[Opinion] Environnement

Zéro phyto dans les espaces verts, contrainte ou opportunité ?

Par et , Président d'Hortis
zerophyto-2

Rafael Ben-Ari - Fotolia

L’association Hortis regroupe plus de 600 responsables d’espaces nature en ville, représentant plus de 400 collectivités qui se sont engagées depuis des années dans la réduction des pesticides. Certaines d’entre elles ont déjà atteint le zéro phyto, répondant avant l’heure aux exigences réglementaires de la loi « Labbé ».

Ces démarches ont été menées compte tenu des risques sanitaires liés à la pollution chimique de molécules très actives et des conséquences, notamment sur la ressource en eau.

Il s’agit aujourd’hui d’aller au-delà et je défends ici l’idée qu’il y a une opportunité et non une contrainte dans cet objectif : celle de repenser le paysage urbain, la stratégie de gestion, la relation avec les citoyens, leur rôle mais aussi la formation et le management des équipes.

Concernant le paysage urbain, il s’agit de promouvoir la nature en ville, de créer des trames vertes et bleues, de composer avec les zones périurbaines, de préserver les milieux naturels, de développer les espaces nourriciers comme complément indispensable à l’agriculture classique ou de gérer autrement les eaux pluviales. Tous ces axes invitent à repenser la ville dans une véritable matrice verte où le végétal apparaît comme un outil de gestion et de planification urbaine.
Pour atteindre ces objectifs, en termes de biodiversité, mais également de qualité esthétique, il convient de travailler sur différentes strates végétales et de s’interroger en premier lieu sur l’intégration et donc l’acceptation de la flore spontanée.

Concilier paysages et écologie

Dans un contexte de restriction budgétaire, il faut admettre que les démarches sans pesticides limitent le maintien d’un nettoyage parfait des voies, des trottoirs ou des pieds d’arbre et l’extraction d’herbes spontanées. Il s’agit donc de conserver des micro-habitats - ils ont un intérêt qu’il faut expliquer , mais avant tout de cartographier les niveaux de conservation ou de traitement alternatif dans le cadre d’un plan de désherbage. Un tel mouvement n’est nullement incompatible avec une vraie démarche esthétique.
Une voie conciliant paysage et écologie est possible, notamment en utilisant mieux les arbustes qui peuvent contribuer très activement à l’embellissement des massifs.

Un retour à des pratiques écologiques exige naturellement des formations sur la connaissance des milieux, des écosystèmes, des sols, de la question hydrique, mais aussi sur les soins prophylactiques et les produits de biocontrôle.

Enfin, ce retour doit permettre de retisser des liens trop souvent rompus entre les citadins et la nature. Mais un portage politique local est indispensable. Cela nécessite communication et pédagogie pour changer les regards.

Les consciences ont largement évolué concernant la santé, la qualité de l’air et de l’eau, la biodiversité, et la COP 21 a mis en évidence le rôle du végétal face au dérèglement climatique.

Les collectivités se doivent d’être exemplaires en la matière. Elles s’y emploient en mettant en œuvre un panel d’actions, qui demande de la méthode et du temps. Si beaucoup reste à faire, il est incontestable qu’une mutation est en cours pour un verdissement de nos villes dont nos concitoyens en tireront de nombreux bénéfices.

cet article est en relation avec
Commentaires

1  |  réagir

16/02/2016 03h02 - François

Bravo et merci pour cet article qui répond à un autre qui plaçait devant le faux dilemme suivant : pesticide ou minéralisation.
Notre commune n’est pas encore au zéro phyto mais s’y emploie.
Des formations ont été mises en place, d’autres suivront. J’en suis très satisfait.
Il faut aussi que la population se mobilise pour désherber devant son pas de porte en hyper centre, là où les trottoirs sont minéraux, ou accepte la fantaisie des herbes folles.
La faire participer est aussi un enjeu dans ce débat.
Encore une fois merci pour cet article.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les transports, premier chantier de la métropole Aix-Marseille-Provence

    Les élus de la métropole Aix-Marseille-Provence, créée en janvier 2016, voteront le 15 décembre prochain en faveur d’un agenda de la mobilité, chargé de régler les problèmes de congestion d’un vaste territoire où la voiture individuelle est reine. ...

  • Ambition d’universalité pour les « EcoQuartiers »

    Le label EcoQuartier se renouvelle en 2016 pour rallier davantage de collectivités et de projets. Avec un objectif de 500 labellisés pour les deux prochaines années, parviendra-t-il à garder son niveau d’exigence ? ...

  • Le BIM, un changement de paradigme pour les services

    Chacun sait désormais ce qu’est le BIM et ce qu’il peut apporter. Mais il nécessite de profonds changements dans les pratiques des services techniques, que ce soit au niveau de la conception, de la définition des travaux, du suivi des opérations ou encore de la ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP