En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Réforme territoriale

Les aides aux entreprises, nouvelle pomme de discorde entre l’Etat et les départements

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

1

Commentaire

Réagir

LEGO © Flickr public domain Pascal

Les départements peuvent-ils encore octroyer des aides directes aux entreprises ? La controverse enfle entre le président de l’ADF, Dominique Bussereau (LR) et la ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu.

 

En « guerre totale » contre le gouvernement, l’Assemblée des départements de France ouvre un nouveau front. Après ses attaques contre l’Etat dans le dossier du RSA, son président Dominique Bussereau (LR) s’en prend à la circulaire du 22 décembre 2015 sur la nouvelle répartition des compétences. En jeu : la capacité des départements à octroyer des aides directes aux entreprises.

Selon Dominique Bussereau, là où la loi NOTRe permet cette possibilité jusqu’au 1er janvier 2017 pour les soutiens et engagements financiers conclus préalablement, la circulaire la restreint au 1er janvier 2016. Le président de l’ADF dénonce d’autres interprétations « excessives et restrictives » sur l’aide des départements aux communes pour l’immobilier d’entreprises ou le cofinancement de certaines filières.

De manière générale, il parle d’« une vexation inutile » peu respectueuse « des accords passés entre la majorité sénatoriale et la majorité de l’Assemblée nationale ». Pour l’ancien ministre, cette affaire relève « de la tentation classique et habituelle de la technocratie de reprendre par la voix règlementaire ce qu’elle n’a pas obtenu au Parlement ».

Dialogue de sourds

Dominique Bussereau l’a exprimé, lors de ses vœux le 20 janvier 2015 en présence de Bruno Delsol, le directeur général des collectivités locales. Le haut-fonctionnaire n’a soufflé mot. La ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu s’est montrée naturellement plus loquace à l’occasion des vœux de l’Assemblée des communautés de France, le 21 janvier.

Selon elle, « les départements n’ont plus le droit aux aides directes ». « Ce serait dommage, a ajouté Marylise Lebranchu, qu’ils les fassent rentrer par la solidarité territoriale » sur laquelle ils disposent d’un leadership. Le gouvernement ne semble donc guère prêt à assouplir sa position. Si le blocage se confirme, Dominique Bussereau a indiqué qu’il saisirait le Conseil d’Etat.

Haut de page

Cet article est en relation avec

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationDéveloppement économiqueRéforme territoriale

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 22/01/2016, 14h25

    Aider des entreprises avec de l'argent public est contraire au dogme européen qui veut que la concurrence entre les 28 États et leurs économies ne soit entravée par aucune intervention politique, qui fausserait les chances de chacun.
    Le délai de 2017, est une tolérance provisoire.
    Les traités européens se mettent en application par petites avancées (ou reculs) lentes mais irréversibles. La technique du cliquet, des "petits pas" si chère à Schuman et Monnet...
    C'est merveilleux !
    Je dis ça...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.