En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Economie des territoires

« Fusionner les politiques régionales sera difficile » – Guy Vasseur, Président de l’Assemblée des chambres d’agriculture

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

VASSEUR-Guy-une © P. Marais

Les chambres d’agriculture sont confrontées à un double défi : fusionner et mutualiser les chambres régionales, pour s’adapter à la nouvelle carte, et maintenir le lien de proximité avec les chambres départementales, dans des régions qui peuvent en regrouper jusqu’à treize. Interview du président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, Guy Vasseur.

 

Cette mutation des chambres d’agriculture se déroule dans un contexte financier un peu moins difficile que prévu : alors que leurs recettes provenant de la taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti (TATFNB) devaient continuer à baisser de 2 % par an, les chambres d’agriculture ont obtenu du gouvernement, lors du vote de la loi de finances pour 2016, le gel de leurs ressources jusqu’en 2018.

Comment les chambres d’agriculture ont-elles répondu à la nouvelle carte régionale ?

Au début de 2015, nous avons décidé de fusionner les chambres régionales au sein des nouvelles régions afin de pouvoir faire des propositions aux différentes têtes de liste avant les élections. Nous étions prêts, grosso modo, en septembre, même s’il a fallu attendre que les nouveaux décrets organisant les chambres sortent en décembre.

Désormais, dans chaque nouvelle région, toutes nos instances sont en place. Seuls les présidents et les bureaux ont été réélus. Tous les anciens élus des chambres sont restés en place : on ne peut pas supprimer le mandat de ceux qui ont été élus il y a trois ans ! Les budgets ont été également fusionnés, le véritable budget des nouvelles chambres se fera pour 2017. Le dernier point reste le recrutement des directeurs des chambres, ce qui devrait être chose faite à la fin du premier trimestre.

Comment les chambres comptent-elles peser dans la politique agricole des régions ?

Il s’agit d’être prêt avant la fin du premier semestre pour intervenir en amont des orientations budgétaires. Et d’être présent autant sur la politique d’installation des jeunes que sur la gestion des fonds structurels, dont le transfert aux régions, en 2015, a pris beaucoup de retard. Nous devons pouvoir organiser les besoins en amont et intervenir en relais auprès des agriculteurs, une fois la politique régionale mise en œuvre. Bien sûr, il ne sera pas évident d’amalgamer des politiques régionales souvent hétérogènes : par exemple, l’Aquitaine faisait beaucoup – de la promotion des produits à l’aide à l’installation en passant par la modernisation des exploitations -, alors que Poitou-Charentes était très peu présente et que les moyens du Limousin étaient beaucoup moins importants. Le même déséquilibre existe dans d’autres régions, comme Auvergne – Rhône-Alpes.

Est-ce cela qui vous fait craindre une perte de la proximité dans les politiques agricoles des collectivités ?

Oui, ainsi que le transfert de l’ensemble des compétences économiques aux régions. Cela pourrait, certes, donner plus de lisibilité à l’action publique sur le terrain. Mais c’est oublier l’action menée par certains départements pour l’agriculture. Celle-ci sera-t-elle reprise par les régions ? Nous l’espérons, mais il n’est pas certain qu’elles en aient les moyens ! Nous militons pour que les départements continuent à financer des projets locaux, notamment ceux qui n’ont pas forcément une dimension régionale. C’est l’addition de petites initiatives qui conforte l’activité et l’emploi sur un territoire. Beaucoup de ces financements concernaient la défense sanitaire des animaux : je vois comment l’élevage pourrait plonger si les régions ne prennent pas le relais. Le défi à relever est celui de la proximité – au-delà du maintien de la ruralité.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Aménagement ruralEconomie

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.