Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention de la délinquance

Déradicalisation : l’Etat joue les pompiers auprès des élus d’Indre-et-Loire

Publié le 11/03/2016 • Par Christine Berkovicius Hervé Jouanneau • dans : Actu experts prévention sécurité, Régions

Pontourny
Pontourny.com
Les révélations par voie de presse de l’implantation du premier centre de déradicalisation en France dans une commune d’Indre-et-Loire ont provoqué la réticence des élus locaux. Le secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance, Pierre N’Gahane, s'est immédiatement rendu sur place pour tenter de désamorcer la polémique.

En colère, les élus d’Indre-et-Loire avaient réclamé une réunion d’urgence après que des fuites dans la presse eurent révélées le nom de la commune où le premier centre de déradicalisation français allait être installé. Ils l’ont aussitôt obtenue.

Pas de décision sans les élus – Pressé de désamorcer la polémique naissante sur l’absence de concertation locale, le secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance, Pierre N’Gahane, qui pilote tous les dispositifs de prévention de radicalisation, les a longuement reçus vendredi matin à la préfecture de Tours. A l’issue de la réunion, il se voulait rassurant, du moins sur la méthode: « Le projet, a-t-il martelé, ne se fera pas sans l’accord des élus locaux. Nous devons continuer le travail et ce sont eux qui donneront le feu vert ».

Un centre d’accueil pour mineurs reconverti – Les élus, eux, déplorent que la communication ait été ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Déradicalisation : l’Etat joue les pompiers auprès des élus d’Indre-et-Loire

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X