En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Organisation territoriale

Montpellier et Toulouse amorcent une stratégie commune de développement

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Régions

1

Commentaire

Réagir

Montage-Montpellier-Toulouse-UNE © Montage: Montpellier Wolfgang Staudt via Flickr CC / Toulouse Velvet CC BY-SA 3.0

Les métropoles de Montpellier et de Toulouse ont signé un accord-cadre de partenariat pour parler d'une seule voix face à la grande région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées. Unique en France, il pose les bases d'une coopération en matière de transport, de tourisme, d'enseignement supérieur et de recherche.

 

Ce vendredi 29 janvier au Capitole à Toulouse, l’heure était aux congratulations. Le préfet de région Pascal Mailhos, la présidente de la région Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées Carole Delga, ainsi que les parlementaires, étaient venus assister à la signature de l’accord-cadre entre Toulouse Métropole (738 142 habitants, 37 communes) et Montpellier Méditerranée Métropole (434 309 habitants, 31 communes). Le lendemain, à Montpellier, à l’opéra Comédie, Jean-Luc Moudenc, président LR de Toulouse métropole, et Philippe Saurel, son homologue divers gauche de Montpellier Méditerranée Métropole, ont renouvelé la même cérémonie de signature. Tous sont unanimes pour souligner le caractère unique de ce partenariat dans la seule région de France comptant deux métropoles.

Voté par les deux conseils métropolitains en décembre dernier, le document pose les bases d’une coopération en matière de culture, de tourisme, d’enseignement supérieur et de recherche. Elle se concrétisera dès mars 2016 par un stand commun au prochain Mipim (marché international des professionnels de l’immobilier) à Cannes en mars 2016, la mise au point de produits communs pour le tourisme d’affaires et d’agrément, la collaboration entre les pôle des compétitivité, la recherche de complémentarité entre les universités et enfin, une action commune pour la réalisation du tronçon LGV entre Toulouse et Narbonne, « rendu indispensable » alors que Montpellier et Toulouse sont distantes de 240 km. En attendant, les élus plaident pour l’amélioration de la liaison en durée et en cadencement entre les deux métropoles. Ce sujet sera abordé lors des états généraux du rail que veut organiser d’ici à l’été Carole Delga.

18 mois de travail

L’intérêt de l’accord-cadre réside aussi dans la recherche d’économies. « Il faut chercher des coopérations dans de nombreux domaines car nous n’aurons plus les moyens d’y aller seuls », rappelle ainsi François Chollet, vice-président de Toulouse métropole en charge de l’accord-cadre. Celui-ci est le résultat d’un travail entamé dès l’annonce de la fusion des deux régions.

A l’époque, Jean-Luc Moudenc avait insisté sur la nécessité de l’anticipation notamment pour parler d’une seule voix face au conseil régional et à l’Etat. « Lorsque la nouvelle région sera installée, cela fera 18 mois que nous aurons travaillé ensemble », avait-il déclaré. Aujourd’hui, l’accord-cadre propose de renforcer le dialogue sous forme d’un contrat métropolitain et de la tenue d’une conférence bi-annuelle. Dans les deux cas, l’Etat, la Région et les deux métropoles seront associés. L’enjeu est d’arriver à relever la compétitivité, tirée par Toulouse et Montpellier, regroupant à elles seules le tiers de la population régionale, et la cohésion sociale dans une région la plus dynamique de France pour la démographie, mais aussi la plus pauvre.

Carole Delga, présidente du conseil régional, a parlé d’un « acte fort pour le développement de la région » et de la nécessité « du temps du travail, de l’écoute et du dialogue ». « On sera concurrents. Les entreprises n’iront pas aux deux endroits. Mais il est important qu’il n’y ait pas de clash et qu’il y ait de la considération mutuelle », renchérit François Chollet. Au lendemain d’élections régionales qui ont vu le Front national arriver en première place au premier tour, l’heure n’est plus au règlement de compte. Oubliée ainsi la candidature aux régionales de Philippe Saurel. Eliminé au premier tour, il avait décidé de ne pas soutenir ouvertement Carole Delga.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Développement économiqueIntercommunalitéRéforme territoriale

Régions Occitanie

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. ACTU31 03/02/2016, 10h53

    Bonjour,

    Au-delà de mon intérêt pour le texte, il y a probablement erreur sue les chiffres : le nombre d'habitants et de communes n'est pas identique sur les 2 métropoles.

    Par ailleurs, pourra-t-on dans un prochain article détailler les conséquences de cet accord-cadre pour les communes de chacune de ces métropoles ?


    Cordialement.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.