En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

1

Commentaire

Réagir

Statistiques de la délinquance

Délinquance en 2015: les principaux chiffres à retenir

Publié le • Par • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

1

Commentaire

Réagir

Cazeneuve APVF Paimpol © APVF

Saluant le travail des forces de l’ordre face à la menace terroriste, Bernard Cazeneuve a rendu public, jeudi 28 janvier, les chiffres de la délinquance enregistrée pour l’année 2015. Si la délinquance d’appropriation a globalement diminué, parfois dans des proportions importantes, le nombre d’homicides a, quant à lui, explosé de 16%.

 

C’est une tradition qui fait son grand retour après une année morcelée par les attentats terroristes. Bernard Cazeneuve a présenté ce jeudi 28 janvier, place Beauvau, les chiffres de la délinquance 2015.

« Cette tradition avait été interrompue l’an dernier pour des raisons tenant à la nécessaire rigueur qui doit présider à cet exercice. Il nous fallait faire en sorte que les chiffres de la délinquance soient aussi incontestables que ceux de l’inflation ou des comptes publics », a expliqué le ministre de l’Intérieur. Et d’ajouter: « Dans ce contexte, le ministère de l’intérieur a engagé une réforme ambitieuse dont l’objectif principal est clair : rendre compte, fidèlement, en toute transparence, de la délinquance enregistrée par les services de police et de gendarmerie, et permettre par là-même d’orienter de façon pertinente leur activité pour la rendre plus efficace ».

Globalement, pour l’année 2015, les violences crapuleuses ont diminué de – 3,7 % à l’échelon national. « Par contraste avec ces succès, certaines formes de délinquance, peut-être moins visibles, mais qui constituent de véritables pathologies sociales, ont continué à augmenter en 2015 : délinquance économique, violences non crapuleuses, actes racistes et antisémites », note Bernard Cazeneuve.

Baisse de la délinquance d’appropriation

  • Les vols avec armes ont baissé de -13,7% :

Un peu moins de 10000 vols avec arme ont été enregistrés en 2015. Ils s’élèvent à 9 956 contre 11 540 en 2014. Ces vols sont plus fréquents dans les grandes agglomérations et particulièrement en région Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

  • Les vols violents sans arme ont baissé de 9,4% :

Ces infractions sont en forte baisse comme en 2014. Il y en a eu 95 000 en 2015, soit 1,5 fait pour 1000 habitants. Là aussi, ils s’observent principalement dans les grandes agglomérations. Paris concentre d’ailleurs 19% des infractions. Les vols violents sans arme constatés par les forces de sécurité se déroulent principalement sur la voie publique ou autre lieu public et visent les personnes (97% des faits en 2015).

  • Les vols sans violence contre des personnes ont baissé de -1,4% :

Les forces de police et de gendarmerie ont enregistré 690000 vols sans violence contre des personnes en France métropolitaine, soit 11,9 faits pour 1000 habitants. Ce taux est en légère baisse alors qu’il avait progressé en 2014 et 2013. Ces infractions ont lieu dans les grandes villes et les zones touristiques.

  • Les cambriolages de logement ont baissé plus légèrement, de -0,9% :

Comme le précise Bernard Cazeneuve, « ce coup d’arrêt intervient après une hausse continue de ce type d’actes, qui avaient notamment cru de + 18 % entre 2007 et 2012 ». En 2015, près de 234000 cambriolages de logement ont été enregistrés par la police ou la gendarmerie nationale en France métropolitaine. La région la plus touchée est l’Île-de-France, avec près de 10,0 faits pour 1000 logements en 2015, suivie par la Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, le Nord-Pas-de-Calais Picardie et l’Auvergne Rhône-Alpes (autour de 8,0 cambriolages pour 1000 logements). La Corse, la Bretagne, et dans une moindre mesure la Normandie sont les régions les moins concernées par cette infraction.

  • Les vols liés aux véhicules ont baissé de -0,9 % :

La police et la gendarmerie ont enregistré le vol de 110000 voitures et de 60000 deux-roues motorisées. Ces chiffres se stabilisent après deux ans de baisse. Les vols sont plus importants dans la région Île-de-France, le long du Rhône et le pourtour méditerranéen, et se produisent le plus souvent dans les communes les plus densément peuplées.

Augmentation des autres types de violences et délinquance

  • Les homicides ont augmenté de 16,1% :

Cette hausse (149 homicides supplémentaires) correspond presque exactement au nombre des victimes des attentats terroristes qui ont été commis en 2015. « Mais ce constat ne saurait nous dispenser de continuer à lutter avec obstination, non seulement contre la menace terroriste, mais contre les formes les plus violentes de la criminalité. Celles-ci sont responsables d’un grand nombre des homicides constatés, notamment dans le cadre de règlements de compte », insiste le ministre.

  • Les coups et blessures volontaires ont augmenté de + 2% :

Près de 213000 crimes ou délits de coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans et plus en France métropolitaine, soit 3,3 victimes pour 1000 habitants, ont été enregistrés. Ces violences touchent davantage les femmes : parmi les faits constatés par les forces de sécurité en 2015, 54% des victimes de coups et blessures sont des femmes; lorsqu’il s’agit de violences intrafamiliales, 80% des victimes sont des femmes. Les régions présentant le plus de victimes de coups et blessures volontaires connues des forces de sécurité sont l’Île-de-France, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et l’Auvergne-Rhône-Alpes.Ces trois régions totalisent 45% des faits enregistrés pour ces atteintes à la personne (pour 40% de la population métropolitaine).

  • Plus de personnes mises en cause pour coups et blessures :

Le nombre de personnes mises en cause pour des vols commis sans violence (vols simples et cambriolages) a connu une augmentation sensible entre 1995 et 2015, hausse qui a concerné davantage les femmes et les étrangers. Dans le cas des coups et blessures volontaires, le nombre de mis en cause a augmenté sans discontinuer jusqu’en 2010 et le nombre de femmes mises en cause a quadruplé depuis 1996. Inversement, le nombre de mis en cause pour vols liés à l’automobile n’a cessé de décroître depuis 1995 : en 20 ans il a été divisé par 2,5.

  • Une majorité de très jeunes hommes parmi les personnes mises en cause par les forces de sécurité :

En 2015, les personnes mises en cause par les forces de sécurité dans le cadre d’infractions relatives aux atteintes aux biens ou à l’intégrité des personnes ont été très majoritairement des hommes, et surtout des jeunes. Parmi les auteurs d’homicides et de violences non liées à des vols, les personnes mises en causes de plus de 50 ans sont en nombre non négligeable. Les cambriolages sont quasiment tous attribués à des hommes de moins de 40 ans. En revanche, on trouve plus d’un quart de femmes parmi les mis en cause pour des vols sans violence.Les vols violents et vols liés à l’automobile sont presque systématiquement le fait d’hommes, très jeunes : les personnes mises en cause ont souvent entre 15 et 17 ans.

  • Une augmentation des actes racistes :

Comme le souligne Bernard Cazeneuve, 2015 a connu une augmentation actes racistes, antisémites, anti-musulmans, ainsi que celle des atteintes aux lieux de culte. « En 2015 il y a eu 806 actes antisémites commis en France, un nombre en  légère diminution (- 5, 3%) par rapport à une année 2014 déjà très préoccupante. Le nombre des actes anti- musulmans (429) est en très forte hausse (+ 223 %) et celui des actes racistes (797) croît également, quoique de façon plus modérée mais qui reste significative (+ 17,5 %). Le nombre des atteintes aux lieux de culte et aux cimetières a également cru de façon globale (+ 22, 8 %) », rappelle-t-il.

Haut de page

Sur le même sujet

Cet article est en relation avec

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Police municipaleSécurité publique