Voirie

L’Eure-et-Loir veut se délester d’une partie de ses routes

Par
départementale

Flickr CC by Frédéric BISSON

Sur 7 500 km de voirie, 1 500 km pourraient revenir aux communes, ce qui permettrait de rationaliser le réseau départemental. Mais certains maires, inquiets, craignent un transfert de charges.

Avec ses 7 584 km de routes départementales, l’Eure-et-Loir est le département de France qui possède le réseau routier le plus long. Un record peu enviable, qui coûte cher à la collectivité, avec 14 millions d’euros consacrés à l’entretien l’an dernier, sur un budget global de 500 millions d’euros environ. « Cette situation résulte d’une évolution historique qui n’a rien de logique. Nous avons hérité de nombreuses petites routes qui n’ont aucune vocation départementale et qui relient des communes à des hameaux. Pour rationaliser les choses, nous avons donc décidé de réfléchir à une optimisation de notre réseau routier et nous nous proposons d’en céder une partie aux communes », explique Joël Billard, premier vice-président LR du conseil départemental d’Eure-et-Loir et maire de Bonneval.
Les services du département ont identifié 1 500 km de routes qui pourraient ainsi revenir aux communes, principalement des voies à faible circulation classées C4(1), l’idée étant, pour le département, de ne conserver que les routes importantes, ou celles qui relient une commune à une autre. « L’objectif n’est pas tant de faire des économies que de réussir à maintenir les budgets pour continuer à entretenir correctement les routes prioritaires », ajoute l’élu qui espère toutefois une baisse à terme des effectifs affectés à l’entretien des voiries.
Pour convaincre les maires, le conseil départemental a entamé une tournée des cantons. Plusieurs options sont proposées : supprimer les voies, les céder après les avoir refaites, les transférer en l’état ou les échanger contre d’autres routes moyennant une soulte, ou encore inscrire ces routes dans une future catégorie de voirie départementale à créer, la C5, où la circulation serait réservée aux engins agricoles.

Transfert de la DGF

En contrepartie du transfert, les communes récupéreront la part de DGF que verse l’État au département pour les routes, soit 500 euros par km. Mais cette promesse ne suffit pas à emporter la décision. Tout en comprenant les motivations du département, certains maires jugent cette nouvelle charge intenable. « Ma commune compte 70 hameaux et 20 km de voirie. Le département veut m’en transférer 11 de plus. Dans le contexte financier actuel, ce n’est pas acceptable. C’est un non catégorique », explique Jean-Michel Cerceau, maire de Saint-Victor-de-Buthon, une commune de 500 habitants au cœur du Perche.
Même constat chez son collègue Dominique Imbault, maire de Villiers-Saint-Orien dans le canton de Châteaudun, qui se dit « très inquiet » à l’idée de voir son réseau communal doubler. « Lors de sa dernière réunion, le conseil municipal s’est prononcé contre », ajoute l’élu. D’autres se montrent plus nuancés, comme Francis Pecquenard, conseiller départemental et maire de la Chaussée d’Ivry. « Chez nous, dans le canton d’Anet, cela se passe plutôt bien, explique-t-il. Mais il faut reconnaître que dans le Dunois ou le Perche, c’est plus compliqué, car on y trouve beaucoup plus de petites routes départementales du fait d’un habitat très dispersé ».

Conscient des difficultés de certaines communes, le conseil départemental assure qu’il n’a aucune intention de passer en force en cas de refus. Mais il espère néanmoins avoir bouclé une bonne partie du projet au début de l’été, pour un début de mise en œuvre en septembre.

 

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les transports, premier chantier de la métropole Aix-Marseille-Provence

    Les élus de la métropole Aix-Marseille-Provence, créée en janvier 2016, voteront le 15 décembre prochain en faveur d’un agenda de la mobilité, chargé de régler les problèmes de congestion d’un vaste territoire où la voiture individuelle est reine. ...

  • Ambition d’universalité pour les « EcoQuartiers »

    Le label EcoQuartier se renouvelle en 2016 pour rallier davantage de collectivités et de projets. Avec un objectif de 500 labellisés pour les deux prochaines années, parviendra-t-il à garder son niveau d’exigence ? ...

  • Le BIM, un changement de paradigme pour les services

    Chacun sait désormais ce qu’est le BIM et ce qu’il peut apporter. Mais il nécessite de profonds changements dans les pratiques des services techniques, que ce soit au niveau de la conception, de la définition des travaux, du suivi des opérations ou encore de la ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP