En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

[OPINION] Démocratie locale

Faire confiance aux citoyens pour que la démocratie locale respire

Publié le • Par • dans : France, Opinions

0

Commentaire

Réagir

Vote dans un bureau de vote © Fotolia

Christophe Juan © EDS

Christophe Juan, Adjoint au maire de Couffouleux (Tarn), chargé de la communication, de la culture et de la citoyenneté

 

L’abstention et la montée de l’extrême droite sont trop souvent évoquées comme la conséquence de l’inaction de nos dirigeants nationaux, éloignés des préoccupations des citoyens. Ces remarques, pour autant qu’elles soient justifiées, ne doivent pas exonérer les élus locaux, y compris en milieu rural, d’un questionnement sur leurs propres pratiques. De même, elles ne peuvent occulter le rôle potentiellement positif que représente la mutation à l’œuvre du lien des habitants avec la res publica de leur commune.

Dans mon territoire, partie tarnaise de l’aire urbaine de l’agglomération toulousaine, un cliché porté par « les autochtones » décrit souvent les « nouveaux habitants » comme animés de motivations uniquement consuméristes : achats fonciers, goût pour les services à la population et pour la « campagne » tranquille et authentique.
Cette vision caricaturale nie l’éclosion de très nombreuses initiatives d’intérêt collectif portées par de « simples » citoyens. Ceux qui n’attendent pas tout de leur maire et rassemblent leurs énergies afin de produire du sens commun. Il serait bienvenu que nos yeux d’élus, observant cette « rurbanité » en mutation, se dessillent devant la tentation « autocratique » de tout mandat électoral : le maire ne peut pas tout faire, ni tout décider. Ce n’est pas la superficie qui fait la baronnie, mais les vieilles manies…

 

« Comment un élu cumulard peut-il être à la fois efficace et proche des habitants ? »

Face à la dilution programmée – mais non publiquement assumée par le réformateur – de l’échelon communal, un engagement plus fort des citoyens peut être obtenu. Faisons respirer la démocratie en ouvrant les portes de nos mairies et de nos EPCI. Et peut-être, aussi, acceptons le fait que certaines mairies se transforment… au profit d’autres instances, plus participatives et inclusives, des sortes de conseils citoyens. Ces « parlements locaux » pourraient être les interlocuteurs des grosses intercos que les rédacteurs de la loi « Notre » (loin de l’être, pour le moment, nôtre…) sont en train de nous imposer.
Ces conseils seraient alors des forces de proposition et d’orientation qui pourraient s’appuyer sur les outils d’une démocratie numérique par le bas (consultation des habitants, système d’échanges de services, réseau social territorial…) et qui seraient à même de contribuer au renouvellement des élus.

Notre équipe municipale s’efforce d’associer les personnes volontaires à la construction de projets et d’initiatives d’intérêt collectif. Mais solliciter la bonne volonté de « simples » citoyens, parier sur leur envie d’agir n’est qu’une étape dans la conversion de cette démocratie locale en actes que bien des élus souhaiteraient voir apparaître : car notre système politique actuel, héritier d’une longue tradition centralisatrice et obnubilé par une élection présidentielle qui nie les vrais enjeux, n’est plus adapté.
Le cumul des mandats en est un des pires travers : comment un élu cumulard peut-il être à la fois efficace et proche des habitants ? Rien n’empêche un simple député d’être sur le terrain. Etre élu, ce n’est pas avoir plus de pouvoir ou plus raison que les autres, c’est, je crois, avoir la modestie de donner ce pouvoir à ceux qui nous ont mandatés, le plus souvent possible, et pas seulement à chaque échéance électorale.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Citoyenneté et droits de l'hommeDémocratie locale

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.