En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Politique de la ville

Des « délégués du gouvernement » appelés dans 12 « quartiers très prioritaires »

Publié le • Par • dans : Actu prévention sécurité, France

0

Commentaire

Réagir

BanlieueCiteHLM_AmandaVincentRous © Amanda Vincent-Rous (Flickr)

Une instruction du Premier ministre, Manuel Valls datée du 11 mars 2016 précise la mise en place des « délégués du gouvernement », à partir du 4 avril prochain. Nouveauté, le texte liste les douze « quartiers très prioritaires », concentrant le plus de difficultés sur le plan social comme sécuritaire, dont ils devront s’occuper en priorité.

 

Trappes, Marseille, Amiens, Cayenne, Grigny, Sevran-Aulnay, Avignon, Vénissieux, Mulhouse-Ilzach, Roubaix-Tourcoing, Toulouse et Mantes-la-Jolie : voici la liste des douze villes abritant des « quartiers très prioritaires » de la politique de la ville – nouvelle dénomination justifiant l’envoi en renfort d’autant de « délégués du gouvernement » à partir du 4 avril prochain.

D’après une instruction de Matignon envoyée aux préfets et datée du 11 mars, ces super-fonctionnaires d’Etat doivent apporter un « soutien complémentaire » là où se « concentrent le plus de difficultés » sur le plan social comme sécuritaire. Annoncé lors du comité interministériel des Mureaux à l’automne dernier, la création de ces postes – dont le recrutement n’aurait pas encore été entièrement pourvu – doit permettre de redynamiser la gouvernance de la politique de la ville, en initiant notamment une nouvelle « méthode de travail. »

Contre la « surenchère bureaucratique »

L’ambition de ces « délégués du gouvernement », l’une des mesures fortes du projet de loi « égalité et citoyenneté » publié en exclusivité par la Gazette avant sa présentation le 6 avril en conseil des ministres », est de mobiliser les services de l’Etat, opérateurs nationaux, administrations déconcentrées et autres partenaires locaux sur la concrétisation de 2 ou 3 priorités maximum (éducation, mixité sociale dans le logement, accompagnement personnalisé vers l’emploi, accès aux soins, prévention de la radicalisation, etc) dans un court laps de temps. D’après les mots du Premier ministre, Manuel Valls, lors du dernier CIEC, les délégués du gouvernement bénéficieront en effet de 12 à 24 mois pour abolir « le cloisonnement de l’intervention publique, l’intervention en silo, la surenchère bureaucratique » et obtenir « des résultats tangibles pour les habitants. »

Si le projet de loi Egalité et Citoyenneté est voté en l’état et que l’opération se révèle concluante pour assurer la mobilisation des politiques publiques de droit commun vers ces quartiers, cette première « phase expérimentale » pourrait amenée à être prolongée et généralisée à travers la France. Surtout, les priorités ne seront alors plus seulement identifiées par les préfets et les élus locaux, mais aussi par les habitants. L’article 36 dudit projet de loi prévoit en effet que les conseils citoyens puissent saisir le préfet pour demander de bénéficier d’un tel dispositif.

Publication de la liste des douze « quartiers très prioritaires »

Amiens : quartiers Nord

Avignon : Monclar rocade sud

Cayenne : non précisé

Grigny : Grande-Borne, Grigny 2

Mantes-la-Jolie : Grand mirail

Marseille : 15ème arrondissement

Mulhouse-Ilzach : Drouot, Jonquilles

Roubaix-Tourcoing : Blanc, Seau, Croix, Bas-saint-Pierre, et Bourgogne

Sevran-Aulnay : Montceleu, Pont-blanc

Toulouse : Val-Fourré

Trappes : Merisiers, Plaine de Neauphle

Vénissieux : Etats-Unis, Langly, Santy, Duclos, Barel

 

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Etat et collectivités localesPolitique de la ville

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.