Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budgets

Les services d’incendie et de secours au régime sec

Publié le 01/03/2016 • Par Isabelle Verbaere • dans : A la une, Actu experts finances, Actu experts prévention sécurité, France

pompiers casque rang UNE
Flickr CC by nd llyglad
Répercutant la baisse des dotations, des départements diminuent leurs contributions aux Sdis. Non sans conséquences.

4,5 millions d’euros ! Tel est le montant que le service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Nord (2 130 sapeurs-pompiers professionnels - SPP -, 3 507 volontaires) devra économiser pour compenser la diminution de la subvention de fonctionnement du département en 2016, soit une réduction de 4,5 % de son budget.

Le Nord n’est pas le seul Sdis à connaître une telle coupe claire, loin s’en faut. « La contribution du département va baisser de 1,5 %, soit 250 000 euros en moins, détaille Serge Mérillou , président du Sdis de la Dordogne . Même chose en 2017. » Une dizaine de Sdis connaissent une progression annuelle de la contribution départementale en fonctionnement inférieure ou égale à 0 %.

Réorganiser les services

Une majorité de départements confrontés à une situation financière très délicate se sont lancés dans des plans d’économies drastiques qui n’épargnent pas les Sdis. En effet, leur financement repose pour 57 % sur la contribution annuelle des départements et à 43 ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité
  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les services d’incendie et de secours au régime sec

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

02/03/2016 07h29

Tous ces propos sont assez surprenants quand on vit dans la vraie vie. Une baisse de 4.5% n’a rien d’extraordinaire; regardez autour de vous et en particulier dans les entreprises.
Il y a encore beaucoup d’organisations qui ont du grain à moudre.
Si je vous dis le sénat par ex, avec ses pratiques internes scandaleuses, son inutilité chronique, vous aurez compris….

Henri Tanson

02/03/2016 10h22

Trop cher, mon fils.
Y’a plus de sous. Faut faire des économies.
Je propose de confier ce service des Pompiers, au privé, qui s’en sortira beaucoup mieux, qui pourra faire des bénéfices et qui ne coûtera plus rien au contribuable. Ou presque.
D’ailleurs, cette recette peut être facilement appliquée à l’ensemble des services publics, avec le même bonheur.
Petit à petit, d’ailleurs, l’idée progresse. Il y a quelques jours, j’avais besoin d’une carte grise et je me suis aperçu que l’on pouvait se débrouiller tout seul, sur internet, en faisant appel à des organismes privés. Génial, non. C’est un début, ça vient. Ça vient doucement mais sûrement. Nous ne nous en apercevons pas ? C’est la technique éprouvée des petits pas et du fait accompli.
Adieu les Pompiers.
Qui sera le prochain.
Ce qui est amusant, c’est que c’est clairement la « philosophie » de la « religion » européenne qui veut que ce soient les lois du marché qui décident et non plus les politiques.
Le marché est vertueux, on le sait. Nous lui laissons les clefs…
Il y a pourtant une alternative à cette dérive…
Je dis ça…

virgineman

02/03/2016 01h15

Le débat est lancé. Est ce vrai les hommes du rang qui coûte si cher ? Les coupe franches les touchent directement. C’est pourtant eux qui réalisent toutes les actions relatives aux secours !!!!! Qu’en est il de la régulation des interventions ???? Qui financent les 15 ???? Il envoie régulièrement les ambulances des sdis sur la moitié d’intervention  » transport sanitaire » et pas spécifique 1er secours. Préservons nos pompiers s’il vous plaît !!!!

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X