Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budgets 2016

Budgets du bloc communal : s’adapter plutôt que se lamenter !

Publié le 04/03/2016 • Par Fabienne Proux Gaëlle Ginibrière • dans : A la Une finances, Actu experts finances

D.R.
Si, d’année en année, la situation financière des communes et des groupements se tend, 2016 s’oriente plutôt vers l’adaptation que vers la lamentation. Les communes font de la contrainte une opportunité pour revoir en profondeur leur gestion, sans tabou. Les intercos se préparent aux fusions de 2017.

Du fait de la deuxième année consécutive de baisse des dotations, les budgets primitifs (BP) 2016 des communes et des groupements se préparent dans un contexte d’autant plus difficile que les marges de manœuvre se resserrent. « Nombre de villes décalent au dernier moment le vote de leur BP, notamment pour procéder à des ajustements en fonction de leur montant de dotation globale de fonctionnement , indique Armand Pinoteau, conseiller au sein de l’association Villes de France, sachant que pour les villes de la strate (+ de 15 000 hab.), la baisse atteint + 10 % cette année. » Une exception, toutefois, pour les villes bénéficiaires de la dotation de solidarité urbaine qui compense la baisse de DGF.

Malgré tout, les élus et les gestionnaires locaux font preuve de pragmatisme et de détermination pour, non seulement, boucler leur budget mais, également, dégager suffisamment d’excédent afin de disposer d’un minimum d’autofinancement. Dans les communes, cela se fait au prix d’une gestion ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Budgets du bloc communal : s’adapter plutôt que se lamenter !

Votre e-mail ne sera pas publié

Philippe LAURENT

04/03/2016 07h03

Contrairement à ce que vous indiquez dans l’article, 2016 n’est pas la deuxième année, mais la troisième année de baisse des dotations. En 2014, leur enveloppe globale a déjà diminué de 1,5 milliard, avant 3,7 milliards en 2015, 2016 et 2017.

Henri Tanson

04/03/2016 12h02

La faillite est en marche…
Obligées de taper dans toutes les dépenses, contraintes de faire payer ce qui était jusqu’à maintenant gratuit, les collectivités sont dans une situation qui devient, d’années en années, de plus en plus dramatique.
S’il n’était question que du budget d’un ménage, la solution de réduire les dépenses quand les recettes diminuent, serait une solution raisonnable. Mais il est question ici de service public, c’est-à-dire de l’organisation de notre société…
Accepter les régressions budgétaires imposées c’est accepter d’abandonner notre modèle social; et ce n’est pas rien… Nous tirons un trait sur notre passé et nous devons tirer un trait sur notre avenir aussi !
Préparons nous à des lendemains difficiles. Il est facile d’entrevoir l’avenir vers lequel nous nous dirigeons : si nous prenons le chemin de la régression comme cela semble être le cas, nous nous embarquons sur une pente savonneuse et rien ne pourra s’opposer à la désintégration de notre société.
Je suis toujours très étonné que personne ne semble chercher à imaginer vers quel avenir nous allons. Les politiques n’ont plus de vision à long terme; ils naviguent à vue. Baisse des dotations ? Economies. C’est la technique pathétique de la boîte à outils : une fuite ici, une réparation de fortune et hop, on passe à autre chose.
Alors qu’il serait encore temps de changer de politique, personne ne se pose la moindre question; manifestement, tout le monde est convaincu qu’il n’y a pas de plan B. C’est la fatalité, c’est comme ça mon bon monsieur…
Niveau zéro de la politique.
Je dis ça.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X