En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Radicalisation religieuse

« Le profil des individus radicalisés a muté » – Farhad Khosrokhavar

Publié le • Par • dans : Actu prévention sécurité

0

Commentaire

Réagir

Conférence Farhad KHOSROKHAVAR 1 © ASPN

Invité à s'exprimer devant plus de 350 travailleurs sociaux, le sociologue Farhad Khosrokhavar a rappelé la complexité du phénomène de radicalisation religieuse et sa récente évolution, lors d'une conférence organisée le 23 février par le collectif "Ensemble on fait quoi?" Ce directeur d'études à l'EHESS, qui dirige également le Centre d'Analyse et d'Intervention Sociologiques (CADIS), insiste sur le rôle-clé des collectivités territoriales.

 

Quels messages souhaitiez-vous faire passer aux travailleurs sociaux que vous avez formés à Loos (Nord) ?

Ce n’était pas tant une formation à destination des travailleurs sociaux qu’une conférence généraliste rendant compte de mes recherches. Objectif : donner aux professionnels des clés de compréhension sur un phénomène qu’ils méconnaissent. L’important, à mes yeux, résidait dans le fait qu’ils prennent conscience que le phénomène de radicalisation religieuse a récemment muté.

Une pluralité de profils est aujourd’hui susceptible de répondre à l’appel du djihad. Contrairement aux « guerres saintes » des dernières décennies, le phénomène est devenu multiforme : il ne concerne plus seulement de jeunes adultes de confession musulmane vivant dans des banlieues paupérisées, mais aussi de plus en plus d’adolescents de classes moyenne, de femmes et de convertis.

La problématique s’est donc considérablement complexifiée. D’autant plus que cette « révolte » s’explique autant par le contexte international et la guerre civile en Syrie que par certains errements de la société française.

Quels conseils donneriez-vous aux éducateurs devant gérer, sur le terrain, de tels jeunes en rupture avec la société ?

Le travail social couvre des territoires si variés, des modes d’interventions et des publics si différents, que je ne peux pas porter de jugement péremptoire sur les postures que les éducateurs devraient privilégier. Un des enjeux, pour moi, était de leur faire comprendre qu’ils ne doivent pas confondre le fondamentalisme religieux et l’extrémisme radical menant à la violence physique : ce n’est pas parce que l’on porte un foulard ou qu’on se laisse pousser la barbe qu’on est un djihadiste.

Pour le reste, croyez-moi, ils sauront bien mieux que moi adapter mes recherches aux situations concrètes auxquelles ils sont confrontés. Il faut parfaitement connaître le terrain et le public pour déterminer la meilleure façon de prévenir la radicalisation d’un individu, qu’il s’agisse de remobiliser sa famille, renforcer son accompagnement scolaire ou professionnel voire l’isoler de l’environnement de son quartier…

De quels leviers disposent les fonctionnaires territoriaux, et plus globalement les collectivités, pour lutter contre le processus de radicalisation ?

Il est extrêmement important que les collectivités territoriales, et tout particulièrement les municipalités, s’impliquent dans la prévention de la radicalisation religieuse et la lutte contre le terrorisme. Le talon d’Achille de la France, aujourd’hui, c’est que les différents groupes de citoyens ne se parlent plus sur les territoires où ils cohabitent. Il est grand temps d’y remédier par une impulsion citoyenne venant du terrain.

Le maire, parce qu’il est élu par les habitants, peut jouer ce rôle et pousser la société civile à apporter leur aide de façon directe ou indirecte à cette cause. Je ne dis pas qu’il ne doit pas associer le préfet ou les ministres – la médiation de l’Etat peut parfois être précieuse  – à cet exercice, mais il ne faut pas en tout cas pas attendre que l’Etat mette un imam, un athée, un rabbin, un prêtre, et un agnostique autour de la même table pour espérer venir à bout de ce fléau.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.