En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

9

Commentaires

Réagir

Rémunérations

Annick Girardin reporte le début des discussions sur le point d’indice

Publié le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

9

Commentaires

Réagir

Annick_Girardin-une © CC by Ministère des Affaires Etrangères

Nouvelle ministre oblige… la négociation salariale qui devait se tenir « dès février 2016 » selon le texte du protocole Parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR) est reportée au mois de mars. Le mince espoir de revalorisation du point d’indice « au vu des indicateurs économiques » (toujours selon le texte PPCR) s’éloigne peut-être encore un peu pour les fonctionnaires.

 

La nouvelle ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, va devoir user de beaucoup de diplomatie sans doute, pour calmer et rassurer les représentants des différents syndicats de la fonction publique, qu’elle s’apprête à recevoir individuellement mardi 23 et mercredi 24 février.

Le rendez-vous salarial promis dans le texte PPCR est reporté au mois de mars compte tenu du remaniement ministériel. « La discussion est reportée à une date qui n’est pas encore fixée, précise-t-on au cabinet d’Annick Girardin. La ministre arrive après quatre ans de dialogue social avec Marylise Lebranchu ; elle souhaite se réapproprier les dossiers et prendre contact avec ses interlocuteurs. »

Quel va être le sort du point d’indice ? Les syndicats signataires du protocole PPCR se sont toujours dits extrêmement attachés au rendez-vous salarial prévu dans le texte que Manuel Valls a décidé d’appliquer unilatéralement.

« Le gouvernement fera une profonde erreur en ne dégelant pas le point d’indice. La CFDT se mobiliserait alors. (…) Et attention, se contenter de donner 0,1 ou 0,2 % d’augmentation serait une provocation », indiquait le 9 février dans Les Echos le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger.

« Contexte très tendu »

« Nous abordons ce rendez-vous dans un contexte très tendu. Nous serons très attentifs à ce que va nous dire la ministre », indique aussi Christophe Couderc (CGT).

« Cette nomination n’est pas un bon signe pour la fonction publique », estime Denis Turbet -Delof (Solidaires). Le resserrement des attributions du ministère, qui avaient auparavant en charge la décentralisation, inquiète le représentant syndical.

Autre sujet de crispation : le projet de loi « déontologie », qui prévoit notamment, dans sa version actuelle issue du Sénat, d’introduire trois jours de carence dans la fonction publique.

Lourds dossiers

Les syndicats rappellent dans plusieurs communiqués faisant suite à la nomination de Annick Girardin, l’étendue des dossiers que la ministre doit porter :

  • la mise en oeuvre du protocole PPCR et ses quelque 500 décrets et autres arrêtés ;
  • le projet de loi « déontologie » ;
  • la mise en oeuvre du compte personnel d’activité (CPA) dans le secteur public avec un chantier sur la formation, et sur la santé et la sécurité au travail ;
  • la remise d’un rapport sur le temps de travail dans la fonction publique ;
  • la mise en oeuvre d’une nouvelle gestion des ressources humaines (côté Etat) ;
  • le chantier de la prévention de la pénibilité.

« La FSU craint que ce changement ministériel soit de nature à faire prendre un retard préjudiciable aux agents alors qu’il y a tant de dossiers à conclure, et de manière urgente, quand on sait la situation des carrières et des rémunérations des agents publics », indique Bernadette Groison dans un courrier à Manuel Valls du 17 février. « Monsieur le Premier ministre, il va sans dire que la FSU attend que rapidement soit rendue publique la date du rendez-vous salarial. Elle n’acceptera pas qu’il soit reporté »…

Enveloppe budgétaire boostée ?

« Ces dernières années ont été médiocres pour les fonctionnaires : blocage des salaires, réforme territoriale, accord PPCR globalement positif mais souffrant d’une mise en place trop longue, surcharge de travail notamment dans le cadre des attentats, fonctionnaire bashing… La nouvelle ministre disposera-t-elle d’une enveloppe budgétaire boostée, pour arracher nos collègues à l’abstention électorale voire à la révolte ? Sinon pourquoi venir de si loin, pour vivre une longue et pénible année ? » insiste notamment aussi la CFTC.

Tous attendaient avec impatience la discussion salariale de février. Une réunion de l’intersyndicale est d’ores et déjà prévue mercredi 24 au soir pour déterminer des suites à donner.

 

Haut de page

9

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueParlementSalaire fonction publique

9 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. un de feu Midi-Pyrénées 24/02/2016, 18h23

    @Comptes : le texte que vous citez est une fiction, en aucun cas une conversation réelle entre les deux hommes. Il est extrait d'une pièce de théâtre contemporaine écrite par Antoine Rault (Nominée aux Molières en 2009...)

  2. 2. budgetman 24/02/2016, 17h53

    Aux agents de la catégorie B (quelque soit la fonction publique), l'avant projet du texte PPCR sur le site du ministère de la fonction publique propose les nouvelles grilles ainsi que le calendrier. Pour autant l'annexe 3 de l'avant projet n'est pas accessible.
    Après recherche rapide sur internet, vous trouverez facilement ce texte qui articule la bascule entre la situation actuelle et la nouvelle situation (le reclassement). Constat: les catg C et A bénéficient d'une augmentation de l'IM , la catg B est la grande perdante (de 11 à 15 pts pour le 3ème grade, entre 2 et 14 pts pour le 2ème grade et entre 5 et 9 pts) !!! j'espère que cette version de projet de reclassement n'aboutira pas ou qu'une coquille existe dans ces documents (diffusés au plus grand nombre de partenaires). Wait and see...

  3. 3. Comptes 24/02/2016, 12h24

    La Cour des Comptes a très bien expliqué le problème du blocage des salaires des fonctionnaires auquel s'ajoute une frénésie de singer de plus en plus le privé; dès lors que ce dernier est moins favorable aux salariés.
    Pour faire court, on est dans un phénomène de déflation.

    Pour la CC, les finances de la France ne peuvent pas permettre une augmentation des salaires des fonctionnaires. C'est clair et direct. La Cour va même au delà en affirmant que la méthode actuelle n'est pas suffisante. Il faut donc décider des missions que l'Etat(tout comme les collectivités) va abandonner pour réduire le nombre d'agents et de facto ses dépenses.

    L'Etat a-t-il raison de procéder ainsi?
    Chacun donnera sa propre réponse à cette question. Mais nombreux sont ceux qui pensent payer trop.
    Je vous invite à lire le petit texte suivant concernant une conversation entre Colbert et Mazarin qui n'a pas pris une seule ride.

    Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment ou tripoter ne suffit plus!
    J'aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…
    Mazarin : Quand on est un simple mortel et qu'on est couvert de dettes, on va en prison.
    Mais l'État, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison.
    Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.
    Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent.
    Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
    Mazarin : On en crée d'autres.
    Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.
    Mazarin : Oui, c'est impossible.
    Colbert : Alors, les riches ?
    Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus.
    Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres!
    Colbert : Alors, comment fait-on ?
    Mazarin :
    Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres ni riches…
    Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres !
    C'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus !
    Ceux-là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser; c'est un réservoir inépuisable.

    Extrait du "Diable Rouge" C'était il y a 4 siècles !

    Je laisse à chacun réfléchir sur ce texte...

  4. 4. patchodu35 24/02/2016, 09h22

    Et que dire des inégalités de salaires entre la territoriale et la fonction publique de l'état ou encore de la réforme des catégories, notamment la C. Malgré la volonté du gouvernement de faire travailler les seniors plus longtemps, rien n'est prévu pour débloquer la situation des agents de maîtrise principaux en bout d'échelle (échelon supplémentaire ou passage en B) condamnés à rester au même salaire jusqu'à la retraite, difficile de garder la motivation!

  5. 5. Froggy 23/02/2016, 23h27

    Grossier tour de passe-passe de M. François "Majax" Hollande. Gain de temps à l'approche de la présidentielle pour passer la patate chaude au successeur. Car comment imaginer un instant que le locataire de l'Elysée voie son bail reconduit ? Grâce au vote des fonctionnaires appauvris tout le long de son quinquennat ?
    Le doute est permis !
    Et avec la réforme du code du travail, on travaillera bientôt plus... pour gagner toujours moins. C'est beau, le progrès social ! Qu'est-ce que ce sera quand les "vrais" libéraux prendront les rênes ?

  6. 6. cerise sur la galette 23/02/2016, 22h23

    tout fonctionnaire attend quoi à la fin du mois ? la galette sous forme de chiffre avec quelques zéros à la suite et quelques chiffres après la virgule ; seulement, depuis 2010, comme le Chef ne veut plus rien y ajouter ni sucre ni lait, sa galette a un drôle de goût et elle ressemble à la "peau de chagrin "de Balzac ; en plus, la cotisation" farine" a augmenté passant de 7,85 % à 10 % environ aujourd'hui depuis l'année 2011 la rendant de plus en plus compliquée à gérer et l'obligeant à mettre en concurrence tous les fournisseurs ; c'était juste pour égaler la cotis du secteur d'à côté "privé" que disait le Chef ; et cela va s'aggraver jusqu'en 2020 ; seulement, le prix des ingrédients a aussi augmenté ; alors, Top chef dit : si c'est pour nous ajouter quelques grammes de sucre en poudre, gardez-vous cette peine ; nous remplacerons la farine " Francine'" par de la farine premier prix. dommage...Cette galette est publique mais elle nous oblige à nous priver ; alors, il faudrait mettre la galette à recette égale au même niveau partout mais est-ce possible ?. dit autrement, pour qui cette baisse du pouvoir d'achat ?

  7. 7. à perte de vue 23/02/2016, 16h59

    Il fallait s'y attendre et le changement de Ministre n'y est pas pour rien. Ne connaissant le dossier cela est fait pour gagner du temps puis les vacances arriveront, puis les primaires et les élections et voilà gel du point d'indice jusqu'en mars 2017 . Des promesses ils vont tous en faire mais après c'est comme la transposition des décrets il faut des années. Regardez la mesurette de Segolene sur la prime vélo . c'est 200 euros/an pour les entreprises privées mais le patron peut la verser mais pas "doit pas la verser" Nuance!!! Pour les trois versants des fonctionnaires rien et les décrets de transpositions on ne les verra jamais. Tiens en voila une chose qui donne bonne conscience mais n'impose rien.

  8. 8. Aurcads 23/02/2016, 10h19

    Comment peut-on parler de dégel du point de 0,1 ou 0,2%, alors que la seule hausse du taux de cotisation CNRACL est de 0,4% du traitement brut en 2016 ?
    C'est une hausse inférieure à 1% qui serait une provocation.
    Tout ceci conforte ma prédiction sur l'effondrement prévisible du vote PS des fonctionnaires lors des prochaines échéances.
    Dans n'importe quelle entreprise privée d'importance, une baisse du salaire net au 1er Janvier passerait au JT, quand il s'agit des fonctionnaires, ça ne dérange pas grand monde, quand même curieux !

  9. 9. Budgetman 23/02/2016, 08h16

    Changer de responsable alors qu il y a temps à faire en si peu de temps avant les presidentielles c est prendre les fonctionnaires pour des pantins. Traduction du changement : mesure dilatoire permettant de gagner quelques mois de masse salariale et laisser au futur locataire de l Elysée le soin de gérer l'attente générée par tant de mesures en stand by !! Un grand merci pour les 5 millions d'emplois publiques.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.