Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démocratie locale

Conflits d’aménagements : du « NIMBY » au « NIABY »

Publié le 08/02/2016 • Par Hugo Soutra • dans : France

La forme des conflits a évolué, tout comme le profil des protagonistes et l'argumentaire mobilisé. Le développement des "Zones à défendre" et la coallition formée entre opposants locaux et militants extérieurs au territoire empêche aujourd'hui les aménageurs de décrédibiliser leurs adversaires en les accusant d'égoïsme territorial. Explications.

Cet article fait partie du dossier

ZAD : sortons de l'impasse !

Durant une longue période, les dépositaires de l’aménagement n’ont pas rencontré de réelles difficultés pour disqualifier leurs adversaires.

Il faut dire que les rangs des opposants étaient alors – outre la présence de quelques associations de protection de l’environnement – majoritairement grossis par des propriétaires et des riverains. Les projets étaient donc contestés, au choix, parce qu’ils généraient d’éventuelles nuisances à la fois sanitaires, olfactives, visuelles ou sonores, attentaient à leur cadre de vie ou bien encore engendraient une potentielle perte de valeur foncière.

Les aménageurs et les grands corps d’Etat – censés donner corps à l’intérêt général – parlaient alors d’un « syndrome NIMBY » (1). Objectif : décrédibiliser l’opposition locale, appréhendée de façon plus ou moins cynique par les autorités publiques comme de simples réactions égoïstes, rendant de facto ces populations illégitimes à s’exprimer sur le fond du projet.

Les propriétaires fonciers et autres usagers locaux n’ont pas disparu des mouvements d’opposition auxquels les aménageurs sont aujourd’hui confrontés. Ils en sont même souvent à la base, afin d’empêcher la concrétisation des aménagements… ou bien de façon plus pragmatique, tenter d’obtenir des contreparties voire des modifications substantielles des projets et maximiser leurs compensations financières.

Un argumentaire qui gagne ses lettres de noblesse

La situation contemporaine est néanmoins nouvelle en cela que les « Zones à défendre » (ZAD) créent un flux de militants extérieurs au territoire de projet, qui viennent prolonger le combat des opposants locaux au nom de valeurs universelles.

Selon de nombreux scientifiques spécialistes de la question, le sigle « NIABY » (2) convient bien mieux à ces luttes se jouant sur les modalités de la prise de décision ou le fondement même des projets, et non plus seulement sur la nature et leur lieu d’implantation.

Le registre argumentaire des opposants s’est considérablement diversifié au cours des dernières années. A entendre leurs revendications, de nouvelles origines dépassant les intérêts particuliers des mouvements NIMBY sont en effet trouvées aux scènes de conflits :

  • absence de transparence et/ou de dialogue, faible poids donné à la parole citoyenne, insuffisance des procédures de participation ;
  • complexification de la gouvernance et multiplication des conflits d’intérêts, errements de la démocratie représentative locale ;
  • absence de rationalité socio-économique, remise en cause de l’utilité du projet ;
  • crise de la légitimité de l’action publique locale, nécessité de redéfinir la notion d’intérêt général ;
  • remise en cause de la politique anachronique sous-tendue par le projet, soutien dépassé à un « modèle agricole productiviste » et volonté de porter un nouveau modèle de société ;
  • toute-puissance des forces de l’ordre et de « l’Etat-policier » ;

Une chose est certaine : les aménageurs ne peuvent plus recourir aussi simplement qu’hier à la simplification des « voisins faisant preuve d’un égoïsme territorial exacerbé. » Les opposants ont trouvé de quoi se rendre légitimes aux yeux de l’opinion publique. La donne entre les deux camps s’est incontestablement rééquilibrée.

Notes

Note 01 Le terme NIMBY – pour « Not in my back-yard », litteralement « pas dans mon arrière-cour » en anglais – a été utilisé pour la première fois en 1977 par Michael O’Hare dans la revue « Public policy ». Retour au texte

Note 02 Le terme NIABY signifie « Not in anyone back-yard », littéralement« dans aucune arrière-cour. » Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Conflits d’aménagements : du « NIMBY » au « NIABY »

Votre e-mail ne sera pas publié

ZIMMERMANN Christian

10/02/2016 11h38

une donnée est totalement occultée de votre article
il s’agit de l’artificialisation des sols
or, mes citoyens sont de plus en plus conscient des problèmes de cela engendre (voir inondation et dégâts immenses récents autour de Montpellier)
la loi MACRON dans sa 1ère mouture prévoyait une libéralisation totale des sols, et de son droit………….. heureusement des amendements ont encadré ces « propositions »

sauf erreur de ma part, cela est avant tout ceci qui « génère » des conflits

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X