mais il ne faut pas inverser « projet » et « outil ». Les fonctionnaires exercent des métiers, faut-il le rappeler, répondant aux besoins des usagers et assurant des missions de service public qui dépassent le cadre de notre sécurité.

Le modèle français relève d’éléments géographiques, historiques, mais aussi de choix politiques, certes différents de ceux rencontrés dans d’autres pays. Il n’existe d’agents « que » pour assurer ces services d’intérêt général : un principe fort, garanti justement par le statut et le concours.

Objectifs sociétaux

Exigeons des politiques qu’ils envisagent la question en termes d’objectifs et non de moyens : quels sont les objectifs sociétaux et les moyens de les atteindre ? Qu’ils mettent en balance le « coût » des agents avec la « valeur » qu’ils créent.

A travers une telle analyse objective, certains, peut-être, oseraient affirmer que nous n’avons plus les moyens d’assurer ce modèle français. Mais énonceraient-ils tous les services auxquels nous devrions, un jour, renoncer ? En période électorale, un tel discours serait nettement moins vendeur…

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Statut fonction publique

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Romain75 23/03/2016, 11h00

    Bonjour,
    la méthode qui vous proposez est louable. Quels est l'objectif de la fonction publique? assurer un service d'intéret général, un service public. Alors expliquez moi en quoi le statut est primordiale pour réaliser cette tâche au demeurant essentielle dans notre société? Les personnels des assosicaitons oeurant chaque jours dans des "services non marchands" ou les personnes travaillant pour le compte de délégataires de service publics sont affectées à la réalisaiton de prestations participant à l'intéret général n'est ce pas? Au lieu de vouloir défendre un statut qui n'a plus aucune légitimité mais aussi comme vous le mentionnez n'envisageons pas le dégraissage par une logique quantitative (non remplacement d'un fonctionnaire sur deux) qui ne laisse aucune marge d'appréciation qualitative en terme de révision des fonctionnements et des attentes d'une politique publique

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.