En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Aménagement numérique

L’Etat met 30 millions d’euros pour la résorption des zones blanches de la téléphonie mobile

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

Antennes relais de téléphonie mobile © Jackin - Fotolia

Réunies le 24 février 2016 au ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, les associations d’élus et les maires de 268 communes encore privées de téléphonie mobile se sont vues présenter le volet opérationnel de la mise en œuvre de la couverture de leur territoires.

 

Le démantèlement des publiphones dans les bourgs ruraux va pouvoir s’achever. D’ici la fin de l’année 2016, 268 villages pourront troquer leur cabine téléphonique contre un pylône de services de téléphonie et d’Internet mobile. Le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique a donc présenté ce mercredi 24 février 2016 le mode opérationnel des actions de résorption des zones blanches de la téléphonie mobile prévue par la loi du6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques.

Confié à l’Agence du numérique

Comme de l’Internet fixe à l’Internet mobile il n’y a qu’un pas, c’est donc à l’Agence du numérique déjà en charge du plan France Très Haut Débit que reviendra le suivi des déploiements cofinancés par l’Etat. Elle gérera donc une enveloppe de 30 millions d’euros pour réussir les engagements de son ministère de tutelle.

Le chantier le plus urgent est celui des communes qui n’ont jamais été couvertes par les opérateurs privés. Après 1200 tests réalisés dans les bourgs qui se « ressentaient » en zone blanche, une liste de 268 a été établie dans un arrêté publié  le 24 février 2016 au journal officiel. La construction de leurs pylônes sera entièrement financée par l’Etat, restera à leur charge l’acquisition du site et son adduction électrique. Ceci dans le respect d’un calendrier très serré puisque l’objectif est de terminer le chantier d’ici la fin 2016.« Elles pourront faire appel pour les travaux à des structures présentes sur les territoires comme les réseaux d’initiative publique, dans ce cas nous ne signerons que le chèque. Pour celles qui ne réalisent pas elles-mêmes, nous serons maître d’œuvre,» précise Antoine Darodes, directeur de l’Agence du numérique.

800 pylônes supplémentaires pour les zones d’intérêt économique

L’Agence du Numérique veillera parallèlement au suivi du programme «zones blanches centre-bourg » qui concerne 3600 communes dont 2200 restent encore à faire évoluer de la téléphonie 2G vers la 4G. Un rattrapage copiloté par l’Arcep qui s’est déjà chargé récemment de rappeler les opérateurs à leurs obligations

En complément de ce programme, ces communes pourront présenter un dossier pour compléter leur couverture 4G sur des sites d’intérêt économique (zones d’activités ou sites touristiques) trop éloignés pour bénéficier de la couverture du pylône du centre bourg. Le guichet de l’Agence du numérique instruira les dossiers présentés par les réseaux d’initiative publique. Elle sélectionnera les 800 sites qui pourront prétendre alors à une subvention de 50% du montant des travaux, somme plafonnée à 50 000 euros mais bonifiée à 75000 euros pour les sites de montagne. Toutes les informations sur le suivi et l’avancement de ce chantier seront mises en ligne sous forme de cartographies dynamiques sur le site web la mission France THD.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.