En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

5

Commentaires

Réagir

Rémunérations

Salaires des fonctionnaires : la ministre et les syndicats ont rendez-vous le 17 mars

Publié le • Par • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

5

Commentaires

Réagir

retrait d'argent liquide au guichet © Fotolia

Les syndicats de la fonction publique exigent que la ministre leur présente des "mesures fortes" lors du rendez-vous salarial annuel fixé au 17 mars 2016, indiquent-ils dans un communiqué commun du 26 février.

 

Les organisations syndicales représentatives de la fonction publique retrouvent une unité pour exiger une augmentation significative du point d’indice, lors de la rencontre avec la ministre de la Fonction publique programmée le 17 mars. Un rendez-vous qui doit selon elles déboucher sur des « mesures fortes ».

« Dans une période où nombre de réformes impactent le travail des agents, les organisations signataires portent ensemble le nécessaire respect du statut général de la fonction publique, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la lutte contre la précarité et l’exigence d’emplois statutaires en nombre suffisant pour faire face aux besoins, l’amélioration des conditions de travail et le pouvoir d’achat des agents publics », indiquent la CGT, la CFDT, la CGC, la FA-FP, la FSU, Solidaires et l’Unsa dans un communiqué commun du 26 février.

Les organisations syndicales rappellent que la politique d’austérité salariale a abouti à une baisse constante de leur pouvoir d’achat. Et que « l’heure est venue de mettre un terme au contentieux salarial qui s’est accumulé depuis des années ! »

Grève le 22 mars ?

Les syndicats indiquent que si les propositions du gouvernement sont « trop éloignées » des attentes, ils en appelleront à la mobilisation des agents de la fonction publique y compris par la grève et les manifestations. La menace de grève est donc brandie. Et une éventuelle date est déjà évoquée : le 22 mars.

Les organisations ont convenu de se revoir le 17 mars, dès la fin de la rencontre avec Annick Girardin, pour analyser le contenu des annonces et décider de s’inscrire ou non dans une action.

Nouvelle unité

« Il faut saluer cette unité intersyndicale, qui n’était pas arrivée depuis des années, insiste Laurence Bordron, secrétaire du bureau fédéral de la Fédération CGT des services publics. La perte du pouvoir d’achat, qui est inacceptable, nous soude et nous unit pour d’éventuelles actions à venir », estime la représentante syndicale.

« La CFDT ne se contentera pas de mesures symboliques. Le gel du point d’indice six années consécutives a fait plus qu’annuler les gains liés aux promotions, si bien que, comme l’a calculé l’Insee, les salaires nets des fonctionnaires baissent depuis 2013 », indique en outre la CFDT dans un communiqué.

Nouvel agenda social

Dans son communiqué, Annick Girardin indique qu’un nouvel agenda social de la fonction publique sera présenté lors de la prochaine séance plénière du Conseil commun de la fonction publique, le 15 mars. Au programme notamment, des discussions sur les thématiques évoquées avec les syndicats lors des entretiens qu’elle a menés en début de semaine : le compte personnel d’activité, la formation professionnelle, la santé et la sécurité, la mobilité entre les trois versants, la diversification des recrutements et le développement de l’apprentissage.

Haut de page

5

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueSalaire fonction publique

5 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Andrée 12/03/2016, 09h36

    Je suis tout à fait d'accord avec Lucie. Dans la situation économique actuelle du pays, il est mal venu que la Fonction publique réclame une augmentation de salaire, alors que tant de gens cherchent désespérément un emploi. A un moment où les pires idées circulent déjà (surtaxer les CDD = les entreprises prendront des intérimaires, pas un CDI !), inutile de ponctionner encore les gens, car augmentation de salaire dans le Public veut dire augmentation d'impôt générale.
    Quant à Mac qui trouve qu'avec une harmonisation des salaires, il devrait toucher en moyenne 4450 €... encore faudrait-il qu'il y ait un offre emploi à ce montant-là...et surtout, il faudrait harmoniser les retraites du privé et du public..pas de changement supérieur d'indice 6 mois avant la retraite....les conditions de réversion au conjoint...les jours de carence maladie (pas dans le public !), etc, etc...Au final, n'est-il pas mieux dans le Public ??

  2. 2. Henri Tanson 04/03/2016, 11h37

    De qui se moque-ton ?
    Comment imaginer une seconde que la Ministre accordera une réelle hausse du point d'indice, sans exiger de sévères contreparties ?
    C'est perdu d'avance.
    La seule chance de changer les choses, c'est de changer radicalement de politique !
    Et il n'est est absolument pas question pour la ministre.; elle le voudrait qu'elle ne le pourrait pas.
    Tout le reste n'est que mensonges...

  3. 3. mac 04/03/2016, 09h27

    J'adhère à la réponse de Jean-Yves, ne comparons que ce qui est comparable : des agents de catégorie C en fin de carrière touchent à peine plus que le SMIC, je suis chef de bureau avec 10 agents, 20 ans d'expérience, 2 bac +5, un échelon impossible à atteindre à mon âge si je n'avais pas eu une autre carrière avant et je touche 3385€ /mois... non augmenté depuis 6 ans et même en baisse de13€/mois depuis janvier grâce à l'une de ces réformes qui rentrent en vigueur X années après, réfome qui va durer jusqu'en 2020.
    Je ne suis ni opposé à une "privatisation" d'une partie de la fonction publique ni à une harmonisation générale parce que selon le site de l'APEC, en moyenne mon salaire devrait être de 4550€ par mois ...

  4. 4. Jean-Yves 29/02/2016, 19h51

    Et moi je trouve anormal que votre réponse à vos difficultés soit d'opposer public et privé. Le fait que vous perceviez 2000 euros et que beaucoup de travailleurs du privé connaissent des difficultés réelles est-il un argument pour que les employés du public acceptent de voir leur pouvoir d'achat diminuer depuis temps d'années? Il y a dans la fonction publique de très nombreuses personnes qui n'ont ni 10 semaines de vacances, ni plus de 1500 euros. Le droit à vivre dignement est le même pour tous et je pense que votre combat se situe ailleurs que sur ce terrain . Que gagneriez vous si d'aventure les fonctionnaires n'étaient pas augmentés? En quoi cela serait-il un progrès social? Alors oui, il est normal que les professionnels qui assurent un service public auquel nous sommes tous attachés soient valorisés. Et oui il est normal que les travailleurs du privé ne soient plus maltraités, que leurs études soient reconnues, et que le manque d'emploi ne serve pas de prétexte à sous évaluer leur travail. Mais de grâce évitons cette opposition stérile. Ne vous trompez pas de cible.

  5. 5. lucie 29/02/2016, 10h39

    Je trouve anormal que les fonctionnaires se plaignent. Je suis Architecte dans le privé. Après 6 années d'études, 7années d'expérience en agence en tant que salariée Architecte, un niveau ingénieur, mon salaire net est de 2000 euros par mois. Un dessinateur dans le privé gagne 1400 euros net par mois. Et nous n'avons que 5 semaines de vacances (contre 9 à 12 chez certains fonctionnaires).
    Dans le privé, les salaires sont gelés depuis des années. Le travail manque, les personnes en recherchent d'emploi se multiplient, comment voulez vous que nous réclamions mieux? Arrêter de vous plaindre car c'est nous les plus mal lotis!!!!

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.