En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir

Europe

Un rapport du Conseil de l’Europe critique la réforme territoriale

Publié le • Par • dans : Actu juridique, Europe

4

Commentaires

Réagir

Congres-des-pouvoirs-locaux-et-regionaux-UNE © Congress of local and regional authorities / Flickr CC BY-ND 2.0

Le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux examinera le 24 mars le premier rapport d’application de la Charte européenne de l’autonomie locale, ratifiée par la France en 2007. Plusieurs violations y sont constatées, notamment sur le défaut de consultation des collectivités dans le processus de réforme territoriale.

 

La Charte européenne de l’autonomie locale est un texte européen auquel souscrivent les 47 États membres du Conseil de l’Europe ; la France l’a signé dès 1985, mais ne l’a ratifié qu’en 2007. C’est dire si le premier rapport d’application, qui sera examiné le 24 mars à Strasbourg, quelques mois après l’entrée en vigueur des lois de réforme territoriale est attendu.

La consultation des collectivités, au fondement de la démocratie

La principale violation relevée par les rapporteurs, Jacob Wienen (Pays-Bas, parti populaire européen) et Gudrun Mosler-Törnstörm (Autriche, socialiste), porte sur le défaut de consultation des collectivités locales dans le processus de réforme territoriale. « L’article 5 de la Charte porte sur un domaine spécifique de la consultation (les modifications des limites territoriales), tandis que l’article 6 établit le droit général à la consultation, » exposent les rapporteurs.

Article 5 – Protection des limites territoriales des collectivités locales
Pour toute modification des limites territoriales locales, les collectivités locales concernées doivent être consultées préalablement, éventuellement par voie de référendum là où la loi le permet.

Le sixième paragraphe de l’article 4 énonce un droit général des collectivités locales à être consultées, entendu comme un « principe fondamental de la pratique juridique et démocratique européenne ».

Article 4 – Portée de l’autonomie locale
6. Les collectivités locales doivent être consultées, autant qu’il est possible, en temps utile et de façon appropriée, au cours des processus de planification et de décision pour toutes les questions qui les concernent directement.

Colère des responsables politiques locaux en Champagne et Alsace

Au cours des mois passés, le Conseil de l’Europe, dont le siège est à Strasbourg, a reçu de nombreuses plaintes émanant notamment d’Alsace. Cet automne, trois associations politiques ainsi que Daniel Hoeffel, ancien ministre et ancien président de l’AMF et le juriste Robert Hertzog avaient d’ailleurs déposé plusieurs recours devant le Conseil d’Etat.

Le rapport de J. Wiennen et G. Mosler-Törnstörm critique la façon dont le gouvernement français a mené sa réforme :

La pratique selon laquelle le pouvoir central consulte uniquement les associations nationales de pouvoirs locaux/régionaux lors d’une restructuration de l’ensemble du système d’administration locale, ou lors d’une fusion de plusieurs collectivités locales/régionales en entités plus vastes, n’est pas conforme aux exigences de la Charte. [...]
Le choix du gouvernement d’une « procédure accélérée » (également controversée) pour l’examen de la loi par les deux chambres montre qu’il s’attendait à ce que ce thème – en particulier les limites territoriales des régions – suscite un vaste débat, ce qui a en effet été le cas. [...]
L’intensité des convictions qui se sont exprimées à l’Assemblée nationale et au Sénat sur la question de la modification des limites territoriales des régions s’est également reflétée au niveau des citoyens et de leurs associations et elle a inspiré les questions des rapporteurs lors de la visite de monitoring. [...]
Lors de certaines rencontres des rapporteurs avec des responsables politiques régionaux et locaux français, de vives critiques ont été exprimées concernant l’absence de consultation préalable, tandis que lors de la visite dans la région de Champagne-Ardenne, il est apparu clairement que le projet de fusion avec l’Alsace suscitait la colère des responsables politiques locaux et régionaux champenois. Cela étant, la loi sur les régions, adoptée par le Parlement le 16 janvier 2015, suit son cours, et aucun référendum ne sera organisé sur cette question, comme certains opposants l’ont proposé.

Ses commentaires sont également d’ordre général :

Lorsque la modification des limites territoriales ou du statut administratif d’une collectivité se fait contre la volonté d’une majorité écrasante de la population locale, non seulement la collectivité concernée mais aussi sa population peuvent aisément perdre leur confiance vis-à-vis des institutions et processus démocratiques.

Subtiles subtilités juridiques

Le raisonnement des rapporteurs ne manque pas de subtilité quand il aborde l’aspect non contraignant du résultat d’une (im)possible consultation :

Les résultats de la consultation ne sont pas contraignants pour les instances décisionnelles, mais il est important de garantir la transparence et la légitimité procédurale (dite « de traitement ») des décisions sur les choix territoriaux, surtout lorsqu’une part importante de la population locale/régionale désapprouve la modification des limites territoriales.

La subtilité est toujours au rendez-vous dans le rejet de la saisine parlementaire du Conseil constitutionnel (décision 2014-709 du 15 janvier 2015) pour annuler les modifications de la carte des région dans la loi Maptam :

Il n’appartient pas au Conseil constitutionnel, saisi en application de l’article 61 de la Constitution, d’examiner la conformité d’une loi aux stipulations d’un traité ou d’un accord international.

« Le Conseil constitutionnel a confirmé une jurisprudence constante » observent les rapporteurs du Conseil de l’Europe. A propos du rejet des recours en Conseil d’Etat en octobre 2015 (décisions 393026 et suivantes), les rapporteurs observent que les juges « ont considéré que le Parlement, en tant que législateur, pouvait lever cette obligation de consultation préalable au cas par cas » et qu’ils « ont accepté uniquement d’examiner les dispositions de la loi à la lumière des engagements de la France et non d’examiner la procédure d’adoption de la loi à la lumière de ces mêmes engagements ».

Un rapport sans suite ?

« La violation de  l’article 5 de la Charte est tellement flagrante que sa constatation par les rapporteurs ne faisait pas de doute, commente Jean-Marie Woehrling, ancien membre du groupe d’experts indépendants sur la Charte de l’autonomie locale. La question était de savoir quelle conséquence ils allaient en tirer. En se bornant à demander à la France de corriger sa législation pour l’avenir, les rapporteurs adoptent une solution minimaliste. »

« Quel est le statut d’un traité international si les hautes cours ne veulent pas l’appliquer ? » s’interroge-t-on encore du côté du Conseil de l’Europe. Trouver les mots justes sera délicat si Estelle Grelier, secrétaire d’Etat chargée des collectivités territoriales (dont la présence reste à confirmer selon l’ordre du jour de la session) souhaite répondre.

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Yva 29 24/03/2016, 17h51

    La preuve que cette réforme territoriale s'est faite de manière scandaleuse en imposant des découpages régionaux décidés à Paris sans consulter les citoyens sur les limites de leurs propres régions. 
    Bretagne toujours amputée de la Loire-Atlantique, Alsace noyée dans une grande région sans identité au point qu'on n'arrive même pas à trouver un nom pour la nommer...
    Quelle honte pour la France qui passe son temps à donner des leçons de démocratie aux autres pays !

  2. 2. groumphy 16/03/2016, 18h01

    Excellente Analyse du Conseil de l'Europe (rien à voir avec l'UE pour les ignorants) qui point bien la crise de confiance envers la démocratie française incapable de respecter ses engagements internationaux et pratique le mépris des populations locales.

  3. 3. ssrw38 16/03/2016, 10h13

    Et l'on se demande pourquoi le peuple français (mais aussi bien d'autres !) se posent la question de l'utilité de l'Europe ! Lorsque les Etats ne respectent pas les traités signés.... lorsque l'Europe rédige ce genre de rapport complètement inutile car sans suite... on ne peut que se dire quel gâchis de temps, d'argent, social car les politiques nous amènent à penser que refuser la loi, les lois, les textes est devenu la norme.

  4. 4. mac 16/03/2016, 09h19

    Les instances européennes devraient s'abstenir de présenter ce genre de documents, qui ne font qu'accréditer l'idée que certains élus et fonctionnaires européens ne servent à rien et/ou n'ont pas grand chose à faire...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.