En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

3

Commentaires

Réagir

Baromètre des territoriaux

Les services publics en ligne sont-ils assez développés ?

Publié le • Par • dans : Dossiers d'actualité, France

3

Commentaires

Réagir

BAROMETRE_380x253 © Pascale Distel

Parce que votre opinion nous intéresse, La Gazette a constitué un panel de fonctionnaires territoriaux que nous interrogeons sur l'actualité des politiques publiques et du statut de la fonction publique. Cette semaine : les services publics en ligne sont-ils assez développés ?

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Baromètre : l’opinion des fonctionnaires territoriaux, chaque semaine

 

Leçon n° 1 - Encore de gros efforts à faire

Le chiffre est sans appel : 77 % des répondants trouvent que les services publics en ligne ne sont pas assez développés, et ce, quel que soit le type de collectivité. Si la notion d’e-administration était nouvelle, ce score n’aurait rien de déshonorant. Or, son accélération a connu plusieurs coups de fouet – de com’ ? – depuis presque vingt ans, puisque le programme d’action gouvernemental pour la société de l’information (PAGSI) avait été lancé par Lionel Jospin en 1998, avec un volet sur l’administration. Récemment, le programme de développement concerté de l’administration numérique territoriale (DCANT) a été dévoilé. Ce chiffre renvoie aussi à un constat répété : le numérique avance vite, très vite, et l’administration a parfois du mal à prendre la mesure du changement et à s’adapter, aussi bien au niveau de l’Etat, comme en témoigne un rapport de février de la Cour des comptes, très sévère, que des collectivités. Le public pourra se consoler en constatant que le secteur privé n’est pas forcément mieux loti…

Leçon n° 2 - Les petites villes s’en sortent moins mal

Les villes de 5 001 à 10 000 habitants sont celles qui affichent le meilleur résultat – ou le moins pire : 58 % des répondants estiment que leurs sites ne sont pas assez développés. Dans les autres collectivités, le jugement est encore plus sévère : respectivement 83 %, 74 %, 78 % et 81 % pour les « strates » de moins de 5 000 habitants, de 10 001 à 50 000 habitants, de 50 001 à 100 000 habitants et de plus de 100 000 habitants. Un résultat qui peut sembler paradoxal, à moins que les attentes ne soient d’autant plus fortes que la collectivité est grande, et a donc des moyens, mais aussi des habitants qui ont le réflexe de se tourner vers internet ?

Références

Réalisé par « La Gazette » auprès d‘un échantillon représentatif de 1 626 fonctionnaires territoriaux sur internet du 1er au 11 février 2016 (301 répondants). 

Haut de page

Cet article est en relation avec

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés NumériqueService public

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. wendy83 05/04/2016, 10h40

    Les services publics en lignes ne sont pas assez développées notamment dans le domaine du numérique. En effet, cet outil progresse très vite les administrations ont du mal à s'adapter, malgré des efforts dans ce domaine.

  2. 2. Sunshine6992 11/03/2016, 21h23

    Pour moi, ce sont des perceptions tous services confondus.
    Est-ce que l.on se posera moins la question quand l'open data sera effectif? Permettra-t.il de réduire les écarts entre réalité et perception?

  3. 3. Numesia 09/03/2016, 15h18

    Le sujet est intéressant mais on reste un peu sur sa faim :
    - s'agit-il d'une perception des sondés ou d'une réalité étayée ?
    - quelle serait la nature des services numériques attendus ?
    - pour quelle cible ? La population, les services internes ?

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.