En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

4

Commentaires

Réagir

Fonction publique

Point d’indice : le ton se durcit encore entre syndicats et gouvernement

Publié le • Par • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

4

Commentaires

Réagir

Manifestation © Fotolia

Les trois organisations syndicales qui ont appelé à la mobilisation le 26 janvier indiquent dans un communiqué qu’elles entendent bien continuer à faire pression sur le gouvernement pour une augmentation du point d’indice. La FSU pourrait également se joindre à ce mouvement en cas de proposition insatisfaisante, a laissé entendre la secrétaire générale Bernadette Groison, au cours d’une conférence de presse jeudi 28 janvier 2016.

 

Les syndicats de la fonction publique CGT, FO et Solidaires appellent dans un communiqué à une nouvelle journée d’action le jour de l’ouverture des négociations sur les salaires (dont la date n’est pas encore connue à ce jour).

Ils souhaitent « continuer de peser de manière unitaire » sur le rendez-vous salarial. « Dans un contexte difficile d’état d’urgence, nos organisations syndicales considèrent qu’il était indispensable, à la veille de ce rendez-vous, de rappeler l’opposition des personnels à la politique d’austérité et aux différentes réformes régressives », indiquent-ils dans un communiqué.

Vers une amplification du combat

Le 10 février est prévue une nouvelle rencontre entre syndicats, à laquelle les trois organisations invitent leurs homologues qui partagent leur démarche revendicative, pour amplifier le combat unitaire.

La FSU, qui a accepté de signer le protocole PPCR, organisait jeudi 28 janvier une conférence de presse pour annoncer son congrès qui se tiendra au Mans du 1er au 5 février. La position de ce syndicat pourrait se durcir. « Nous attendons du gouvernement autre chose qu’une mesure symbolique sur le point d’indice », a expliqué sa secrétaire générale Bernadette Groison. « Un effort considérable a été imposé aux fonctionnaires, et nous n’avons pas vu à quoi les 7 milliards d’euros économisés ont profité. Les agents doivent avoir un retour sur cet effort et une reconnaissance de leur travail. »

Dès le début du congrès du Mans, la FSU compte « mettre une pression très forte. Le rendez-vous salarial de février est le seul rendez-vous du gouvernement avec la fonction publique. (…) Si le gouvernement passe à côté, il trouvera la FSU sur son chemin. » « Si la proposition est trop faible, nous en appellerons à la mobilisation des personnels », a clairement expliqué la responsable. « Il faut arrêter de parler pour ne rien dire. Soit le gouvernement sait que le geste sera faible et il le dit, soit il ne sait pas encore. »

Selon la responsable, « s’engager pleinement dans la journée d’action du 26 janvier était compliqué, car la date avait été choisie au préalable pour des actions concernant la réforme du collège, mais certains syndicats de la FSU ont soutenu cette journée ».

13 centimes

C’est le cas du SNUTER-FSU, Syndicat national unitaire de la territoriale dans la FSU, créé en décembre dernier de la fusion du SnuACTE-FSU et du SNUCLIAS-FSU. « Nous avons appelé à la mobilisation le 26 janvier, explique Didier Bourgoin, secrétaire général du SNUTER-FSU. Si la proposition de Marylise Lebranchu est une mesure symbolique, nous lui répondrons que les salaires et le pouvoir d’achat, ce n’est pas du symbole. Une grande partie des agents sont recrutés sur les plus bas salaires et restent dans la même échelle indiciaire toute leur carrière. »
« On parle souvent du gel, mais je rappelle aussi qu’entre 2006 et 2010, le point n’a augmenté que de 0,13 euro… », insiste le représentant syndical.

Bernadette Groison s’est également exprimée sur la proportion d’électeurs FN parmi les fonctionnaires. Le syndicat a mis en place un observatoire, pour aller rencontrer et échanger avec les agents sur le terrain.

Manque d’ambition

Enfin, concernant le projet de loi « déontologie », actuellement examiné par le Parlement, Bernadette Groison a indiqué regretter que « le gouvernement n’ait pas mis mieux en perspective un projet pour la fonction publique ». Le quinquennat de François Hollande a certes permis selon elle « d’entendre des discours sur la fonction publique et les organisations syndicales différents de ceux qui prévalaient sous l’ère Sarkozy, mais il manque des mesures qui permettent vraiment de changer le quotidien et de redonner des perspectives aux agents ».

Bataille de chiffres

Dans un communiqué du 26 janvier au soir, le ministère indique que selon les estimations disponibles à 17 h, les taux de participation à la grève sont de 10,32 % dans la fonction publique de l’Etat, de 5,78 % dans la fonction publique hospitalière et de 4,60 % dans la fonction publique territoriale.
Les organisations syndicales disent contester ces chiffres qui « sous-estiment, encore une fois, les taux de grévistes et l’ampleur de la mobilisation ». Elles revendiquent un total de plus de 15 000 manifestants à Paris et plus de 150 000 sur tout le territoire. Pour elles, les fonctionnaires et agents publics ont « répondu présents ».
Elles dénoncent de la part du ministère « un trucage qui démontre la rupture forte qui existe entre les différents ministres en charge du secteur public et les fonctionnaires et agents publics ».

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueSalaire fonction publique

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 02/02/2016, 08h20

    Comment et pourquoi le gouvernement peut-il accéder aux demandes des agents de la Fonction publique en relevant la valeur de l'indice ?
    L'Etat est en faillite... Il doit, d'un côté, mener une politique d'austérité imposée par les règles européennes auxquelles nous avons souscrit et d'autres parts, il doit gérer une forte baisse de ses revenus due en partie, à la baisse des revenus du travail, chômage de masse oblique.
    Marge de manœuvre: zéro.
    Alors, il tergiverse, il résiste comme il peut; avec des petites propositions, des économies ici ou là baisse du budget formation des agents, diminution des effectifs.
    Maintenant que nous avons tous bien compris que la Fonction publique a un coût, que rien n'est gratuit et qu'il faut qu'elle devienne compétitive et rentable, nous sommes prêts à la voir disparaître, en abandonnant progressivement au privé une partie de son rôle.
    Ce qui était un choix politique de société, n'est plus, maintenant, que des choix économiques.
    À l'horizon de quelques années, préparons-nous à voir disparaître cette particularité européenne originale, à laquelle nous étions tous, très attachés. Mais, nivèlement européen oblige, avec l'application intégrale des traités, c'est inéluctable.
    Les décisions ne nous appartiennent plus.
    Youpee, hein...

  2. 2. Adeubal 01/02/2016, 10h11

    Sur 4 ans (2006-2010) soit 3cts par an. Multiplié par l'indice 300 ca fait 9€ euros BRUT par mois ou 108€ BRUT par an donc grosso modo 85€ net par an. Extraordinaire. Et sans prendre en compte l'inflation.

    Effectivement, tout est question de présentation.

  3. 3. François 01/02/2016, 08h35

    Encore une posture démagogique, où on se refuse à prendre en compte les difficultés réelles que traversent les finances publiques :
    "A quoi ont servi les 7 milliards économisés ?" A rembourser la charge de la dette, ou à plein d'autres choses, et à ne pas suppimer trop de postes dans la Fonction Publique.
    "Le point n'a augmenté que de 0,13 euros." Si on multiplie ce point par 300, (indice de base) cela fait 39 euros par mois ou 468 par an. Tout est question de présentation.

    "Une grande partie des agents restent dans la même échelle de rémunération toute leur carrière". C'est quoi une grande partie ? Dans ma structure, ils ne repésentent pas 1% des salariés...

  4. 4. agent territorial 30/01/2016, 14h11

    Bonjour,
    J'aimerai savoir comment les agents de maîtrise et agents de maîtrise territoriaux
    vont êtres reclassés..
    MERCI de vos réponses.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.