En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

3

Commentaires

Réagir

Aménagement du territoire

Les maires ruraux dans les petits papiers de l’Elysée

Publié le • Par • dans : France

3

Commentaires

Réagir

vanik-berberian-amrf-une © Flickr by CC - AMRF

Lors d’une entrevue le 1er mars avec les dirigeants de l'AMRF, François Hollande s’est montré particulièrement à l'écoute, annonçant la tenue d'un comité interministériel aux ruralités.

 

Vanik Berberian, le patron fort en gueule de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), est sorti tout sourire du bureau du Président de la République. Reçu une heure durant en compagnie de trois collègues du club des petites communes (le premier vice-président Michel Fournier, la secrétaire générale Nadine Kersaudy et la trésorière Jeanne Béguet), le premier magistrat de Gargilesse-Dampierre a bu du petit lait.

« Le Président a montré une attention particulière sur la nécessité d’aller plus vite et d’accentuer la pression sur les opérateurs du numérique annonçant la tenue d’un nouveau comité interministériel aux ruralités », se réjouit l’AMRF dans un communiqué.
« Quand nous avons souhaité que la démographie ne prime pas systématiquement sur l’espace, François Hollande a aussi été très à l’écoute. Et il a acquiescé quand nous avons dit qu’il fallait passer de l’aménagement à l’équilibre des territoires », ajoute Vanik Berberian, interrogé par La Gazette. « Sur la question du maintien des syndicats d’eau, on a aussi marqué un point, même s’il a évoqué des suppressions à partir de 2020 », met, enfin, en lumière le leader des maires ruraux de France.

Effet post-régionales

Le président de l’AMRF s’en félicite : depuis la nouvelle percée du FN en milieu rural lors des élections régionales des 9 et 16 décembre 2015, « on assiste à une prise de conscience ». Son adresse au Président de la République, formulée juste après le scrutin, a fait son effet. « Il faut mobiliser dès janvier 2016 un contingent de plusieurs milliers de médecins pour couvrir en médecine générale les territoires les plus démunis. Il faut aussi obliger les opérateurs à s’engager immédiatement dans le financement du fonds Maisons de services publics », enjoignait l’AMRF.

Dans la foulée, François Hollande a saisi son secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, depuis transféré au Développement et à la Francophonie. André Vallini s’est engagé à desserrer l’étau des normes dans les petites communes lors d’une visite, le 4 février, dans l’Indre, fief de Vanik Berberian.

Plaidoyer pour la réforme des dotations

Le nouveau ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités Territoriales Jean-Michel Baylet a reçu en premier l’AMRF, le 23 février dernier. Les maires ruraux n’ont pas gagné la guerre pour autant. Leur cheval de bataille, la réforme des dotations, reste au point mort. « Un habitant des campagnes vaut encore et toujours moitié moins qu’un habitant des villes », fulmine Vanik Berberian.

« L’Association des maires de France veut une position commune des associations d’élus sur la réforme de la DGF, poursuit-il. Mais son projet de texte est purement technique. Au-delà des combinaisons arithmétiques et mécaniques, cette question est pourtant profondément politique. » L’AMRF n’entend donc pas en rester là. Elle saisira les candidats à la magistrature suprême pour tenter de remettre la réforme à l’agenda.

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationFinances localesFinances publiquesRéforme territorialeSanté

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 04/03/2016, 16h43

    Paroles, paroles.
    Des promesses ? Qui n'engagent personne. Seulement ceux qui y croient ou qui veulent faire croire qu'ils ont obtenu des avancées.
    Regardons la situation en face : Hollande, le président de la France, a prouvé à maintes reprises qu'il était un expert en mensonges... sitôt élu, rappelez vous... Et il n'a pas changé.
    Ce président n'a pas les pouvoirs qu'on attend de lui : il va faire pression sur les opérateurs du numérique ? Par quel miracle ? En plus, n'ayant aucuns moyens financiers, les caisses sont vides, que pourra-t-il faire ?
    Va-t-il s'opposer à la volonté européenne de supprimer les petites communes en limitant les créations de Communauté ? Non. Les petites communes sont condamnées à disparaître; on expliquera que c'est pour des raisons d'économie, de rentabilité... Mais bien sûr.
    Aidera-t-il au maintien des syndicats intercommunaux ? Mais non : sa politique les supprime un peu partout.
    Il est vraiment gentil ce président, compassionnel, plein d'humour : il veut qu'on l'aime... Le problème c'est qu'il est responsable, mais pas coupable !
    Il y a quelque chose d'inavouable que les Français ne doivent pas savoir; alors, un petit (ou un gros) mensonge ici, une fausse promesse là, et on espère maintenir le voile et faire croire que tout va à peu près bien.
    En réalité, nous sommes près de l'effondrement, et nous discutons du sexe des anges...
    Quand on a commencé à mentir, on ne peut plus dire la vérité.
    Les yeux dans les yeux.
    Je dis ça...

  2. 2. pov citoyen 04/03/2016, 07h46

    Maintien des petites communes avec des missions de proximité, oui 100%, gestion financière et organisation des services publics à réserver aux communautés de communes absolument.
    Arrêtons le millefeuille et les dépenses irresponsables.
    De même suppression des organisations inutiles comme le sénat, etc.

  3. 3. PUYGRENIER Pierre-Louis. 03/03/2016, 17h50

    En position de maire d'une commune de 230 habitants en Corrèze qui est Ségur le Château, je suis en phase totale avec Vanik sur la DGF, le maintien des syndicats de l'eau et bien d'autres domaines d'étouffement des petites municipalités.
    Bravo pour ce dynamisme qui ne faiblit pas et Bravo également d'avoir réussi à passer l'entrée de l'Elysée pour une écoute supprème de une heure.
    Cordialement. Merci.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.