En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

4

Commentaires

Réagir

Carrière

Retraite : les fonctionnaires territoriaux travaillent trois ans de plus qu’il y a dix ans

Publié le • Par • dans : A la une, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

4

Commentaires

Réagir

retraite_argent_age_une © pict rider - Fotolia.com

Les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers travaillent trois ans de plus qu’il y a dix ans : c’est le constat effectué par la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales qui détaille les caractéristiques de leurs départs à la retraite dans Questions retraite et solidarité - Les études n°14.

 

L’un des objectifs des dernières réformes des retraites est atteint : les affiliés de la Caisse nationale des retraite des agents des collectivités locales (CNRACL) sont partis en 2014 trois ans plus tard qu’ils ne le faisaient en 2004. L’âge moyen de départ de cette population est de 60,7 ans au lieu de 57,6 ans dix ans plus tôt.

Report accéléré par les réformes

Sous le titre « L’augmentation de l’âge de départ à la retraite des affiliés à la CNRACL : mesures à travers différents indicateurs », Questions retraite et solidarité – Les études n°14 publié en février 2016 par la direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des dépôts analyse ce report. Il est bien la conséquence d’une succession de réformes qui ont touché la fonction publique au moins autant que le secteur privé.

L’évolution s’est encore accélérée depuis 2010, année où l’âge légal d’ouverture des droits est passé de 60 à 62 ans. La fermeture, en 2011, du dispositif de départ anticipé des parents d’au moins trois enfants joue aussi un rôle dans cette convergence.

Plus de départs pour carrière longue

L’effet a commencé à se faire sentir en 2004, année où l’accès à une pension à taux plein a été progressivement aligné sur le secteur privé en nécessitant non plus 150, mais 160 trimestres. Le rapprochement est effectif, entre fonctionnaires et salariés, en 2009.

Le décalage de l’âge légal a cependant été contrebalancé par la possibilité d’anticiper son départ quand on a travaillé avant l’âge de 20 ans. Une possibilité d’anticiper très sollicitée ces dernières années par les affiliés de la CNRACL : 10 000 en 2013 et 12 000 en 2014 alors qu’ils n’étaient que 3 000 en 2011 et 5 000 en 2012.

Les femmes, nombreuses à anticiper leur départ

Alors que la CNRACL a identifié cinq types de départ (non anticipé, anticipé pour carrière longue, au titre de la catégorie active, pour motif familial et au titre du handicap) dans ce contexte de forte variabilité, les cartes ont été redistribuées. Ainsi, si trois hommes sur quatre partaient à partir de l’âge légal en 2004, quatre sur dix ont préféré quitter leurs fonctions, en 2014, au titre des carrières longues et deux sur dix au titre de la catégorie active.

Moins nombreuses (40 à 45 %) à ne pas anticiper leur départ, les femmes représentent un tiers à un quart des départs en catégorie active entre 2004 et 2014, a priori essentiellement des agents hospitaliers que l’étude ne distingue pas.

Les autres femmes choisissent d’anticiper leur départ après une carrière longue ou pour motif familial (parent d’au moins trois enfants), qui reste d’actualité pour celles qui en remplissaient les conditions à la fermeture du dispositif, avec 45 % de départs à ce titre en 2011 et encore 15 % en 2014.

L’âge moyen de ces départs a cependant fortement reculé : 59 ans en 2014 au lieu de 50 ans dix ans plus tôt. Pour les carrières longues, il était de 60 ans en 2014, soit l’une des bornes légales.

graphret1

Un report qui pourrait continuer

« Ce mouvement devrait encore se prolonger jusqu’en 2017, année où l’âge légal de départ à la retraite sera stabilisé à 62 ans », expliquent les auteurs de l’étude, Isabelle Bridenne et Laurent Soulat, qui suggèrent que le report pourrait continuer, « du fait de l’augmentation de la durée d’assurance nécessaire pour bénéficier du taux plein ».

Ce qui revient à dire que malgré le fait d’avoir atteint l’âge légal, les retraités potentiels n’auraient pas assez de trimestres cotisés ou jugeraient insuffisant le montant de leur future retraite et préféreraient attendre le « taux plein », soit le maximum de ce à quoi ils peuvent prétendre en fonction de leur carrière.

graphret2

Partir dès que possible

« Cette étude reflète, sans trop de surprises, l’effet mécanique des différentes réformes, mais avec des départs au titre des carrières longues à un niveau plus élevé que ce que l’on avait pu prévoir dans la convention d’objectifs et de gestion de la CNRACL. Les gens préfèrent partir dès qu’ils le peuvent en se disant que l’âge légal de départ peut encore reculer. Quand ils ont travaillé un certain nombre d’années, ils ont envie d’envisager autre chose. C’est un fait de société, au delà de la fonction publique », commente Nadine Brucher, vice-présidente de la CNRACL et secrétaire fédérale Interco-CFDT en charge de la protection sociale.

Egalement présidente de la commission invalidité de la CNRACL, elle s’alarme de l’augmentation de 13 % du nombre de pensionnés au titre de l’invalidité depuis 2013. « On recule l’âge de départ, mais nombre d’agents ne sont pas en état de continuer. Or leurs pensions sont versées à partir du même budget. On peut donc se demander si l’objet des réformes est bien le maintien des régimes. » Pour garantir leur survie, assure l’administratrice de la CNRACL, « il faudrait agir sur les conditions de travail et le bien-être au travail afin de pouvoir aller jusqu’à l’âge de départ ».

 

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueRetraite fonction publique

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Yves 02/03/2016, 08h32

    Laissez partir les gens quand ils veulent. la retraite est un droit. si les gens veulent travailler plus longtemps ok, mais ceux qui veulent partir parce qu'il ont commencé à 18 ans et qu'ils en ont marre, qu'ils aient encore le droit de partir à 60ans. tout est question de choix et de liberté. il a des gens qui sont capable de vivre avec une décote en consommant moins et en vivant plus simplement. alors basta !!! l

  2. 2. nova90 29/02/2016, 10h24

    Bonjour, je confirme que les polypensionnés privés/fonction publique sont fortement pénalisés au moment de prendre leur retraite. Mais bon cela ne paraît pas perturbé plus que cela notre ministère ni les syndicats....
    De plus, le gouvernement a obligé les entreprises à prendre en charge une partie de la complémentaire de ces salariés, quand fera-t-il de même pour ces employés ? Il existe un dicton qui dit "Se sont les cordonniers les plus mal chaussés" cela se confirme !!!

  3. 3. Jean-Luc MIGNON 28/02/2016, 16h20

    Il eût été préférable que la CFDT se préoccupe avant des conséquences de ces réformes, et en particulier de celle de 2003, plutôt que d'en déplorer certaines conséquences aujourd'hui.
    Et il en reste une qu'elle ignore, c'est la baisse très importante des pensions (6,25% pour le seul passage de 37,5 à 40 annuités) pour tous ceux qui ont une carrière incomplète dans la fonction publique (la majorité des territoriaux). Certains parlent (rarement) du problèmes des multi-pensionnés mais aucune compensation n'a encore été instaurée.

  4. 4. Latracol 27/02/2016, 11h56

    Vous avez oublié les polypensionnés, et ils sont nombreux, comme moi à toucher des clopinettes pour les années passées dans le privé, tout simplement parce que, pour eux, pas de proratisation des 25 meilleures années pour le calcul du salaire annuel moyen (SAM) sur le temps passé dans le privé. Par contre, le prorata de la pension CNRACL sur le nombre de trimestres total s'applique bien lui. Globalement, le manque à gagner impose une rallonge de 3 ans pour retrouver le niveau de pension attendue. En terme d'égalité entre les différents régimes on fait mieux, au point que Bernard Cazeneuve avait soulevé l'injustice dans une question au ministre en 2011. Depuis, il a eu d'autres chats à fouetter et plus personne ne s'en émeut. "Votez" qu'il disait...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.