En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Rythmes scolaires

Comment peut-on évaluer la mise en place des rythmes scolaires sous l’angle de l’égalité entre les enfants ?

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles

1

Commentaire

Réagir

Deux questions sont posées dans cette question écrite, posée par Marie-Françoise Bechtel à la ministre de l'éducation nationale. La première concerne les situations différentes selon les communes quant à la capacité d'organiser les activités à caractère véritablement éducatif et culturel. La seconde vise la définition des rythmes scolaires et son implication sur le principe de gratuité de l'école.

 

Les nouveaux rythmes scolaires ont depuis la rentrée 2014 été généralisés dans toutes les communes de France. Cette réforme répond aux principales préconisations des scientifiques spécialistes des rythmes de l’enfant. Pour lutter contre les difficultés engendrées par la semaine de quatre jours, cette réforme permet en effet d’assurer un plus grand respect des rythmes naturels d’apprentissage et de repos de l’enfant, grâce à une meilleure répartition des heures d’enseignement en classe sur la semaine, à un allègement du nombre d’heures d’enseignement par jour et à une programmation des séquences d’enseignement – en particulier pour les apprentissages fondamentaux de français et de mathématiques – à des moments où la faculté de concentration des élèves est la plus grande.

Différentes aides pour les communes

La mise en place et l’organisation des activités périscolaires associées aux nouveaux rythmes relèvent de la compétence des communes, ou des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) lorsque cette compétence leur a été transférée. Il s’agit d’un service public facultatif de la commune (ou de l’EPCI) dont les modalités d’organisation comme de tarification sont déterminées par la collectivité. De manière à accompagner les collectivités dans l’organisation de ces activités et permettre au plus grand nombre d’enfants de participer à des activités périscolaires de qualité, le ministère de l’éducation nationale a mis en place dès 2013 une aide financière.

Depuis l’année scolaire 2015-2016, cette aide est d’ailleurs pérennisée au travers du fonds de soutien au développement des activités périscolaires lorsque ces activités sont organisées dans le cadre d’un projet éducatif territorial (PEdT). Cette aide représente 50 euros par élève et par an, ce montant pouvant atteindre 90 euros par élève pour les communes éligibles à la dotation de solidarité urbaine dite « cible » ou à la dotation de solidarité rurale « cible » et pour les communes des départements d’outre-mer.

Un accompagnement technique pour les petites communes

Le bénéfice du fonds se cumule avec le soutien financier des caisses d’allocations familiales (CAF), conformément à l’engagement pris par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) dans le cadre de la convention d’objectifs et de gestion conclue avec l’État pour 2013-2017. Au-delà de l’accompagnement financier, l’Etat a également mis en place un accompagnement technique auprès des communes, et notamment les petites communes et communes rurales, pour les aider dans la mise en place de leurs projets éducatifs territoriaux, qui structurent la complémentarité des temps scolaires et périscolaires pour les enfants et assurent des activités de qualité.

Cet accompagnement est mené au niveau local – via les groupes d’appui départementaux – mais aussi au niveau national grâce au travail conduit avec les associations d’élus locaux : un site destiné aux élus est en place depuis février 2015 et régulièrement enrichi de nouvelles ressources élaborées avec les principales associations d’élus. Pour accompagner toujours mieux les collectivités, le Premier ministre a confié à la sénatrice Françoise Cartron une mission destinée à faire le bilan de l’organisation des activités périscolaires et à définir des modalités de diffusion des bonnes pratiques.

Des mesures de simplifications pourraient également être proposées. S’agissant de la question de la tarification des activités périscolaires, elle relève d’une décision locale. Ces activités étant facultatives, les familles ne sont pas tenues d’y inscrire leurs enfants mais chaque enfant doit avoir la possibilité d’en bénéficier lorsque de telles activités sont mises en place. Pour faire en sorte que ces activités bénéficient à tous, les élus ont été incités à veiller à ce que les ressources des familles ne constituent pas un facteur discriminant entre les élèves (article L. 551-1 du code de l’éducation).

La gratuité plus répandue dans les communes rurales

S’il n’existe donc pas, comme pour les autres services publics locaux facultatifs, de principe de gratuité, concrètement c’est un choix que font de nombreuses communes. La CNAF, en collaboration avec l’association des maires de France (AMF) et des présidents d’intercommunalités, a enquêté au printemps 2015 auprès de 23 000 communes ayant une école publique. Plus de 40% des communes ont répondu à cette enquête. À la rentrée 2014, il ressort qu’une large majorité de communes (66%) ont opté pour la gratuité pour l’ensemble des activités. 28% des communes ont mis en place des accueils payants et 5% combinent des accueils payants et gratuits.

La gratuité est plus répandue dans les communes rurales (75% contre 61% dans celles situées en aire urbaine). Parmi les communes ayant organisé des accueils payants, 41% ont mis en place une tarification modulée selon les revenus et la composition familiale. Là où l’activité est payante, il n’est pas rare qu’il s’agisse d’une participation symbolique et beaucoup d’élus ont le souci d’une tarification adaptée, notamment pour les familles les plus modestes parce qu’ils mesurent l’importance de ce type d’activités pour l’épanouissement des enfants.

Meilleur accès aux activités périscolaires

Avant la réforme, seuls 20% des écoliers avaient accès à des activités sportives, culturelles ou de loisirs. À la rentrée 2014, ce sont 98% des élèves de classes maternelles et élémentaires qui ont accès à de nouvelles activités périscolaires selon l’étude conduite par l’AMF et la CNAF. Pour faire en sorte que le plus grand nombre d’enfants de participer à des activités périscolaires de qualité, l’Etat a soutenu la généralisation des PEdT. Ils sont en effet le gage de la bonne mobilisation des ressources sur les territoires.

Grâce à la mobilisation collective des élus locaux, des services de l’État, des associations et de la CNAF, un peu plus de 91 % des communes comptant une école publique sont désormais couvertes par un PEdT, contre moins de 40% au début de l’année 2015. Un prochain décret à paraître en mars, permettra de maintenir aux communes éligibles le bénéfice du taux majoré d’aides (90 euros au lieu de 50 euros) pour toute la durée de leur projet éducatif territorial en cours au titre de l’année scolaire 2015-2016 et dans la limite de 3 années scolaires. Au final, ces nouveaux rythmes, accompagnés par l’Etat, loin d’accroître des inégalités entre élèves, visent au contraire à les combattre et les réduire.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Rémy PETIOT 03/04/2016, 17h01

    Le ministère ne répond pas sur la question d'égalité entre les enfants en ce qui concerne le caractère véritablement éducatif et culturel, donc à l'objet essentiel du temps extra-scolaire généré par la réforme.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.