Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

Lyon joue les bons élèves en matière de qualité des infrastructures scolaires

Publié le 11/03/2016 • Par Françoise Sigot • dans : Régions

Ecole classe lycee college tableau
Wikipedia
Face à l’augmentation de la population entre Saône et Rhône, la ville investit pour créer de nouvelles classes.

Alors que la polémique sur l’état des équipements scolaires gronde à Marseille obligeant l’Etat à se saisir du dossier, à Lyon, le maire prend la main et met 140 millions sur la table. De quoi construire de nouveaux établissements scolaires et redonner du lustre aux plus anciens. « Malgré la baisse des dotations, nous assumons notre engagement de faire de l’éducation notre première priorité », martèle Gérard Collomb, le maire de Lyon contraint certes par son engagement, mais surtout par l’évolution démographique de la ville qui a gagné plus de 50 000 habitants depuis 1999. « Ces dix dernières années, la croissance des effectifs des écoles publiques est de plus de 12%», calcule Anne Brugnera, adjointe à l’éducation. Après avoir construit 12 nouvelles écoles permettant de créer 86 classes entre 2001 et 2014, la ville prévoit donc la construction de 3 établissements d’ici à 2020 soit 54 classes, ainsi que l’extension d’une dizaine d’écoles permettant de créer 80 classes.

Le consensus est de mise

Ce plan prévu pour s’étaler sur l’ensemble du mandat s’inscrit dans une continuité qui satisfait les acteurs locaux de l’éducation. « Des écoles délabrées, nous n’en connaissons pas à Lyon et c’est tant mieux », observe Philippe Caron au Syndicat des Enseignants du Rhône qui estime toutefois que les efforts doivent être accentués sur les écoles les plus anciennes où certains signes de vétusté peuvent apparaître. Du côté des parents d’élèves, la même analyse prévaut. « Dans l’ensemble les écoles sont bien entretenues. En revanche, il faudrait maintenant que des efforts soient faits sur la qualité de la restauration et des animations périscolaires », estime Sabah Mozziconacci pour l’association des parents d’élèves du département du Rhône. Reste que parents et enseignants sont sur le qui-vive sur une expérimentation qui débutera à la prochaine rentrée et qui prend la forme de groupes scolaires modulaires. « Nous veillerons à ce que les enfants accueillis dans ces établissements aient les mêmes conditions d’accueil et de travail que les autres », prévient la représentante de la PEEP, attentive, mais pas hostile à cette solution transitoire.

Des aménagements temporaires sous contrôle

En effet, dans les nouveaux quartiers, pour combler le décalage de calendrier entre l’arrivée des premiers habitants et la construction des écoles, Lyon souhaite ne pas surcharger les établissements environnants, mais pense résoudre le problème avec les groupes scolaires modulaires. « Nous faisons le choix à la rentrée prochaine d’installer deux groupes scolaires avec leur restauration dans des bâtiments modulaires, plutôt que d’ouvrir des classes supplémentaires dans les écoles environnantes qui seraient fermées lorsque les groupes scolaires en cours de construction ouvriraient. En effet, nous pensons qu’ainsi les équipes enseignantes vont pouvoir se constituer et poursuivre leur travail et que les enfants vont pouvoir se faire des camarades et les garder », plaide Anne Brugnera. Ces installations modulaires sont aussi utilisées de façon plus classique pour accueillir les enfants durant les opérations de réhabilitation. Lesquelles bénéficieront d’un budget de 59 millions d’euros d’ici à 2020, notamment pour améliorer leurs performances énergétiques, mais aussi embellir le cadre de vie des enfants et du personnel et faire en sorte que la qualité des infrastructures scolaires, y compris les plus anciennes ne se détériore pas. « Ce n’est pas le cas dans toutes les villes », a glissé Gérard Collomb, lors de la présentation de son plan d’investissement dans les écoles.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lyon joue les bons élèves en matière de qualité des infrastructures scolaires

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X