En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

1

Commentaire

Réagir

Fiscalité

La majoration de la taxe foncière sur les propriétés non bâties va-t-elle à nouveau relever de la décision des collectivités ?

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

1

Commentaire

Réagir
 

La majoration de la valeur locative cadastrale des terrains constructibles, instituée par la loi du 10 janvier 1980 portant aménagement de la fiscalité directe locale, a été rendue obligatoire dans les zones tendues par la première loi de finances rectificative pour 2012 (n° 2012-354 du 14 mars 2012).

Pour rendre cet instrument de lutte contre la rétention foncière compatible avec un aménagement durable du territoire, l’article 84 de la loi de finances pour 2014 issu d’un amendement du gouvernement, a reporté à 2015 l’application de la majoration de plein droit et a exclu du champ d’application du dispositif les terrains utilisés pour les besoins d’une exploitation agricole, qu’ils soient exploités directement par le propriétaire ou donnés à bail à un agriculteur. L’article 31 de la seconde loi de finances rectificative pour 2014 a ensuite recentré la majoration de plein droit sur les zones géographiques marquées par un déséquilibre particulièrement important entre l’offre et la demande de logement et situées dans une zone d’urbanisation continue de plus de 50 000 habitants.

La périphérie des zones tendues en partie exclue du dispositif

De cette manière, la périphérie des zones tendues, lorsqu’elle a pu conserver un caractère rural, a été exclue du dispositif et le nombre de communes concernées a diminué de 1 151 à 618. Malgré ces aménagements, ce dispositif a pu avoir des effets excessifs pour certains contribuables. C’est pourquoi l’article 62 de la loi de finances rectificative pour 2015 du 29 décembre 2015, issu d’un amendement du gouvernement, corrige ses effets excessifs tout en préservant son efficacité. Au titre de 2015 et de 2016, les effets de la majoration de plein droit sont en partie suspendus.

En effet, pour les impositions dues au titre de ces deux années, seule la majoration de 25 % de la valeur locative est maintenue. La majoration forfaitaire de cinq euros par mètre carré est supprimée. Pour la taxe foncière sur les propriétés non bâties due au titre de 2015, cette suppression prend la forme d’un dégrèvement accordé à tous les contribuables. Pour la taxe foncière sur les propriétés non bâties due au titre de 2016, afin d’exonérer de la majoration les plus petits terrains qui ne se prêtent pas à des projets de construction d’envergure, la surface des terrains est prise en compte après un abattement de 200 mètres carrés.

Prise en compte du contexte local

A compter de 2017, les aménagements apportés au dispositif permettront de mieux tenir compte des situations locales. Pour les impositions dues au titre de 2017 et des années suivantes, la majoration de 25 % est supprimée et le tarif de la majoration de plein droit fixé à trois euros par mètre carré. Toutefois, afin de tenir compte du contexte local, les communes et établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) pourront le moduler pour le fixer entre un et cinq euros. Ils pourront également supprimer l’abattement de 200 mètres carrés, pour la majoration de plein droit comme pour la majoration sur délibération.

Enfin, afin qu’ils puissent prendre leurs dispositions pour bâtir ou céder leurs terrains, les propriétaires concernés seront informés de leur situation par leur avis de taxe foncière pour 2016. Ainsi réformée et assouplie, la majoration de la valeur locative des terrains constructibles continuera à contribuer à la libération du foncier et à la construction de logements dans les zones où les tensions immobilières sont les plus fortes, en associant plus étroitement les communes et EPCI à cet objectif et en évitant, pour les propriétaires, les ressauts d’imposition trop importants.

 

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Incrédule 14/03/2016, 09h57

    Encore une fois on permet aux collectivités locales d'augmenter la charge qui va peser sur certains propriétaires.
    Certains affirment qu'en France on ne sait que taxer. On-tils tord?

    Par ailleurs, on utilise deux arguments d'ajustement qui sont l'aménagement du territoire et le besoin de construire sur certaines zones.
    Il s'agit en fait de deux points en opposition: si on faisait de l'aménagement du territoire, serait-il nécessaire de construire dans des zones tendues.
    Enfin n'oublie-t-on pas les questions de protection de l'environnement avec les trames verte et bleue?

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.