Transports

Sécurité dans les transports : ce que dit la loi Savary

| Mis à jour le 11/03/2016
Par

Le Parlement a définitivement adopté le 9 mars 2016 la proposition de loi Savary portant sur la sécurité et la lutte contre la fraude dans les transports publics. Retour sur les principales dispositions du texte.

cet article fait partie du dossier

Sécurité dans les transports : le tournant de la loi Savary

La proposition de loi Savary vient de franchir une ultime étape. Le 9 mars dernier, le texte relatif « à la prévention et à la lutte contre les incivilités, contre les atteintes à la sécurité publique et contre les actes terroristes dans les transports collectifs de voyageurs », a été adopté définitivement et à l’unanimité par le Parlement.

Cette version finale, issue d’un compromis validé le 10 février par la CMP (Commission mixte paritaire), entre les précédentes versions adoptées par les députés et les sénateurs, vise, comme son nom l’indique, à renforcer la sécurité et à améliorer la lutte contre la fraude dans les transports publics.

Elaborée et examinée dans un contexte difficile pour le pays, marqué par l’attentat raté du Thalys en août dernier, et des attaques terroristes de Paris du 13 novembre 2015, celle-ci aura réussi, une fois n’est pas coutume, à obtenir un certain consensus auprès de nombreux acteurs du transport public tels que l’UTP et le Gart.

 

Contrôles en civil autorisés

Pour rappel, le texte prévoit qu’en matière de sécurité, les agents de sureté de la SNCF et de la RATP (Suge et GPSR) peuvent procéder, sous conditions, à la fouille des bagages des voyageurs ainsi qu’à des palpations de sécurité. Il auront aussi la possibilité d’effectuer des contrôles en civil. Du côté des usagers, la non justification de son identité en cas de contrôle, sera passible d’une amende de 11 euros.

La toute jeune loi contient en outre les ajouts validés en Commission mixte paritaire, notamment la « possibilité de mettre en œuvre des enquêtes administratives pour les personnes occupant des emplois sensibles au sein des entreprises de transport », ou encore « l’expérimentation de caméras-piéton au bénéfice des agents des services internes de sécurité ». La possibilité d’une transmission des images vidéos enregistrées par les opérateurs en temps réel aux forces de l’ordre, fait aussi partie des nouveautés.

Le rôle des agents de police municipale renforcé

Egalement, les policiers municipaux voient leurs missions élargies. Ceux-ci seront par exemple désormais en mesure de verbaliser un nombre d’infractions plus important (par exemple en cas de non présentation d’un titre de transport valable) et pourront intervenir sur une commune autre que la leur, au sein de « communes formant un ensemble d’un seul tenant », et sous certaines conditions.

Une lutte contre la fraude rendue plus efficace

Autre volet du texte, celui consacré à la lutte contre la fraude. Parmi les mesures phares, figure le fait qu’un resquilleur multirécidiviste pourra être poursuivi pour délit de fraude par habitude au bout de cinq infractions constatées sur une année, et non plus 10, comme c’était le cas jusque-là.

En outre, l’amende pourra être revalorisée pour être plus dissuasive, de même que les frais de dossier. Et pour améliorer le taux de paiement de ces dites amendes, un droit de communication auprès de l’administration, pour les opérateurs, est institué afin d’assurer une plus grande fiabilité dans l’identification des fraudeurs.

Enfin, l’interdiction des mutuelles de fraudeurs, sortes d’assurance à laquelle certains usagers souscrivent, moyennant une petite contribution mensuelle, et qui s’assure de payer les amendes de ses adhérents, est actée. De même que le fait de prévenir d’autres voyageurs de la présence de contrôleurs, qui pourra également être sanctionné de deux mois de prison et de 3750 d’amende.

Violences sexistes

Dernier point, la question des violences et harcèlements sexistes dans le transport public est également présente dans le texte final à la suite de son passage en CMP. Est ainsi acté que les autorités organisatrices de transport devront établir un bilan des atteintes à caractère sexiste relevées dans les transports publics en y présentant les actions qui ont été menées pour lutter contre.

Elles devront ensuite le « transmettre au Défenseur des droits, mais aussi à l’Observatoire national des violences faites aux femmes et au Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes», précise un communiqué de la Commission des lois du Sénat 10 février dernier.

 

Dossier
Commentaires

2  |  réagir

15/03/2016 03h57 - REDTER

Je partage l’avis de Pad, certe la fraude a un cout mais qu’on s’interroge au préalable sur les pratiques de nos élites, comme celle du fils d’Agnes Saal (ex directrice INA) qui utilisait la carte « taxi-illimité » de sa mere sur les deniers du contribuables !
Un seuil de revenu devrait etre fixé pour définir le montant des amendes afin de ne pas aggraver les injustices.

Signaler un abus
12/03/2016 02h38 - Pad

Faire des lois est une chose mais qu’est-ce qu’un fraudeur ? Chômeur de longue durée et bénéficiaire de la CMU-C et de l’ASS, je peux accéder aux transports gratuits. Seulement, la première fois que j’ai voulu utiliser la carte Navigo, j’ai été traité de fraudeur par des contrôleurs à La Défense parce que ma carte n’était a priori « pas chargée » ! Quand j’ai demandé de l’aide, tous alors se sont défilés et c’est un commerçant qui m’a avancé l’argent pour rentrer chez moi. Depuis, je demande le dédommagement mais le Ministère des Transports, Transport Solidarité et le STIF sont totalement silencieux font l’autruche depuis presque un an et demi. Je n’aurai de reconnaissance d’une telle loi que lorsque je serais, moi, reconnu : il n’y a pas de raison que cela fonctionne dans un seul sens, synonyme d’un état répressif, car, dans cette affaire, alors que je me rendais à un entretien d’embauche, j’ai perdu l’opportunité d’un poste.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • La méthanisation, une filière trop peu exploitée selon l’Ademe

    La méthanisation est une filière peu développée en France au regard d'autres pays européens. Son potentiel est pourtant important : l'Ademe vient  d'émettre un avis sur cette filière pour éclairer les acteurs locaux. Etat des lieux, rappel des objectifs, des ...

  • Les réseaux de chaleur se développent mais sont encore loin du facteur 5

    Les 12e Rencontres nationales des réseaux de chaleur ont permis de faire un point sur le développement et la compétitivité de cette forme d’énergie, grâce aux derniers résultats de l'enquête annuelle. L’occasion de constater que les objectifs affichés par ...

  • Socle : une stratégie pour préparer la Gemapi

    Pour intégrer le volet eau des lois Maptam et « Notre », le syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières de l’Aude a mené une réflexion pour la mise en place d’un schéma d’organisation des compétences locales de l’eau. Établie à ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP