En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Grand Paris

Hauts-de-Seine et Yvelines : une giga-fusion qui pose question

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Régions

1

Commentaire

Réagir

PATRICK DEVEDJIAN © OLIVIER RAVOIRE

Les deux grandes collectivités de l’ouest parisien veulent former le plus gros département de France. Le plus riche aussi. Une manière d’échapper aux fourches caudines de la solidarité territoriale ?

 

Il y a un os dans la métropole du Grand Paris. Le conseil départemental des Hauts-de-Seine veut fusionner avec son confrère des Yvelines qui se situe hors les murs du nouveau groupement urbain. Longtemps, on a cru à une boutade des présidents (LR) des deux collectivités, grands cabots devant l’éternel.

Mais ce 5 février 2015, Patrick Devedjian et Pierre Bédier sont passés aux choses sérieuses. Par une délibération identique, leurs assemblées, toutes deux largement dominées par Les Républicains, ont fondé un établissement public interdépartemental et une société d’économie mixte d’aménagement unique. Objectif : une fusion dans les deux ans.

En enclenchant ce processus, les Hauts-de-Seine veulent échapper à la mort annoncée des départements du cœur de la région capitale. La volonté de Paris de fondre le département dans les services de la ville procède de la même logique. « La disparition des conseils généraux à l’horizon 2020 s’imposera ici sans doute plus qu’ailleurs avec évidence », avait indiqué le Premier ministre Manuel Valls, dans un discours à Créteil (Val-de-Marne) le 13 octobre 2014, à l’issue d’un comité interministériel sur le Grand Paris.

La Mecque de l’immobilier de bureau

Si leur fusion, fort mal vue au sommet de l’Etat, va à son terme, les Hauts-de-Seine et les Yvelines formeront le département le plus peuplé de France (3 millions d’habitants). Le plus riche aussi, grâce aux royalties de La Défense, Grand Paris Seine Ouest (Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux…), Vélizy-Villacoublay et Saint-Quentin en Yvelines.
Avec ses 17 millions de m2 de bureau, le mastodonte devancerait Paris (16 millions de m2), se félicite Patrick Devedjian. « J’ai regardé avec grand intérêt les grands projets de madame Hidalgo, renchérit Pierre Bédier. Ils sont formidables. On va faire des jardins potagers. Mais il n’y a aucun projet économique. Paris est la grande absente de la croissance francilienne et de la croissance française. »

Pour Pierre Bédier et Patrick Devedjian, les Hauts-de-Seine et les Yvelines doivent devenir « le moteur économique dont la région capitale a besoin ». Le territoire visé se caractérise par une forte homogénéité sociologique. Ici, le taux de cadres et de professions intellectuelles supérieures se situe largement au-dessus de la moyenne nationale. Le président du groupe Front de gauche au conseil départemental des Hauts-de-Seine, Gabriel Massou, dénonce un rapprochement « entre les seuls territoires les plus riches de l’Ouest parisien pour se protéger des populations les plus en difficulté et des territoires qui souffrent le plus ».

Quid de la proximité ?

Dans les franges des Yvelines, la fronde gronde aussi. La communauté d’agglomération Rambouillet Territoires redoute d’être embrigadée dans une collectivité un peu trop urbaine à son goût.

« Quelle sera la proximité dans un département d’une si grande superficie et aux visages si disparates ? Le partage d’une longue frontière ne crée pas, à elle seule, les conditions nécessaires à une fusion de deux territoires d’une telle importance », renchérit Eddie Ait, président PRG du groupe Radical, citoyen, démocrate et écologiste au conseil régional d’Ile-de-France et ancien maire de Carrières-sous-Poissy (Yvelines).

« Nos citoyens ne vous ont pas élu dans cette perspective puisqu’au moment du vote, ils n’en ont pas été informés », pointent les élus de Rambouillet Territoire à l’adresse de leurs confrères du conseil départemental.

Les adversaires du projet réclament une consultation populaire. Pour les présidents des Yvelines et des Hauts-de-Seine, la fusion est trop peu avancée pour s’engager sur cette voie-là.
Pierre Bédier, dont le conseil départemental ne compte pas le moindre représentant de gauche, croit avant tout à « la responsabilité des élus ». Patrick Devedjian rappelle volontiers que les parlementaires socialistes ont écarté l’obligation référendaire afin de rendre les fusions de département plus faciles.

Haro sur l’Etat aménageur !

En attendant, les Hauts-de-Seine et les Yvelines créent un centre commun d’accueil des personnes souffrant d’un handicap psychique. Ils mutualisent aussi leurs services en charge de l’entretien et de l’exploitation des voiries départementales.

La fusion des sociétés d’économie mixte Yvelines Aménagement et, surtout, SEM 92, leur offre une puissance de feu inédite, qu’ils entendent mettre « au service des communes ».
« Les années 60 nous ont montré la nullité de l’Etat aménageur. Son opérateur foncier GPA (NLR : Grand Paris Aménagement) nous démontre que les choses se sont encore dégradées ! Ceux qui refusent la gestation pour autrui auront avec notre SEM la solution des voies naturelles », lâche Pierre Bédier.

« Nous devons faire du développement économique », martèle à l’envi le patron (LR) des Yvelines. A l’heure où la loi NOTRe accorde, en la matière, un leadership à la région (monopole des aides directes et schéma qui s’impose aux autres échelons), les deux départements n’entendent pas céder un pouce de terrain.
« On fait de l’économie comme monsieur Jourdain de la prose, justifie Patrick Devedjian. Quand le préfet des Hauts-de-Seine me demande de financer la ligne Eole, qui a évidemment une incidence sur l’activité, il n’invoque pas la loi NOTRe… »

Haut de page

Cet article est en relation avec

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

REP Emballages : le cahier des charges pour la prochaine période est enfin paru

Le cahier des charges d’agrément de la filière des emballages ménagers pour la période 2018-2022 vient d’être publié. Si les préparations de réagréments des éco-organismes dédiés ont, par le passé, toujours été très animées, celle-ci remporte la ...

Quels délais pour la facturation électronique entre administrations ?

Passée relativement inaperçue, l'ordonnance du 26 juin 2014 prévoyait qu'au 1er janvier 2017, les collectivités de toutes tailles devaient émettre toutes leurs factures à destination d'autres collectivités, de l'Etat ou d'autres personnes publiques sous un ...

Mesures de sécurité dans les écoles : bilan et éclairage juridique

Au cours de l’été, de nouvelles consignes avaient émané du ministère de l’Education nationale afin de compléter les dispositions mises en place après les attentats de novembre 2015. Trois mois plus tard, des interrogations demeurent toujours à propos de la ...

Compte personnel de formation : le gouvernement consent des ajustements au CCFP

Le Conseil commun de la fonction publique a voté en faveur du projet d'ordonnance créant le compte personnel d'activité - et donc le compte personnel de formation - avec 14 voix "pour" des organisations syndicales (CFDT, Unsa, FSU, CFTC, CFE-CGC et FA-FP), 8 voix ...

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationDéveloppement économiqueGrand ParisRéforme territoriale

Régions Île-de-France

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Huppé Hère 06/02/2016, 19h39

    La gauche a voté la LOI n°2015-29 du 16 janvier 2015 - art. 3 abrogeant le II de l’Article L3114-1 du code général des collectivités territoriales qui disait : « Le Gouvernement ne peut donner suite à la demande que si ce projet de regroupement recueille, dans chacun des départements concernés, l'accord de la majorité absolue des suffrages exprimés, correspondant à un nombre de voix au moins égal au quart des électeurs inscrits. » Mais c’est fini !
    La droite l’applique en engageant en catimini la fusion du 78 et du 92. C’est la preuve de la collusion LRPS dans l’objectif de démantèlement de la république française en s’attaquant aux départements et aux communes - voir à ce sujet la conférence de François Asselineau « Les euro-régions et l'objectif des redécoupages territoriaux en France » minilien.fr/a0afry-, et de mise en pièce de notre système social et de nos services publics, le tout en balayant la démocratie d’un revers de main.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.