Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Conjoncture

La situation budgétaire du bloc communal se dégrade

Publié le 16/02/2016 • Par Fabienne Proux • dans : A la une, A la Une finances, Actualité Club finances, France, Infographies finances

graphBP2UNE
La Banque postale, décembre 2015
La chute de l’épargne du bloc communal se confirme en 2015 et devrait perdurer en 2016 et 2017, selon la Banque postale et Standard & Poor’s. L’une et l’autre prévoient une poursuite de la baisse des investissements, mais à un rythme moindre, et un recours à l’endettement pour les financer, ce qui devrait engendrer une érosion de la capacité de désendettement des communes et de leurs groupements.

Pour la 4e année consécutive, l’épargne brute des communes et des groupements chutera en 2015, respectivement de -4,4 % (soit 10,4 milliards d’euros) et de -3,8 % (soit 4,4 milliards), selon la dernière étude de la Banque postale. L’agence de notation Standard & Poor’s, de son côté, annonce une poursuite de cette érosion, puisque le taux d’épargne qui était de 13,5 % des recettes de fonctionnement en 2015, devrait tomber à 11 % en 2016 puis à 9,5 % en 2017.

En cause, bien entendu, des dépenses de fonctionnement qui progressent toujours plus vite (+1,6 %) que les recettes (+0,8 %). Néanmoins, bien que ces dernières soient pénalisées par la baisse des dotations, elles augmentent davantage qu’en 2014 (+0,1 %). Cela est lié notamment à la hausse de 1,6 % des taux des impôts en moyenne (TH, TFB et CFE), qui engendre une croissance de 2,9 % des recettes fiscales (contre +0,9 % en 2014) dont +4 % pour la CVAE.

S&P anticipe un léger retrait des recettes de fonctionnement en 2016 ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Contenu Premium

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La situation budgétaire du bloc communal se dégrade

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

17/02/2016 07h17

Si on arrêtait les communes à l’ancienne pour passer aux communes nouvelles correspondant aux bassins de vie ou aux communautés d’agglo, on baisserait beaucoup les coûts de nos institutions.
Ajoutez à cela la suppression de l’inutile et dispendieux sénat (et encore c’est un euphémisme…), et nous voilà repartis sur de bonnes et saines bases !

CHVEIK

18/02/2016 05h41

Tout montre ainsi que l’Etat sera bien parvenu à ses fins : le transfert de l’impopularité fiscale et du boulet de l’endettement aux collectivités locales. Dans cette affaire, l’Etat se sera comporté comme un irresponsable, qui utilise ses pouvoirs non pour promouvoir l’intérêt général, mais au contraire défendre les intérêts de ses représentants : parlementaires et hauts fonctionnaires. Vous aurez bien mérité de la République … si elle existe encore !

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X