Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Emprunts toxiques

Patrick Saurin : sur les emprunts toxiques « des arguments favorables aux collectivités restent à creuser »

Publié le 27/01/2016 • Par Fabienne Proux • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

Photo-Patrick-Saurin-une
P.S.
Ancien chargé de clientèle pour les collectivités locales à la Caisse d’Epargne, ce spécialiste des emprunts à risque interviendra à Perros-Guirec demain 28 janvier pour expliquer la nature et les mécanismes de ces produits financiers dont le degré de toxicité n’a d’égal que leur sophistication. A l’appui des toutes dernières décisions de justice, il assure qu’en dépit de l’aide du fonds de soutien, le combat va se poursuivre. Il met également en évidence des incohérences dans les opérations de désensibilisation.

Pourquoi continuer à expliquer les mécanismes liés aux emprunts toxiques puisqu’a priori les difficultés sont en passe d’être résolues ?

J’interviens à la demande de collectifs citoyens, mais l’affaire n’est pas terminée et le fonds de soutien ne résout rien du tout. J’en veux pour preuve les deux dernières décisions de justice rendues par les TGI de Nanterre et de Paris plutôt favorables aux collectivités locales, à savoir Saint-Cast-le-Guildo (Côtes d’Armor) et Laval (Mayenne).

Même s’ils ne sont pas entièrement satisfaisants à mes yeux, ces jugements reconnaissent la responsabilité des banques. Il y a donc encore des arguments favorables aux collectivités à creuser et à faire prospérer. Il faut par conséquent continuer notre combat citoyen au côté des collectivités. D’autant que certaines d’entre elles n’ont pas encore signé de protocole dits de façon « euphémisée » de désensibilisation, elles ont besoin d’être informées tout comme leurs concitoyens, auxquels certains élus opposent à tort que ces négociations sont confidentielles.

Et ce n’est pas le cas ?

Non, à partir du moment où un contrat d’emprunt est conclu par une collectivité dans le cadre de sa mission de service public, il est considéré comme un document administratif et perd son caractère confidentiel. Dès lors, tous les éléments y afférents doivent être communiqués à toute personne qui en fait la demande.
Cette obligation n’a pas été respectée par le maire de Dijon, ce qui m’a amené avec le collectif de Côte d’Or pour un audit citoyen de la dette (CAC 21), forts de deux avis de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), de saisir le tribunal administratif de Dijon.

Par ailleurs, j’ai remarqué des incohérences, voire quelques libertés prises avec la réglementation publique locale dans les opérations de refinancement. Normalement, la durée d’un emprunt souscrit par une collectivité locale ne peut pas dépasser la durée de l’amortissement du bien financé et la collectivité n’a pas le droit ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Patrick Saurin : sur les emprunts toxiques « des arguments favorables aux collectivités restent à creuser »

Votre e-mail ne sera pas publié

PETIOT Rémy

28/01/2016 04h08

Enfin une réaction saine et argumentée sur une opération honteuse de la part de l’Etat. Il est tout autant inadmissible de sanctionner les citoyens d’erreurs sans nom d’élus et conseillers que de laver tout simplement les acteurs de contrats pitoyables.
Aucune raison, pour les banques et les élus et conseillers d’être plus propres dans leurs engagements puisque l’Etat lave plus blanc sur le dos des citoyens.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X