En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

7

Commentaires

Réagir

Baromètre des territoriaux

Faut-il généraliser l’armement des policiers municipaux ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actu prévention sécurité, Dossiers d'actualité, France

7

Commentaires

Réagir

BAROMETRE_380x253 © Pascale Distel

Parce que votre opinion nous intéresse, La Gazette a constitué un panel de fonctionnaires territoriaux que nous interrogeons sur l'actualité des politiques publiques et du statut de la fonction publique. Cette semaine : faut-il généraliser l’armement des policiers municipaux ?

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Baromètre : l’opinion des fonctionnaires territoriaux, chaque semaine

 

Leçon n° 1 - Les syndicats de PM esseulés

 

L’idée de doter tous les policiers municipaux d’armes à feu à court terme est loin de faire l’unanimité chez les fonctionnaires territoriaux, toutes filières confondues. A peine plus d’un quart (26 %) des sondés réclament une généralisation de l’armement de ces agents, officiellement chargés d’assurer « le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques » selon le code général des collectivités territoriales.

Pourtant, la grande majorité des syndicats de police municipale se sont prononcés en faveur d’une décision unilatérale du ministère de l’Intérieur ou des préfets, prenant de fait le pas sur les maires, qui invoquent pour leur part le principe de libre administration des collectivités. Ces syndicats font valoir que leurs collègues ne seraient aujourd’hui pas suffisamment protégés au vu de la menace terroriste ainsi que de l’évolution de leurs interventions à la suite du retrait progressif de la police nationale.

Chez les fonctionnaires, les plus rétifs sont les cadres de catégorie A (70 % d’opposants), puis les agents de catégorie B (58 %). Parmi les « C », réputés plus proches du terrain, les avis sont plus partagés avec 43 % de réponses favorables contre 49 % de négatives.

Leçon n° 2 - Peu d’évolution après les attentats

Il semble que les attentats de Paris, Saint-Denis, Vincennes ou Montrouge, où une policière municipale a trouvé la mort en 2015, n’ont pas fait changer d’avis les fonctionnaires territoriaux. L’émotion suscitée par l’assassinat de Clarissa Jean-Philippe n’a pas engendré une vague d’adhésion à cette revendication syndicale.

Notre sondage fait, au contraire, état d’une grande stabilité en la matière. Alors que l’idée de généraliser l’armement des policiers municipaux ne convainquait que 22 % des territoriaux fin 2013, elle recueille aujourd’hui 26 % d’avis favorables. Et si la proportion de sondés opposés à une telle mesure diminue - de 70 à 65 % -, elle reste largement majoritaire.

Références

Réalisé par « La Gazette » auprès d‘un échantillon représentatif de 1 355 fonctionnaires territoriaux sur internet le 10 décembre 2015 (407 répondants).

Haut de page

Cet article est en relation avec

7

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publique territorialePolice municipaleSécurité publique

7 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. bouhamid 20/02/2016, 18h28

    Ceux qui sont contre l'armement des policiers municipaux ne sont pas au courant de la réalité du terrain car quand on contrôle quelqu'un sur la voie publique la personne contrôlée voit un uniforme et ne fait pas la différence entre PM, PN ou GN.
    De toute façon le sondage est faussé car il faut demander aux intéressés c-à-dire aux seuls agents de police municipale.c'est des professionnels compétents et bien formés.
    Merci.

  2. 2. Davidq 17/02/2016, 17h56

    Même si l'on peut noter une légère différence entre les deux camemberts représentants les opinions sur l'armement des policiers municipaux. On note que le "Non" reste majoritaire. Pourquoi? Dans le discours des élus locaux, tant à gauche qu'à droite, une énorme majorité s'enferme dans une forme de doctrine qui, selon eux, tant à croire et dire que les missions de sécurité publique relève quasi exclusivement de l'Etat. Ce qui est faux. Notons les pouvoirs attribués aux maires par le CGCT et le Code de Procédure Pénale en matière de salubrité, sécurité et ordre public. Pour cela, il dispose d'un service nommé "Police Municipale". Ce service n'est plus un service aux missions archaïques. Elles ont profondément évolué durant les vingt dernières années. Au point tel, que nous sommes la 3ème force de sécurité de notre pays. Mais également, le 1er rempart de la primo-délinquance dans nos communes en raison du net désengagement de l'Etat sur ce sujet précis.
    Autre point. Les événements récents ont démontré que la police municipale avait les mêmes risques que leurs homologues de la police nationale et la gendarmerie. Alors, pourquoi faire autant de différence sur le point de l'armement? La vie d'un policier municipal aurait-elle un prix pour les collectivités au point de les laisser mourir sur la voie publique?
    Je note toutefois, que depuis les attentats de 2015, de nombreux 1er magistrat (maires) reviennent sur leur position en la matière. Jamais les demandes d'armement ont été aussi nombreuses. Faut-il remercier Clarissa Jean-Philippe, la policière de Montrouge, décédée le 08 janvier dernier dans de terribles conditions?
    Derrière ce choix, vient celui d'une idéologie plus personnelle que politique concernant les maires. C'est le cas à Clermont-ferrand où malgré tout cela, aucune évolution de mentalité n'a changé malgré les nombreuses demandes des agents eux-mêmes et un syndicat professionnel (SNPM pour ne pas le nommer).
    Je note également, qu'aucun Ministre de l'Intérieur depuis Charles PASQUA et Jean-Pierre CHEVENNEMENT n'a pris autant d'intérêt pour cette profession, pourtant bien mal-menée à tous les niveaux.
    Davidq

  3. 3. Aniki 17/02/2016, 17h01

    "échantillon représentatif de 1355 fonctionnaires territoriaux"... C'est à dire?
    407 répondants et vous dites :" notre sondage fait, au contraire, état de..." ; à peine un tiers de votre panel répond et vous tirez des conclusions? vous trouvez que 407 personnes c'est suffisant pour dire que les fonctionnaires ne veulent pas armer les polices municipales?
    Combien y a t il de fonctionnaires en France déjà?
    Article inutile et partisan...
    Une suggestion de question que vous pourriez poser à votre "panel" : Croyez-vous que le panel choisit, et censé vous représenter, vous représente vraiment?....
    Le sondage ou l'arme moderne de manipulation de masse par excellence...

  4. 4. moustache95 16/02/2016, 14h14

    Les policiers municipaux doivent être armés automatiquement et systématiquement en armes de défenses individuelles et collectives. Et pas simplement en 4ème catégorie, armement qui ne sert à rien. Surtout aujourd'hui où la délinquance est équipée d'arme de 1ère catégorie. Ils doivent être obligatoirement formés dès leur FIA par le CNFPT.
    Je suis d'accord sur le fait que beaucoup de maires ne pensent qu'à leur ré élection pas à la sécurité de leur PM, ni à celle de leurs administrés par voix de conséquence.
    Si on ne veut pas les armer, alors il faut supprimer le mot Police et le remplacer par un autre qualificatif, changer les uniformes (en rose c'est bien) comme cela ils ne seront plus de la "chair à canon". Plus de patrouille de surveillance générale, ni de code de la route, ni de sécurisations particulières, ni de renfort à PN ou GN, ni d'interventions sur alarme, de jour comme de nuit ...
    La grande majorité des PM à la tête sur les épaules et est bien formée.

  5. 5. Lefevre Patrick 16/02/2016, 14h06

    Bonjour,

    Déjà 407 répondants.............tout est dit.

    A quand un sondage pour savoir si les élagueurs doivent avoir une ceinture de sécurité, les égoutiers des gants , les techniciens des chaussures de sécurité.....

    la question je pense a été perçue , non pas en présentant l’armement comme un "outil" indispensable pour assurer la sécurité des agents, afin qu'ils puissent à leur tour assurer celle d'autrui .

    la profession de policier municipal est méconnue des autres catégories de fonctionnaires de la FPT. Sur le nombre de cadre A et de cadre B , combien ont réagi en connaissance des problématiques liées au métier ??

  6. 6. c moi 16/02/2016, 12h39

    personne ne s'étonne de l'armement des gardes chasse pourtant affectés à des sportifs, des agents de sécurité SNCF pourtant affectés à de simple passagers, des agents de la pénitentiaire affectés aux transfèrements, même si pour certains de ces agents cela est parfaitement normal, quelle différence y a t-il avec les missions et l'existence même des agents de police municipale confrontés eux à des délinquants toujours imprévisibles si ce n'est que la trouillardise des élus craignant une mise en responsabilité en cas d'incident, le personnel ils s'en foutent, les assurances sont là pour palier aux difficultés, tant que les syndicats ne mettrons pas les élus devant les tribunaux pour mise en danger de la vie d'autrui par manque de prudence ça ne bougera pas, e"t puis rendez vous compte s'ils étaient mis en examens en cas d'usage d'arme quel scandale, ce serait bien pire q'un agent abattu qui ne figurera que dans des statistiques

  7. 7. NIBELUNGEN 15/02/2016, 13h34

    Le problème est vieux de dix ans ety la France en retard depuis des années par rappport à d'autres pays Européens . Tant que l'armement sera à l'apréciation et bon vouloir des Maires comme le signalé Mr bARROIN Président à l'AMF il n'y aura aucune harmonie sur le territoire . Ici ce sont des PM effectuant aux cotés des Nationaux ou Gendarmes des opérations der sécurités voir de maintiens de l'orrdre et 5 kms plus loin sur les mêmes risques des agents PM n 'auront même pas une bombe lacrymo, trouvez l'erreur . Il s'agit aussi de la lachetés de beaucoup d'élus ne voulant pas prendrent de responsabilités , bien comptant de jouer sur leurs électorats au mioment des élections et laissant leurs agents démunis sur le terrain, il n'y à pas de gênes à mettre la vie des agents en dangers . Et que l'on nous parle pas de formation cela fait 5 ans qu'il existe dezs moniteurs de tirs parmis les agents PM, eux mêmes formés par la Police Nationale .

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.