En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Droit des femmes

Egalité femmes-hommes : les collectivités sur toutes les langues à l’Elysée

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

François Hollande, avec Danielle Bousquet, présidente du HCE, et Laurence Rossignol, ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes François Hollande, avec Danielle Bousquet, présidente du HCE, et Laurence Rossignol, ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes © Elysée

La journée internationale des droits des femmes d'hier coïncidait avec le lancement du deuxième mandat du Haut Conseil à l'Egalité entre femmes et hommes (HCEfh). Une cérémonie s'est déroulée à l'Elysée, en présence de François Hollande.

 

 

« La lutte contre les violences faites aux femmes est une exigence, pas une priorité. C’est une exigence ! » François Hollande a réaffirmé son attachement au combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes ce mardi 8 mars, à l’occasion de l’installation du deuxième mandat du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh). Selon le président de la République, « le Haut Conseil à l’Egalité a fait en très peu de temps la démonstration de sa qualité et de sa force ». Il souhaite donc « sa consécration par l’inscription dans la loi », dans le but que cette institution soit pérennisée. C’est d’ailleurs certainement ce que retiendra de cette journée Danielle Bousquet, la présidente du HCEfh, renouvelée à cette fonction pour trois ans.

http://www.dailymotion.com/video/x3wkmts

François Hollande a bien entendu évoqué, et souligné l’insuffisance des progrès réalisés, à l’encontre des violences faites aux femmes, et notamment les harcèlements sexistes et les violences sexuelles dans les transports en commun. Il a également recensé des inégalités professionnelles, des inégalités salariales, de la mixité dans les métiers, ou encore la précarité des femmes qui sont à la tête de familles monoparentales.

Les nouvelles compétences des collectivités locales

Or, comme l’a rappelé un peu plus tôt dans la matinée Jocelyne Bougeard, adjointe à la maire de Rennes et membre du HCEfh, tous ces domaines d’action sont des objectifs pour les collectivités territoriales depuis la loi n° 2014-873 du 4 août 2014.

Cette loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes précise, en effet, que l’Etat et les collectivités territoriales, ainsi que leurs établissements publics, mettent en œuvre une politique pour l’égalité entre les femmes et les hommes selon une approche intégrée. La collectivité territoriale doit donc s’engager, selon ses compétences, dans un objectif d’égalité dans plusieurs domaines, dont ceux cités par François Hollande dans son intervention.
Jocelyne Bougeard l’a formulé un peu différemment. « Les collectivités territoriales ont une capacité et un devoir d’action pour la mise en œuvre des droits des femmes. »

L’égalité hommes-femmes dans les quartiers populaires et les territoire ruraux

En ce qui concerne les travaux réalisés durant le premier mandat du Haut Conseil (de 2013 à 2016), le rapport EGAliTER a été mentionné plusieurs fois. Ecrit par le HCEfh et remis à Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre du Droit des femmes, il vise à combattre les inégalités sexuées, sociales et territoriales dans les quartiers de la politique de la ville et les territoires ruraux fragilisés.

Les facteurs aggravants des inégalités hommes-femmes dans ces territoires y sont décrits. Concentration de la pauvreté, répartition traditionnelle renforcée des rôles sociaux entre les femmes et les hommes et moindre accès aux droits et aux services, notamment publics. Toujours selon ce rapport, ces inégalités sont massives. Elles recoupent largement les inégalités sociales et se renforcent entre elles. C’est ce qu’ont confirmé les chiffres clés de l’étude statistique rendue publique par le HCEfh le 24 avril 2014.

L’accès à la commande publique comme carotte

Dans son discours, François Hollande rappelle aussi que « les entreprises ne respectant pas la loi sur l’égalité professionnelle ne pourront plus accéder aux marchés publics et aux délégations de service public ». Enfin, elles ne le peuvent déjà plus. Là aussi, c’est la loi du 14 août 2014 qui a mis cette mesure en place.

L’article 16 de la loi définit que les employeurs qui, au 31 décembre qui précède la consultation, n’ont pas engagé une négociation sur les objectifs d’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes dans l’entreprise, ainsi que sur les mesures permettant de les atteindre, n’ont plus accès aux différents marchés publics et délégations de service public. De même, les personnes qui ont fait l’objet, depuis moins de cinq ans, d’une condamnation pénale définitive pour différentes discriminations, que ce soit en raison du sexe, des opinions politiques ou syndicales, de l’orientation sexuelle, ou de l’origine raciale, sont exclues de la commande publique.

Au final, les différents discours rappellent le rôle central des collectivités dans les politiques pour l’égalité hommes-femmes. Par contre, rien de neuf concernant de nouveaux moyens ou de nouvelles solutions pour lutter contre ces inégalités.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Egalité professionnelle

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.