Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

La Culture change de ministre en plein débat parlementaire sur le projet de loi Création

Publié le 11/02/2016 • Par Hélène Girard • dans : France

Assemblée Nationale
Phovoir
Audrey Azoulay a été nommée ministre de la Culture et de la Communication à la faveur du remaniement du gouvernement intervenu le 11 février 2016. L’ancienne conseillère « culture et communication » de François Hollande prend les commandes de la Rue de Valois alors que les sénateurs sont en train d’examiner le projet de loi « liberté de création, architecture et patrimoine », présenté comme le grand texte du quinquennat de François Hollande pour la culture.

Le baptême du feu parlementaire s’annonce rude pour la nouvelle locataire de la Rue de Valois. Dès le lendemain de sa nomination, Audrey Azoulay  va devoir défendre le projet de loi « liberté de création, architecture et patrimoine » (projet de loi « CAP ») devant les sénateurs.

Depuis le 9 février 2016, la Haute-Assemblée examine, en effet, en première lecture le texte adopté par les députés le 16 octobre 2015 et présenté par l’ex-ministre Fleur Pellerin comme le grand texte du quinquennat pour la culture.

Certes, étant donné ses anciennes fonctions – conseillère « culture et communication » auprès du Président de la République – Audrey Azoulay connait le texte. Mais la nouvelle ministre, énarque et ex-directrice financière et juridique du CNC,  va faire ses premières armes au Palais du Luxembourg au moment où va être abordé le volet « patrimoine », dont une partie suscite un tollé chez les élus locaux.

Ces derniers bataillent ferme depuis plusieurs semaines pour aménager les futures « cités historiques » créées par le texte, appellation dans laquelle doivent se fondre les actuels dispositifs de protection du patrimoine bâti (ZPPAUP, AVAP, secteurs sauvegardés).

Compromis à trouver avec les sénateurs

En commission, les sénateurs ont largement remanié le texte dans le sens souhaité par les maires. Au grand dam de l’ancienne ministre de la Culture, dont le cabinet s’est mobilisé tous azimuts ces derniers jours pour préparer des amendements susceptibles de déboucher sur un compromis avec les sénateurs… avec l’espoir que les députés ne se chargeront pas de détricoter texte voté au Palais du Luxembourg.

Au- delà de ce volet controversé, le texte balaie un large spectre du champ culturel (spectacle vivant, enseignements supérieurs artistiques, archéologie, archives, architecture…) et concerne donc de multiples communautés professionnelles qui suivent de près l’évolution du texte.

La nouvelle ministre va donc devoir se montrer talentueuse pour éviter qu’un flottement brouille le dialogue entre la Rue de Valois, les parlementaires, les élus locaux et les professionnels, sur un texte lourd de gros enjeux pour les politiques culturelles.

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Culture change de ministre en plein débat parlementaire sur le projet de loi Création

Votre e-mail ne sera pas publié

emma

12/02/2016 11h33

Bienvenue à la nouvelle Ministre de la Culture.

On espère qu’en 15 mois, elle pourra au moins jeter un coup d’oeil au « dossier » des intermittents précaires ?

Lucas jean michel

12/02/2016 08h02

Madame Pellerin est partie en disant qu’elle quittait le ministère des artistes. C’est toute la difficulté de ce ministère et de la loi création architecture patrimoine . La pression est telle que la ministre ne peut penser l’intérêt général à travers les intérêts particuliers des professionnels. Et d’ailleurs la loi est globalement cernée par le corporatisme du fait d’une conception sectorielle de la culture.
La nouvelle ministre saura -t-elle penser autrement ? En terme de développement humain, vu les fractures entre les cultures qui cohabitent si difficilement dans nos territoires ? L’ enjeu culturel public de « faire humanité ensemble » sera -t-il sa priorité, ou retrouvons nous le « Business as usual » ! Attendons avec vigilance.
.

sirius

15/02/2016 04h31

Un tel ministère ne peut ignorer le rôle des symboles. Mme Pellerin était apparue comme celle qui n’a pas le temps de lire -même un prix Nobel-

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X