Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

La CVAE de groupe toujours dans les limbes

Publié le 05/02/2016 • Par Cédric Néau • dans : Billets finances

Fotolia_98262818_XS
Fotolia Olivier Le Moal
C'était pourtant une bonne idée. Un amendement au projet de loi de finances pour 2016 visait à assurer une plus juste répartition territoriale de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) entre activités de siège et unités de production.

Nombre d’élus souhaitaient que la CVAE soit consolidée au niveau des groupes, qui ne sont toujours pas concernés par la « territorialisation » de cet impôt, alors qu’ils assurent, selon l’Insee, 70 % de la valeur ajoutée marchande française. Ainsi, la répartition de la cotisation de chaque établissement ne reflète pas toujours son activité réelle, variant en fonction des « prix de cession » entre filiales et holding qui permet à cette dernière de bénéficier au mieux du plafonnement de la contribution économique territoriale.

Optimisation fiscale

L’amendement devait donc éliminer les effets perturbateurs de ces transferts financiers entre établissements juridiquement autonomes mais fiscalement liés. Bref, on parle, là, d’optimisation fiscale intra-nationale, sans même passer par la case Bermudes. Sans surprise, les phénomènes de surcotisation concernent d’abord les sièges, souvent en région parisienne, au détriment des zones de production, souvent en région.

L’Insee a ainsi calculé que l’Ile-de-France génère 33 % du produit de la CVAE alors qu’elle ne réalise « que » 29 % du PIB national. Bizarre ? Normal, a répondu le gouvernement et, derrière lui, Bercy, qui ont préféré remiser au placard cette CVAE de groupe dont la portée d’équité fiscale et territoriale a pourtant été prouvée par les simulations de l’Assemblée des communautés de France en 2014.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La CVAE de groupe toujours dans les limbes

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X