Aménagement du territoire

Paris, Rouen et Le Havre veulent réinventer la Seine

| Mis à jour le 18/03/2016
Par • Club : Club Techni.Cités

Jean Robert Thibault / Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic license

Paris, Rouen et le Havre lancent un appel à projets commun autour d’une quarantaine de sites emblématiques. Il s’agit de donner du corps à une belle idée qui peine, encore, à se matérialiser.

« Il faut poser des actes. » Par ces quelques mots, Anne Hidalgo, maire de Paris (PS), résume la philosophie de l’appel à projets « Réinventer la Seine » lancé le 14 mars 2016 à Rouen. Tout un symbole, la présentation a eu lieu dans la grande salle du Hangar 106, ancien édifice portuaire reconverti en salles des musiques actuelles (SMAC) par la Métropole Rouen Normandie. Il s’agit de poursuivre, mais surtout d’accélérer, cette belle idée de l’Axe Seine, lancée en 2009,  à la suite de la publication du rapport de l’architecte urbaniste Antoine Grumbach.

« Incarner »

Aujourd’hui, force est de le constater : le compte n’y est pas. Bien sûr, des avancées ont été observées. En 2012, les ports de Paris, Rouen et le Havre se sont rapprochés au sein du GIE Haropa. En 2015, un contrat de plan interrégional, dédié à la vallée de Seine, a été entériné. Pour le reste, un Grand Paris, reliant la capitale à la mer, reste encore à l’état de concept. Le seul exemple du marasme ferroviaire – fret et passagers –  en témoigne. « Nous ne sommes pas en avance », concède Edouard Philippe, le député-maire du Havre (LR). Sans doute plus grave, les mots mêmes d’Axe Seine résonnent peu aux oreilles des habitants de ces territoires. D’où cette initiative d’envergure internationale « à même d’incarner », selon les termes de l’édile havrais, ce que pourra être le fleuve d’ici quelques années.

Investisseurs étrangers

Dans une démarche inédite, les agglomérations de Paris, Rouen et le Havre s’associent pour la reconquête de quarante-deux lieux d’exception nichés aux abords de cet axe fluvial et portuaire. « Cet appel commun à l’innovation s’adresse à l’intelligence collective des architectes, des urbanistes, des acteurs économiques et culturels, mais aussi à tous ceux qui souhaitent faire vivre le fleuve et ses abords », indique le dossier de présentation. Concrètement, il s’agit d’offrir la possibilité à des investisseurs d’imaginer de nouvelles fonctions et de nouveaux usages à l’intérieur de sites naturels ou de friches industrielles. Le tout en respectant plusieurs critères, notamment l’ouverture au public et la prise en compte de l’élément aquatique. Selon le calendrier annoncé, les deux jurys définitifs sont prévus pour le courant de l’année 2017. Ils devraient sélectionner les heureux lauréats. D’ici là, les services des trois villes, au premier chef, ceux de la capitale, vont se faire les VRP des différents sites.

Doit-on craindre d’éventuelles difficultés pour dénicher des candidats sérieux et solides d’un point de vue financier ? Jean-Louis Missika, adjoint au maire de la capitale en charge de l’urbanisme, balaye l’hypothèse : « Je ne me fais aucun souci sur notre capacité à mobiliser des investisseurs du monde entier. » Et de citer en exemple le récent succès de l’opération similaire « Réinventer Paris ». Dès cette semaine, l’élu se rend au marché international des professionnels de l’immobilier (MIPIM) pour assurer la réclame de ce nouvel appel à projets. Pour crédibiliser davantage l’initiative, François Philizot, délégué interministériel à la vallée de Seine, annonce que « la Caisse des Dépôts et des consignations soutiendra les porteurs de projets ». « Tous réunis, nous sommes plus puissants », estime Edouard Philippe.

« Axe Seine en panne »

Si les trois villes parlent d’une même voix sur l’axe Seine, il n’en va pas de même des autres collectivités locales… Depuis la dernière séquence électorale – départementales et régionales -, d’autres initiatives ont vu le jour pour la relance d’un grand dossier d’aménagement jugé « en panne ». Les Départements de l’Eure, des Hauts-de-Seine, des Yvelines et de la Seine-Maritime ont ainsi créé un syndicat d’étude à même de travailler à un projet cohérent et commun aux quatre territoires.

A la veille de l’annonce du projet par les trois villes, Hervé Morin, président de la Normandie (UDI), a également annoncé son intention de solliciter Valérie Pécresse, son homologue d’Ile-de-France (LR), pour relancer le dossier autour de ses fondamentaux, à savoir l’activité économique et les transports. La concordance de date ne doit sans doute rien au hasard. Sur l’Axe Seine, chacun veut marquer son territoire.

Au risque, peut-être, de retarder davantage la concrétisation de cette riche idée…

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Un contrat de subvention sous les feux d’une mise en concurrence

    Un contentieux sur l’organisation du carnaval de Nantes a été l’opportunité d’un débat sur la mise en concurrence des cocontractants des conventions de subvention. S’estimant lésée par la subvention attribuée par la cité des Ducs à une association afin ...

  • Travaux routiers : les solutions pour atteindre les objectifs de la loi TECV

    60 % des matériaux utilisés lors de travaux routiers devront être issus du réemploi ou du recyclage de déchets en 2020. Si les collectivités et les maîtres d’œuvre n’ont pas attendu cette échéance pour travailler sur la valorisation des matériaux en ...

  • Ces menaces qui pèsent sur l’entretien des routes

    Si le réseau routier est encore en bon état, la tendance est à la dégradation. Plusieurs rapports récents pointent la baisse des dépenses consacrées à la voirie par les collectivités : elles ont ainsi fléchi de 19 % entre les années 2013 et 2015. ...

  • Gemapi : les territoires sont-ils prêts ?

    L'AdCF vient de réaliser une enquête auprès de 1264 communautés et métropoles de France. Où en sont les territoires au regard des délais réglementaires, en matière de structuration de la gouvernance, de financement des missions et ouvrages ou sur le plan des ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X