En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Communication

Le journal interne, stratégique pour la DG, et délaissé par les élus

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

lecture-lire-magazine-lunettes-UNE © PublicDomainPictures / Pixabay

Malgré le développement du numérique, le journal interne reste le premier outil de communication au sein des collectivités locales. Un support qui apparaît d’abord comme celui de la direction générale, tandis que les élus en sont quasiment absents. Ce sont les principaux enseignements de l’étude Cap’Com « La presse interne des collectivités et organismes publics » présentée lors des 9e Rencontres nationales de la communication interne organisées les 9 et 10 mars à Paris.

 

Quelles sont les dernières évolutions des journaux internes ? Que contiennent-ils ? Comment sont-ils réalisés ? Comment s’articulent-ils avec le numérique ? Quelle place y occupent les élus ?

C’est autour de ces cinq grandes thématiques qu’ont été interrogés en février 2016 des responsables et chargés de communication interne des collectivités locales et organismes publics, dans le cadre de l’enquête « La presse interne des collectivités et organismes publics » (1).

La dernière étude de ce type datait de 2003. Les résultats, débattus les 9 et 10 mars lors des 9e Rencontres nationales de la communication interne, confirment que le journal reste l’outil phare de la communication interne.

84% des collectivités de plus de 350 agents disposent d’une telle publication et 88% n’envisagent pas de le supprimer, malgré le développement du numérique. Dans moins de 5% des cas il est envisagé de mettre fin à leur parution pour renforcer l’information interne dématérialisée.
Même si, dans la même enquête, on note un recul de la périodicité du support papier entre 2003 et 2016 – plus 12% de trimestriels et moins 16% de mensuels – qui n’est peut-être pas sans lien avec l’essor du numérique.

Des publications en pleine évolution

Si elle ne signe pas la mort du papier, la dématérialisation de l’information interne pose néanmoins la question de l’articulation des supports : 18% des répondants envisagent de faire évoluer la publication pour une meilleure complémentarité avec le numérique. Plus largement, 68% prévoient de faire évoluer leur publication interne dans l’année à venir.

Outre la nécessité d’une meilleure complémentarité avec le digital, sont évoquées principalement la volonté de faire évoluer la ligne éditoriale et de créer nouvelles rubriques, de changer de maquette et de modifier la mise en page.
Près de 40% des journaux internes ont déjà connu une refonte importante durant les deux dernières années, marquées par les élections municipales, départementales et régionales. Ce n’est pas pour autant que les politiques en ont pris le contrôle. Bien au contraire.

Cherchez l’élu

Les élus locaux restent les grands absents de la presse interne. Ils n’apparaissent pas ou quasiment pas dans 80% des publications et ne signent un édito que dans 15% des cas. Même en amont, leur rôle est minime. Ils ne participent au comité de rédaction que dans un quart des publications et ne valident le contenu que dans 15%.
A la question « Quelle place occupent les élus et la parole politique dans la publication ? », les commentaires sont sans appel : « aucune », « restreinte », « minime », « quasi nulle », « rare ».

Etonnamment, dans un contexte de changements et d’inquiétudes, la presse interne n’apparaît pas pour les élus locaux comme un moyen de donner du sens à leurs projets ou de rassurer les agents. C’est très majoritairement le directeur général qui porte la responsabilité de la publication interne. Dans une collectivité sur trois, c’est lui qui donne, seul, son imprimatur et dans près de 60% des publications il signe l’édito.

Alors même que dans plus de 90% des cas, la réalisation du journal interne incombe à la direction de la communication ou à un service de la communication interne. Les journaux internes apparaissent ainsi comme un véritable outil de management de la direction générale, pilote de l’administration.

Informations RH et valorisation du travail

Parmi les rubriques régulières des publications internes, on trouve en priorité les « actualités des services » (89% des répondants), les « infos RH et statutaires » (84%), les « mouvements du personnel » (76%), la « présentation d’un service » (72%), le « portrait d’un agent » (69%).
En revanche, quelle que soit la taille de la collectivité, l’expression syndicale est absente des publications internes (91% des réponses). Essentiellement parce qu’elles ne sont pas pensées pour cela. Ces journaux ne sont pas non plus pensés pour être accessibles : dans 57% des cas, rien n’est fait en ce sens.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Information - communication - événementiel

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.