Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Comment le 93 maintient son investissement malgré les contraintes budgétaires

Publié le 21/03/2016 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Bonnes pratiques finances, France

Valéry Molet, DGS de la Seine-Saint-Denis
Valéry Molet, DGS de la Seine-Saint-Denis Seine-Saint-Denis
Le budget 2016 de la Seine-Saint-Denis prévoit des dépenses d’investissement en hausse de 4,6 % alors que le département est confronté à une baisse des dotations de 22 millions d’euros et qu’il est le deuxième département gérant le plus de bénéficiaires du RSA, après le Nord. Le DGS Valéry Molet explique sa recette.

La plupart des départements affirment ne plus pouvoir soutenir leurs dépenses d’investissement et/ou leurs dépenses sociales. Malgré ce contexte, vous parvenez à maintenir l’investissement. Où avez-vous trouvé vos marges de manœuvre ?

Le contrôle du budget de gestion a permis d’avaler la baisse des dotations et de préserver l’investissement. Hors remboursement de la dette (63 millions d’euros en 2016 contre 67 millions d’euros en 2015, ndlr), les dépenses réelles d’investissements passent de 211 millions en 2015 à 221 millions cette année. C’est une obligation compte tenu du millier de collégiens supplémentaires par an prévu dans le département durant la mandature. Il faudra donc créer huit collèges d’ici 2020, après en avoir ouvert 12 sous le précédent mandat. C’est un effort sans précédent.

Pour parvenir à cet objectif, il a fallu faire reculer les dépenses réelles de fonctionnement de 1,2 %, passant de 1,805 milliard en 2015 à 1,783 milliard en 2016, malgré une légère ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment le 93 maintient son investissement malgré les contraintes budgétaires

Votre e-mail ne sera pas publié

bill76

23/03/2016 01h15

Et pas un mot sur la suppression des subventions aux crèches communales ?
La location des véhicules départementaux est pas mal : on imagine les go fast sinon l’uberisation de la flotte automobile départementale

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X